Publié par Magali Marc le 3 septembre 2020

Tandis que le président Trump et le GOP mettent en garde contre les risques de fraude généralisée du vote par correspondance, de nombreux démocrates et leurs alliés des médias, se sont moqués de ces préoccupations. Mais un initié politique, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat par crainte de poursuites judiciaires, a déclaré que la fraude du vote par correspondance constitue plutôt la règle que l’exception. Ce militant, fervent supporter de Bernie Sanders, qui n’attache pas d’importance à l’élection présidentielle de novembre, s’est senti obligé de tout révéler dans l’espoir que les États agiront maintenant afin de régler les problèmes de sécurité flagrants que posent les bulletins de vote par correspondance.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John Binder, paru sur le site de Breitbart, le 30 août.

****************************

L’opération frauduleuse du vote par correspondance : « C’est vraiment arrivé »

Un militant démocrate a raconté l’opération massive de fraude électorale déployée afin de truquer les élections en faveur des Démocrates, en payant des électeurs SDF, en trompant des personnes âgées, en se faisant passer pour des électeurs inscrits et en imprimant de faux bulletins de vote.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un reportage exclusif de Jon Levine, dans le New York Post *(29 août), raconte l’histoire de ce militant démocrate qui a personnellement conduit une équipe à produire de faux résultats électoraux pendant des années – un système qui, selon lui, sera utilisé lors des prochaines élections locales, au niveau des États, du Congrès et présidentielles du 3 novembre :

« Ça existe vraiment », a-t-il déclaré. « Et il va y avoir une lutte implacable le 3 novembre prochain pour comptabiliser les votes … S’ils savaient comment la saucisse est fabriquée, ils sauraient comment prévenir les dégâts. » [Emphase ajoutée]

Dans un cas en particulier, le militant démocrate a expliqué comment lui et son équipe ont fabriqué de faux bulletins de vote par correspondance en faisant simplement des photocopies des bulletins envoyés aux électeurs inscrits.

Par contre, les enveloppes utilisées pour les bulletins de vote sont beaucoup plus difficiles à reproduire, c’est pourquoi ils doivent faire du porte-à-porte afin de convaincre les électeurs de les laisser poster leurs bulletins de vote par correspondance à leur place.

Ensuite, avec son équipe, ils ouvrent les enveloppes en les tenant au-dessus de l’eau bouillante pour en ouvrir le sceau, retirer le bulletin de vote de l’électeur et le remplacer par un bulletin frauduleux avant de les distribuer dans les boîtes aux lettres de plusieurs villes afin de ne pas éveiller les soupçons.

Dans certains cas, le militant a déclaré que les travailleurs postaux pouvaient être impliqués dans le système :

« Vous avez un facteur qui est un anti-Trump enragé et il travaille à Bedminster ou dans un bastion républicain … Il peut prendre ces bulletins [remplis], et sachant que 95% sont des votes pour un Républicain, il va simplement les jeter à la poubelle. »

Berner les électeurs vulnérables est un outil essentiel pour que le système fonctionne, selon le militant. Par exemple, il a expliqué en détail comment lui et son équipe ont des liens avec des employés des maisons de retraite qui remplissent les bulletins de vote par correspondance pour les résidents âgés.

Dans d’autres cas, son équipe paie les électeurs SDF vivant dans des centres d’hébergement entre 50 et 60 dollars pour qu’ils votent pour des candidats démocrates.

Lorsqu’ils ne remplissent pas les bulletins de vote par correspondance et qu’ils profitent des électeurs, lui et son équipe se font passer pour des électeurs en personne le jour du scrutin. L’équipe recherche les électeurs inscrits qui ne sont pas des électeurs actifs et obtient leurs informations personnelles afin de se faire passer pour eux.

Le processus, comme l’impression de faux bulletins de vote par correspondance, est facile lorsqu’il n’existe pas de lois sur l’identification des électeurs pour empêcher ce genre de fraude.

Les faux électeurs se rendent dans un bureau de vote désigné et imitent de leur mieux la signature des vrais électeurs.

Selon le militant, la fraude est souvent connue aux niveaux les plus élevés de l’administration électorale. Son équipe plie les coins de leurs bulletins de vote à un endroit précis pour avertir leurs alliés au sein des bureaux de vote des États.

L’opération de fraude, décrite en détail par ce militant, concerne principalement des cas à New York, dans le New Jersey et en Pennsylvanie, bien qu’il ait laissé entendre qu’elle se produit à grande échelle dans tout le pays :

« Il n’y a pas d’élection dans le New Jersey – du Conseil municipal au Sénat des États-Unis – sur laquelle nous n’avons pas travaillé », a-t-il déclaré au New York Post.

« J’ai travaillé sur une élection de commissaires aux incendies dans le comté de Burlington. Plus l’élection est petite, plus elle est facile à frauder ».

De telles allégations de fraude ont été révélées au cours des derniers mois.

En juin, deux conseillers municipaux démocrates à Paterson, dans le New Jersey, ont été accusés de fraude électorale, ainsi que deux militants démocrates.

Dans un cas, les fonctionnaires ont affirmé que l’un des militants avait collecté des bulletins de vote postaux non scellés auprès des électeurs et les avait remis sous scellés au comité électoral.

De même, en mai, un ancien juge de Pennsylvanie a plaidé coupable d’avoir rempli les urnes pour les Démocrates en échange de paiements effectués par des agents politiques lors des élections primaires de 2014, 2015 et 2016.

Le même mois, les responsables électoraux de Pennsylvanie ont admis que des bulletins de vote postaux en double avaient été envoyés aux électeurs.

Les primaires démocrates de juin au Nevada montrent que le vote par correspondance pose d’énormes problèmes.

À Las Vegas, plus de 223 000 bulletins de vote par correspondance ont été jugés « non conformes» lors de l’élection – ça représente environ 17 % du nombre total de bulletins de vote par correspondance envoyés aux électeurs, sans qu’ils les aient demandés.

Les données des élections fédérales révèlent que depuis 2012, environ 28,4 millions bulletins de vote par correspondance ont disparu au cours de chacun des quatre derniers cycles électoraux.

Selon l’analyse du Pew Research Center, il y a potentiellement 24 millions d’inscriptions inéligibles ou inexactes sur les listes électorales des États.

Les données récentes ne démontrent pas que le vote par correspondance est justifié par des raisons de santé publique.

Lors des élections primaires d’avril dans le Wisconsin, seuls 52 des plus de 400 000 électeurs et membres du personnel électoral ont été confirmés comme ayant contracté le coronavirus chinois. Aucun de ces cas n’a causé de décès. Cela équivaut à un taux d’infection inférieur à deux centièmes de un pour cent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

https://www.breitbart.com/politics/2020/08/30/democrat-details-mass-voter-fraud-operation/

* https://nypost.com/2020/08/29/political-insider-explains-voter-fraud-with-mail-in-ballots/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz