Publié par Team 100 jours le 26 août 2020

Dimanche 9 août– 87e jour

Trump

  • Les États-Unis ont créé plus de 9 millions d’emplois au cours des trois derniers mois. Malgré la fermeture du pays en raison du coronavirus.
  • La campagne Trump fait du porte à porte. Celle de Biden ne le fait pas.

    Trump a une équipe de plus de 1 500 personnes employées à temps plein dans 23 États, qui se rendent personnellement chez les gens. La campagne Trump a exigé des employés qu’ils lisent « Groundbreakers : Comment les 2,2 millions de bénévoles d’Obama ont transformé la campagne en Amérique ».
  • Selon Politico, la campagne de Trump frappe à un million de portes par semaine. Biden frappe à zéro.

Mieux qu’un sondage

  • Une centaine de parades de bateaux pour Trump ont lieu un peu partout ce week-end.&nbsp ;
  • Selon l’association Pennsylvania fish and game, il y a au moins 500 bateaux sur l’eau ce samedi 8 août.
  • Plus de 800 bateaux dans l’Iowa. Etc.
  • Et il y a ZERO parades pour Joe Biden.

Interférence étrangère

  • Le renseignement américain accuse la Chine de vouloir influencer le vote de la présidentielle américaine.

    Les services de renseignement américain estiment que la Chine a “accentué ses efforts d’influence” pour que Donald Trump ne soit pas réélu le 3 novembre.
  • Ils pointent les possibles ingérences de trois pays en amont du scrutin.
  • Dans un communiqué du directeur du Centre national du contre-renseignement et de la Sécurité (NCSC), William Evanina a mis en garde contre les tentatives d’influence de la Chine, de l’Iran et de la Russie.
  • Les deux premiers pays voudraient «affaiblir le président Trump» tandis que le troisième utiliserait «plusieurs leviers surtout pour dénigrer» son rival démocrate Joe Biden.
  • La Chine et l’Iran contre Donald Trump

«Il semble difficile pour nos adversaires de s’ingérer ou de manipuler les résultats à grande échelle», a d’abord estimé William Evanina.

«Nous estimons que la Chine préfère que le président Trump – considéré comme imprévisible par Pékin – ne remporte pas un second mandat. La Chine a accentué ses efforts pour peser sur l’environnement politique» en amont du scrutin, a fait valoir le directeur du NCSC, dans un contexte de vives tensions entre Pékin et Washington.

De même, «nous estimons que l’Iran essaie d’affaiblir les institutions démocratiques américaines, le président Trump, et de diviser le pays en amont des élections de 2020», surtout via «une campagne d’influence en ligne, qui répand des fausses nouvelles et du contenu anti-américain», a-t-il dénoncé.

  • La Russie contre Joe Biden

Au contraire, «la Russie utilise plusieurs leviers principalement pour dénigrer l’ancien vice-président Biden», qui avait défendu l’opposition russe lorsqu’il était membre de l’administration de Barack Obama. «Des acteurs liés au Kremlin cherchent à soutenir la candidature du président Trump sur les réseaux sociaux et à la télévision russe», a relevé Evanina.

Biden

  • La campagne de Biden dit qu’il n’y a pas encore de choix de vice-président.
  • Après le nouveau dérapage de Biden sur les Noirs, la nouvelle blague qui circule est que Biden demande aux membres de son équipe de choisir n’importe quelle personne noire pour la vice-présidence « puisqu’ils pensent tous la même chose de toute façon ».
  • Biden s’enfonce encore une fois et déclenche une nouvelle polémique à propos des Afro-Américains.

    Le candidat démocrate à la présidentielle Américaine a estimé que la communauté hispanique était plus diversifiée que la communauté afro-américaine.
  • C’est l’un des principaux objectifs de Joe Biden dans la course à la Maison-Blanche : s’octroyer le vote de la communauté afro-américaine. Seulement, le rival de Donald Trump enchaîne les maladresses et les polémiques quand il s’agit d’évoquer les Noirs.
  • Lors d’un entretien avec les associations américaines de journalistes noirs et hispaniques (NABJ et NAHJ), il a estimé que la communauté hispanique était plus diversifiée que la communauté afro-américaine.
  • Biden obligé de revenir sur ses propos sur Twitter :

«Ce que vous savez tous mais que la plupart des gens ne savent pas, c’est que contrairement à la communauté afro-américaine, avec des exceptions notables, la communauté hispanique est incroyablement diverse, avec des attitudes incroyablement différentes sur différentes choses», a-t-il déclaré face aux journalistes.

  • Devant la polémique, Joe Biden s’est justifié plus tard dans la soirée :

«Plus tôt aujourd’hui, j’ai fait des commentaires sur la diversité dans les communautés afro-américaine et latino que je veux clarifier. Je ne voulais suggérer en aucune façon que la communauté afro-américaine est monolithique – pas sur son identité, pas sur les problématiques, pas du tout», a écrit le candidat démocrate sur Twitter. «Mon engagement auprès de vous est celui-ci : j’écouterai toujours. Je ne cesserai jamais de me battre pour la communauté afro-américaine et je ne cesserai jamais de me battre pour un avenir plus égalitaire», a-t-il également promis.

  • Biden a déclaré :

 » Je suis de tout cœur avec les plus de 16 millions d’Américains qui n’ont toujours pas de travail ».

  • S’il le pensait vraiment, pourquoi n’aurait-il pas pris le téléphone, appelé Chuck Schumer et Nancy Pelosi pour leur dire que leur refus de prolonger l’assurance chômage à cause du coronavirus, dans le projet de loi des Républicains, est INACCEPTABLE ?

Biden vient «de perdre le vote noir», selon Trump

  • Cette controverse n’a pas échappé à Donald Trump. Sur le même réseau social, le président américain a estimé que celui qu’il surnomme «Joe l’endormi» venait «de perdre le vote noir».

«Cette déclaration est un désastre dont on ne peut pas se relever», a-t-il écrit.

  • D’autant plus que ce n’est pas la première polémique que déclenche Joe Biden sur le sujet. Récemment, l’ancien vice-président de Barack Obama avait affirmé qu’un Noir n’était «pas noir» s’il votait pour Donald Trump lors de la prochaine élection présidentielle.
  • Interviewé à la télévision sur son refus de passer un test cognitif, Joe Biden a essayé de dire qu’il avait toutes ses «facultés mentales». Il n’a pas réussi, trébuchant sur ces deux mots. Les prochains débats avec Trump s’annoncent prometteurs.

Michelle Obama fait une «légère dépression»

Le cœur de l’ex-Première dame des Etats-Unis saigne dans l’Amérique d’aujourd’hui.

Selon elle, l’actualité de son pays est effroyable. Elle a confié les raisons de ses troubles à une chaîne de télévision qu’il était «épuisant de se réveiller avec une autre histoire d’un homme noir ou d’une personne noire en quelque sorte déshumanisé, blessé, tué ou faussement accusé de quelque chose». Dans son dernier podcast publié le 5 août sur Spotify elle déclare :

«Je me réveille en pleine nuit parce que quelque chose me préoccupe, ou parce que je ressens un poids (…) «Je sais que je suis aux prises avec une forme de légère dépression. Pas seulement à cause de la quarantaine, mais à cause des conflits raciaux». «Le confinement, dit-elle, y est pour quelque chose. Mais il n’y a pas que ça».

Chaque nuit Michelle Obama se réveille en pensant aux Noirs tués par la police.

«Ces souffrances, ajoute-t-elle, sont augmentées par l’hypocrisie de l’administration Trump».

Que prend-elle pour soigner sa dépression ? Un psychotrope appelé Joebizine.

Une meilleure assurance-santé que l’Obamacare

  • Il était interdit aux compagnies d’assurance de refuser la couverture aux personnes ayant des conditions préexistantes en vertu de l’Affordable Care Act adoptée sous l’ancien président Barack Obama, connu sous le nom d’Obamacare, que l’administration Trump a tenté de supprimer.

«Au cours des deux prochaines semaines, je vais poursuivre un décret majeur exigeant des compagnies d’assurance maladie pour couvrir toutes les conditions préexistantes pour tous les clients» a déclaré Trump lors d’une conférence de presse à sa propriété de golf à Bedminster, New Jersey.

  • Trump a critiqué le coût et la couverture sous Obamacare et a promis depuis sa campagne 2016 de le remplacer par un meilleur plan.

Retour de manivelle

  • Plus de deux douzaines de sénateurs demandent au gouvernement fédéral d’enquêter sur Planned Parenthood, l’organisation en partie financée par l’Etat qui s’est spécialisée dans l’avortement, particulièrement des jeunes femmes issues des minorités, et reverse de l’argent au parti Démocrate.
  • Le conseiller municipal de Los Angeles qui a voté pour la réduction du budget de la police a appelé huit fois des officiers chez lui.

Leo Terrell, un commentateur politique noir et avocat pour les droits civiques, a déclaré :

J’aime mes amis de @FoxNews, ils sont fair play. Alors pourquoi je mets au défi MSNBC, CNN de m’interviewer ? Parce que je vais à l’encontre de leur narratif.

Je suis un Démocrate noir & amp ; j’en ai marre des mêmes vieux sujets de discussion. Arrêtez de considérer mon vote comme acquis. Allez Don Lemon [NDLR journaliste vedette de NBC]– invitez-moi à un débat ! #Trump2020

  • Des parents de Los Angeles, donc des Démocrates, poussent le maire Newsom à ouvrir des écoles avant le semestre d’automne. Les Démocrates ne veulent pas ouvrir pour que les mamans, furieuses, ne votent pas pour Trump.
  • Le célèbre commentateur politique de gauche Bill Maher a déclaré : « C’est bien possible que Bill Clinton ait visité l’île du sexe d’Epstein ».
  • Le milliardaire George Soros a dépensé beaucoup il y a trois ans pour aider à l’élection de Larry Krasner au poste de procureur à Philadelphie. Aujourd’hui, un groupe de policiers à la retraite tente de « contre-attaquer » avec un comité d’action politique qui récolte des dons.

Emeutes

  • Un sondage Rasmussen révèle que la plupart des électeurs pensent que Trump est du côté de la police, et les Démocrates du côté des protestataires. Cependant, les Américains rejettent massivement les émeutes et les désordres qui se produisent dans les villes démocrates.
  • Par exemple, les émeutiers ont lancé des morceaux de béton, des pierres et d’autres projectiles sur la Police de Portland en fin de journée vendredi, alors que les affrontements se sont à nouveau déversés dans les rues résidentielles voisines, et ce depuis plus de 2 mois sans discontinuité, donc sans rapport avec la mort de George Floyd le 25 mai.
  • Les troubles dans la ville de l’Oregon ont commencé fin mai et se sont poursuivis pratiquement sans relâche depuis.
  • Les « manifestants pacifiques » utilisent des lasers de forte puissance de manière coordonnée pour aveugler les policiers.
  • Des militants de Black Lives Matter de Salt Lake City pourraient être condamnés de peines de prison à perpétuité.
  • Et même si les médias ne montrent pas les images les plus violentes, elles sont sur les réseaux sociaux, et le bouche-à-oreille fait le reste : chaque Américain a un ami, un membre de sa famille, dans d’autres Etats.

Vote par correspondance

  • Trump a déclenché une vive polémique en évoquant les dangers du vote par correspondance, et a suggéré que l’élection pourrait être repoussée. Voyant qu’il n’était pas suivi par l’establishment (comme c’est surprenant), il a fait marche arrière et déclaré qu’il ne voulait pas que les élections soient repoussées.

Cependant…

  • Un nouvel épisode suscite des inquiétudes quant à l’intégrité des bulletins de vote par correspondance : Un demi-million de demandes de vote par correspondance incorrectes ont été envoyées dans toute la Virginie, y compris à des personnes décédées.
  • D’importants problèmes de distribution du courrier ont eu lieu dans la région de Philadelphie. Cela fait craindre que les gens soient privés de leur droit de vote parce qu’ils ne recevront pas ou ne renverront pas leurs bulletins à temps– ou seront dissuadés de tenter de voter par correspondance.
  • Selon un récent sondage, plus de la moitié des électeurs de moins de 35 ans affirment ne pas avoir les ressources ou les connaissances nécessaires pour voter par correspondance en novembre.
  • 223 469 des 1 325 934 bulletins de vote par correspondance envoyés par le comté de Clark (Nevada) pour les primaires du 9 juin ont été rejetés comme « non distribuables ». Cela représente 17 % des bulletins.

    Cela signifie que nous pourrions ne JAMAIS pouvoir faire confiance aux résultats des élections.

Coronavirus

  • 35% des Américains disent qu’ils refuseraient un vaccin contre les coronavirus, même s’il était gratuit, même s’il est approuvé par la Food and Drug Administration et disponible immédiatement, selon un sondage Gallup publié vendredi.
  • Les enfants sont devenus les otages de la politique, car les Démocrates ne veulent pas rouvrir les écoles pour faire perdre Trump. Résultat, Trump est censuré par Twitter et Facebook pour avoir dit que les enfants sont presque totalement immunisés contre le coronavirus.
  • Pour cela, les médias fabriquent des gros titres ravageurs : « 11 enfants de l’État de Washington hospitalisés pour un syndrome lié à un coronavirus ». Mais dans l’article, on peut lire : « Ces enfants se sentent très mal », a déclaré le médecin. « Ils sont fatigués, faibles, endoloris, ils ont des fièvres assez fortes. Ils se sentent complètement anéantis. Heureusement, tous les enfants atteints ont bien réagi au traitement », a dit M. McGuire.
  • Une étude nationale confirme que les propos du président n’étaient pas de la désinformation.

    Un rapport publié vendredi par les Centers for Disease Control and Prevention a révélé que suite au coronavirus, 570 enfants à l’échelle nationale avaient développé le syndrome de l’immunodéficience acquise (MIS-C) au 29 juillet, entraînant 10 décès.
  • Il a été observé que les enfants ont un risque plus faible de complications graves dues au COVID-19, et que seul un pourcentage minime a été touché par la MIS-C.
  • 10 décès d’enfants sur 160 000 décès dûs au coronavirus, et les Démocrates refusent d’ouvrir les écoles.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous