Publié par Magali Marc le 29 août 2020

D’après une nouvelle étude, 12% des répondants qui appuient Donald Trump disent qu’ils ne croient pas que leur préférence restera confidentielle. Ils trouvent dangereux, dans le climat actuel, de donner leur opinion qui ne reflète pas le point de vue des gauchistes, par crainte de se faire harceler.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John Nolte, paru sur le site de Breitbart, le 28 août.

*************************

Une étude montre que les sondages sous-estiment les répondants qui appuient Trump à cause des électeurs républicains « timides »

Une étude montre que près de 12 % des Républicains disent qu’ils ne donneraient pas honnêtement leur opinion à un enquêteur.

Il en va de même pour 10,5 % des répondants indépendants, mais seulement pour 5,4 % des répondants démocrates.

Selon cette étude, les électeurs « sans opinion » ou « timides » ou « sous-estimés », en réalité partisans de Donald Trump, contribuent à minimiser le véritable niveau de soutien du public envers le Président.

En d’autres termes, les données selon lesquelles Donald Trump semble toujours être à la traîne derrière Joe Biden ne reflètent pas la réalité.

L’étude, menée par CloudResearch, une firme de sondage de New York, offre ce résultat: que vous soyez Démocrate, Républicain ou Indépendant : « 10,1% des partisans de Trump ont déclaré qu’ils étaient susceptibles de mentir lors des sondages téléphoniques. »

Seulement 5,1 % des électeurs de Biden disent la même chose.

CloudResearch ne s’est pas contenté de demander aux gens s’ils mentiraient. Au lieu de cela, la firme de sondage à pris un certain nombre de mesures par souci d’exactitude.

Les participants ont d’abord été interrogés sur leurs préférences politiques. Ensuite, on leur a demandé s’ils se sentaient à l’aise d’exprimer leur opinion réelle à un enquêteur téléphonique. Plus tard, on leur a demandé qui ils appuyaient vraiment pour la présidence.

Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils mentiraient à un enquêteur, les participants ont donné des réponses variées, mais pas vraiment surprenantes.

Certains ont déclaré qu’ils ne croyaient pas que leur préférence resterait confidentielle et qu’ils estimaient qu’il était dangereux, dans le climat actuel, de donner son opinion lorsqu’elle ne reflétait pas le « point de vue gauchiste » qui est la norme.

Dans le même ordre d’idées, d’autres ont dit craindre des représailles pour leur choix ou que l’appel soit enregistré. D’autres encore ont dit avoir honte d’avoir une opinion « controversée ».

Certaines réponses n’avaient rien à voir avec la politique ou une quelconque liste noire. Les gens en ont tout simplement assez des sollicitations téléphoniques ou craignent que leur participation lors de cet appel n’entraîne encore plus d’appels.

CloudResearch a décomposé les raisons de mentir de cette façon :

  1. Un manque de confiance dans le fait que les sondages téléphoniques respectent vraiment l’anonymat des répondants.
  2. Une appréhension à associer leurs numéros de téléphone à des réponses enregistrées.
  3. La crainte que leurs réponses ne soient rendues publiques d’une manière ou d’une autre.
  4. La crainte de représailles et des conséquences néfastes sur leur vie financière, sociale et familiale si leurs opinions politiques étaient rendues publiques.
  5. Une aversion générale pour les sondages téléphoniques.
  6. L’intention malveillante de tromper les sondeurs à cause de la méfiance générale à l’égard des médias et des experts politiques (bien que ce sentiment ne soit exprimé que par un petit nombre d’« électeurs timides »).

Comme on peut le voir, trois des six raisons concernent des personnes qui craignent un climat où le fait d’avoir une opinion non approuvée par la gauche – ce qui inclut bien sûr les médias de l’Establishment – entraînera des représailles, ou une quelconque sanction sociale ; l’humiliation publique (canceling) et l’inscription sur une liste noire qui se répand actuellement comme un cancer parmi les gauchistes.

Le fait que seuls quelques « électeurs timides » ont déclaré avoir induit en erreur les enquêteurs (et par extension les médias) en raison de leur propre « intention malveillante » (la raison numéro six) m’a surpris.

Lors des élections de 2016, alors que j’avais encore une ligne téléphonique ici, dans l’État transitoire de Caroline du Nord, j’ai été bombardé d’appels de sondeurs et, à cause de ma propre « intention malveillante », j’ai menti à chacun d’entre eux, par dépit.

Je me suis toujours identifiée comme étant une étudiante noire de 19 ans, « très désireuse » de voter pour Jill Stein.

Ce n’est pas nouveau pour moi. Mon avatar de poker en ligne est une femme noire d’âge moyen nommée Petula.

Malgré mes propres antécédents d’intentions malveillantes, je suis toujours surpris par les résultats. Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai expliqué pourquoi je ne croyais pas à la théorie du « timide électeur, partisan de Trump » lors de mon apparition en tant qu’invité sur le podcast de Dennis Miller. Miller a réussi à me convaincre du contraire, mais je demeure surpris.

Néanmoins, l’étude est convaincante.

Si l’étude n’avait demandé que si le répondant était prêt à répondre à un sondeur, cela ne m’aurait pas convaincu.

Je pense que les gens sont plus enclins à dire qu’ils mentiraient à un enquêteur qu’ils ne le sont en réalité – si cela a un sens.

La façon dont CloudResearch s’y est pris, cependant, est probablement la plus intelligente possible. Ils ont également pris leur temps, en prélevant un échantillon de 1 000 électeurs inscrits en ligne pendant plus d’une semaine, entre le 19 et le 27 août.

Nous saurons bien assez tôt si l’étude dit vrai.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source : Breitbart

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz