Publié par Rosaly le 16 août 2020

Pitoyable, funeste, calamiteuse dhimmitude de l’Eglise irlandaise !

Comme relaté par ChurchMilitant.com, le vendredi 31 juillet dernier, le prélat catholique d’Irlande, l’archevêque Diarmuid Martin s’est joint aux musulmans pour célébrer l’Aïd-el-Kébir, la fête du sacrifice, l’une des fêtes islamiques les plus importantes. Pour les musulmans, ce jour célèbre le sacrifice d’Ismaël par son père Ibrahim, sauvé in extremis par l’Archange Djibril qui lui apporta un bélier pour être sacrifié à sa place. Il rappelle la soumission totale à Allah dont le Père des prophètes fit preuve en se tenant prêt à sacrifier son fils Ismaël en signe d’obéissance et de confiance vis-à-vis de sa volonté divine.

Une fête musulmane qui falsifie le récit biblique. Une tradition bien musulmane basée sur le mensonge.

Voici le récit biblique, dont se sont inspirés les machiavéliques plagiaires mahométans du coran.

Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici !
Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai.
Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit.

Genèse 22:1-3

Ce n’est pas Ismaël qu’Abraham amena sur le Mont Moriah pour y être sacrifié, mais Isaac.

Le Rabbin Zalman Lent était également présent à cette fête de l’imposture et déclara avec enthousiasme : « C’est spécial que nous puissions tous nous asseoir ici ensemble … comme des frères. »

Un Rabbin est censé connaître la Torah, étrange qu’il ait accepté de participer à cette mascarade. La dhimmitude au sein de l’Eglise catholique et protestante semble avoir aussi contaminé certains Rabbins. Au nom du dialogue interconfessionnel, certains prélats chrétiens n’hésitent pas à trahir non seulement leurs propres convictions, mais aussi à renier le Christ..

L’enthousiasme du Rabbin fut églament partagé par l’Archevêque Martin :

Ce jour marque un nouveau chapitre dans l’histoire de Croke Park. Aujourd’hui, notre célébration est un geste de reconnaissance publique de la place de la communauté musulmane en tant que partie intégrante de la famille des Irlandais et de reconnaissance de la contribution de votre communauté musulmane à l’Irlande d’aujourd’hui et à l’Irlande de demain.

Plus dhimmi que cela, tu meurs !

Dans leur naïveté émouvante, savent-ils, ces braves Chrétiens, qu’ils seront les premiers à être sacrifiés si leurs « frères » musulmans devaient un jour prendre le pouvoir ? Ont-ils seulement lu le coran, ce livre tellement débordant d’amour, de tolérance et de paix envers les non musulmans qu’il pullule de versets et de sourates promettant la mort aux mécréants, voués au feu éternel dans l’au-delà ?

La satisfaction complaisante de Martin était d’autant plus scandaleuse qu’au moment de la célébration de l’Aïd, les fidèles catholiques étaient encore privés de sacrements dans de nombreux endroits et soumis à des restrictions sans précédent dans leurs lieux de culte.

Une fois encore, la sollicitude sans fin de la hiérarchie catholique irlandaise pour les musulmans et l’islam et son mépris envers les catholiques sont flagrants.

Un fait inhabituel qui mérite d’être souligné : certains catholiques s’opposèrent à cette initiative, vue comme un énième monologue vain et inutile qui n’a jamais sauvé un seul Chrétien de la persécution ni empêché les djihadistes de détruire ne serait-ce qu’une seule petite église.

La participation de l’Archevêque et du Rabbin à cette fête de l’égorgement est d’autant plus inadmissible qu’elle célèbre Ibrahim sacrifiant Ismaël et non Isaac.

Quand Diarmuid Martin et Zalman Lent pensent à Abraham, ils se réfèrent certainement à Genèse 22:15-18. Mais leurs «amis » musulmans ne lisent pas la Genèse, ils lisent le coran.

Puis quand celui-ci (le fils) fut en âge de l’accompagner, [Ibrahim] dit : mon fils, je me vois en songe en train de t’immoler. Vois donc ce que tu en penses. (Ismaël) dit « mon cher père, fais ce qui t’es commandé : tu me trouveras, s’il plaît à Allah, du nombre des endurants ».
Puis quand tous deux se furent soumis (à l’ordre d’Allah) et qu’il l’eut jeté sur le front (pour l’immoler)
voilà que Nous l’appelâmes : « Ibrahim ! »
Tu as confirmé la vision. C’est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants ».
C’était là certes, l’épreuve manifeste.
Et Nous le rançonnâmes d’une immolation généreuse.
Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité:
« Paix sur Ibrahim ».

Sourate 37 : 102-109

La tradition islamique soutient donc que le fils prêt à être sacrifié par Ibrahim était Ismaël et non Isaac, comme le prétend la Bible. Et cela représente pour les musulmans une preuve supplémentaire que la Bible a bel et bien été corrompue. Par leur présence à cette fête, Diarmuid Martin et Zalman Lent on renforcé cette croyance mensongère islamique.

Pire encore : la sourate 60 soutient qu’Ibrahim est un excellent exemple à suivre pour les croyants (uswa hasana, أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ, un terme qui s’applique également à Mahomet dans 33:21) quand il dit à son peuple païen:

Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul.

mais non quand il parle d’implorer le pardon d’Allah en faveur de son père.

Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: «Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul.

Exception faite de la parole d’ Ibrahim[adressée] à son père: «J’implorerai certes, le pardon [d’Allah] en ta faveur bien que je ne puisse rien pour toi auprès d’Allah». «Seigneur, c’est en Toi que nous mettons notre confiance et à Toi nous revenons [repentants]. Et vers Toi est le Devenir

Ainsi, la haine est présentée comme exemplaire, la pardon est explicitement déclaré comme non exemplaire.

Diarmuid Martin et Zalman Lent renforcent par leur présence une vision du monde qui tient pour acquise la légitimité de l’inimitié et de la haine éternelles entre musulmans et non-musulmans , et ce, précisément dans le contexte d’une tentative de jeter des ponts entre musulmans et non-musulmans. Quelle ironie !

Cet événement scandaleux montre les priorités de la hiérarchie catholique d’aujourd’hui, et celles des religieux d’autres confessions en général, notamment des gauchistes. L’Islam est la religion préférée de la gauche, et cela reste vrai même lorsque les gauchistes en question sont des religieux de différentes confessions.

Et plus dramatique encore, la sollicitude sans fin des religieux gauchistes juifs et chrétiens envers l’islam ne sera jamais réciproque. Les musulmans qui saluèrent chaleureusement Martin et Lent au stade de Croke Park les considéraient en leur for intérieur comme les plus viles des créatures.

Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les Associateurs, iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires.

coran 98:6

Il pensaient certainement cela avant de les accueillir et ils continuèrent à le penser après. Les paroles du Coran ne seront jamais effacées, elles sont immuables, éternelles, car paroles d’Allah.

Peu importe les actes de gentillesse et de respect témoignés aux musulmans par les infidèles (les pires bêtes selon leur livre saint), jamais ils ne feront oublier aux pieux et fervents croyants en Allah ces injurieux versets coraniques à leur égard.

Les pires bêtes, auprès d’Allah, sont ceux qui ont été infidèles (dans le passé) et qui ne croient donc point (actuellement).

coran 8:55

Le commandement est et restera :

Muhammad est l’apôtre d’Allah. Ceux qui le suivent sont impitoyables envers les infidèles, miséricordieux les uns envers les autres.

coran 48:29

Vous n’entendrez jamais des adeptes du dialogue interconfessionnel comme Zalman Lent et Diarmuid Martin se référer à de telles sourates et/ou versets coraniques. Pourtant, elles restent gravées à jamais dans le livre saint de l’islam et dans l’esprit des pieux musulmans, qui vous accueillent, vous les plus viles des créatures, le sourire aux lèvres et la haine dans le coeur, car telle est la volonté d’Allah le Miséricordieux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : «A Jewish Rabbi and a Catholic Bishop Walked into a Mosque…» (Robert Spencel – Jihad Watch)

27
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz