Publié par Hélène Keller-Lind le 9 septembre 2020

À deux mois de la présidentielle américaine, Démocrates et Républicains se livrent un combat acharné mais déséquilibré, la plupart des médias étant de gauche et favorables aux Démocrates.

Or, depuis la mort de George Floyd lors de son arrestation à Minneapolis le 25 mai dernier, des émeutes se propagent dans des villes américaines, gérées par des Démocrates pour la plupart, avec des violences graves : incendies criminels, vandalisme, vols, des morts et, très souvent le refus de maires ou gouverneurs démocrates d’accepter de faire intervenir des agents fédéraux. Qui pourtant viennent à bout des émeutes et ce que propose le Président Trump. C’est sur cette trame que Kamala Harris, candidate démocrate à la vice-présidence vient de faire sa plus belle bourde…

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Une histoire particulière et de lourds silences

  • Kamala Harris est sénatrice démocrate pour la Californie depuis 2017, après en avoir été procureur général à partir de 2011.
  • Il est de notoriété publique que son ascension dans le monde politique a été favorisée au départ par son petit ami d’alors, Willie Brown, Président de l’assemblée de Californie et qui devint le premier maire noir de San Francisco. Bien plus âgé, marié mais séparé de sa femme et ayant de l’entregent, il lui ouvrit de nombreuses portes. Un épisode sur lequel elle préfère garder le silence [1].

Fait étonnant elle se revendique comme Afro-Américaine

  • Fait étonnant elle se revendique comme Afro-Américaine alors que ses parents, devenus tous deux professeurs d’université, l’un aux États-Unis, l’autre au Québec à Montréal, ont immigré aux États-Unis des Indes, pour sa mère, et de Jamaïque pour son père.
  • On notera que si elle se prononce vigoureusement pour que des « réparations » soient versées aux Afro-Américains, elle descend d’un Irlandais, Hamilton Brown, ayant possédé un nombre important d’esclaves en Jamaïque et qui, lorsque l’esclavage fut aboli par la Grande-Bretagne, fit venir des Irlandais pauvres qu’il réduisit en esclavage. Ce que rapporte le propre père de Kamala, Donald Harris…[2]

    Celui-ci ne mâche pas ses mots lorsqu’il parle de sa fille. Aujourd’hui professeur émérite en économie à l’université de Stanford, il déplore que ses propres grands-parents et parents jamaïcains doivent se retourner dans leur tombe en la voyant » et la décrit ainsi :

« un stéréotype falsifié, à la recherche de tous les plaisirs, fumant du shit et poursuivant une politique identitaire. Parlant en mon nom et en celui de ma famille jamaïcaine immédiate, nous souhaitons nous dissocier catégoriquement de cette mascarade ». [3]

Comme pour son ancien compagnon, Willie Brown, Kamala Harris ne parle quasiment pas de son père. Et joue à fond la carte d’une identité noire…Ce qui lui a sans doute valu d’être choisie comme candidate à la vice-présidence des États-Unis par le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden. Pour des considérations électoralistes il fallait une femme et une Noire. Joe Biden a donc choisi celle qui fut candidate à la présidence face à lui et mena une campagne terne avant son abandon.

  • Elle avait d’ailleurs alors attaqué Joe Biden, disant notamment croire une ancienne employée l’accusant de l’avoir agressée sexuellement, ou lui reprochant, au cours d’un échange musclé, d’avoir frayé avec des ségrégationnistes et d’avoir été contre la procédure mise en place pour amener des enfants noirs dans des écoles blanches – busing-, ce qui l’avait directement concernée [4].

    Accusations oubliées depuis qu’il l’a désignée comme candidate à la vice-présidence et elle n’a de cesse de l’encenser. D’autant que s’il est élu il a lui-même estimé qu’il ne finirait pas son mandat. Il semble fragile, en effet, et très souvent confus, mélangeant les dates ou les lieux de manière inquiétante, apparaissant très peu en public, s’exprimant surtout de son bureau au sous-sol de son domicile…
  • S’il était élu et devait abandonner la présidence elle deviendrait alors présidente des États-Unis…Ce qui vaut tous les silences du monde…

Les bourdes de Kamala Harris

  • Il y a eu, lors des débats de la campagne pour le choix du candidat à la présidence ses incohérences sur l’assurance maladie, celle-ci se disant en faveur du programme Medicare de Bernie Sanders, candidat d’extrême-gauche, puis contre, et devenant finalement incompréhensible sur ce point important.
  • Ou les reproches qui lui ont été faits sur son bilan comme procureur général, quand elle refusait, par exemple, des sorties anticipées de prison pour des fumeurs de joints, employés à bas prix par les services pénitentiaires, alors qu’il est notoire qu’elle est elle-même consommatrice.
  • Récemment elle lançait un appel pour que des dons soient versés à un fonds, le Minesotta Freedom Fund, versant des cautions pour que soient remis en liberté provisoire des manifestants violents arrêtés lors d’émeutes. L’une des personnes ainsi remises en liberté s’est ensuite livré à nouveau à une attaque violente. [5]
  • Dans une interview fin août elle dit d’ailleurs, tout sourire que les « manifestations » ne cesseront ni avant l’élection présidentielle, ni ensuite et « ne doivent pas cesser car c’est un véritable mouvement qui est né ».

Ses défenseurs disent qu’elle ne parle pas des émeutes mais des manifestations. Décrites comme paisibles par les Démocrates jusque tout récemment…Or tout le monde a pu voir les quartiers détruits, les magasins vandalisés. Et il y a eu nombre de morts, le plus souvent noirs, y compris des enfants, au cours de ces émeutes [6], et de cela, la candidate ne dit pas un mot.

Des morts occultées…Devant la colère qui monte chez les Américains confrontés aux images de ces violences inouïes, le parti Démocrate vient de commencer à les condamner, discrètement, faisant une différence qui n’existe pratiquement pas entre manifestations et émeutes…

La dernière bourde en date et la pire

Le père Jacob Blake est un antisémite notoire, Harris décrit la famille Blake comme « merveilleuse, incroyable,..digne… »

La dernière bourde de Kamala Harris, et la pire, date du 7 septembre.

  • Kamala Harris s’est déplacée dans le Wisconsin, un État pivot – swing state où le deux candidats à la présentielle sont quasiment à égalité dans les sondages, avec une faible avance du candidat démocrate -.
  • Sa visite à Kenosha, lieu où Jacob Blake a été blessé lors de son arrestation le 22 août dernier, est venue après celle du Président Trump le 1er septembre. Visite au cours de laquelle il visita les lieux dévastés pendant les émeutes, véritables scènes de guerre. Au cours d’une table-ronde sur la violence, il s’est félicité du calme retrouvé grâce au travail de la police locale avec des agents fédéraux dont la venue a été cette fois acceptée par la ville [7].
  • Le 3 septembre le candidat Joe Biden, si rarement vu en public, s’était rendu également dans la ville mais pour des visites privées [8]. Lors d’une déclaration publique dans la foulée de sa visite, Kamala Harris a décrit la famille Blake comme « merveilleuse, incroyable,..digne… » faisant part de son soutien pour toute la famille. On peut voir la vidéo dans ce tweet du magazine the Hill

Les deux candidats démocrates ont d’ailleurs rencontré le père de Jacob Blake [9].

Or, le père du jeune homme est un antisémite notoire…

Sur Facebook, il a accusé notamment les Juifs de contrôler les intérêts bancaires, les médias, les esprits et l’argent…Il insinue aussi que les juifs tués dans la synagogue de Pittsburgh auraient été prévenus, laissant supposer que cet attentat terrible aurait été fomenté par des juifs. Posts visibles sur cette copie d’écran, mais qui ne sont plus accessibles…

Sur Facebook son père soutient aussi Farrakahn ouvertement antisémite dans un post du 3 mai 2019. À tel point qu’il a été finalement interdit de Facebook, mais une page le soutenant est réapparue peu après…[10]

Joe Biden et Kamala Harris pouvaient-ils ignorer qui est Jacob Blake père ? Cela paraît peu probable, mais l’occasion de jouer la carte politique identitaire était sans doute trop belle…

https://www.facebook.com/sconny85hood

Par ailleurs, l’avocat de Jacob Blake fils publiait un communiqué le 7 septembre sur son compte Twitter https://twitter.com/BenCrumpLaw , relatant la visite de Kamala Harris en ces termes : « elle a parlé avec chaque membre de la famille…et dans un moment émouvant, Jacob Blake – depuis son lit d’hôpital – lui a dit qu’il était fier d’elle et la Sénatrice lui a dit qu’elle était également fière de lui et de la façon dont il surmontait sa douleur ». On se souvient ici de ce que disait Donald Harris de sa fille…

Fière de lui ?

On imagine mal comment un ancien procureur peut se dire fière d’un homme accusé de viols, sauf à tout faire jusqu’au déshonneur pour tenter d’emporter quelques voix de plus

Certes ce jeune homme noir a-t-il été blessé par balles par la police lors de son arrestation. Mais il faut rappeler les circonstances.

  • Selon des témoins présents lors de l’incident et l’avocat du syndicat de police de la ville, le suspect, après avoir résisté par deux fois aux tasers de la police, se serait violemment opposé aux policiers venus l’interpeller, et aurait eu un couteau.
  • Un couteau a d’ailleurs été trouvé sur le sol du siège du conducteur de son véhicule dont il avait ouvert la porte avant les tirs d’un policer.[11]
  • Alertée par un appel sur un numéro réservé aux urgences – 911- la police s’était rendue au domicile d’une jeune femme LNB, qui accusait Jacob Blake de s’être introduit chez elle alors qu’elle dormait, de l’avoir violée et insultée devant ses enfants.
  • De plus il était allé chez elle en dépit d’une injonction restrictive lui interdisant de s’approcher d’elle et il y avait un mandat d’arrêt contre lui, ce que savait la police.
  • Injonction suite à une accusation de viol et de violences conjugales envers elle, avec vol de ses clefs de voiture et de sa carte de crédit, datant du 3 mai dernier [12]. S’ils n’avaient jamais cohabité, ils avaient trois enfants en commun et leur relation avait duré huit ans. Une relation marquée par la peur et des violences subies par elle, accuse-t-elle, avant qu’elle y mette un terme en mai dernier avec un appel à la police et en portant plainte auprès des policiers venus sur place. Jacob Blake avait alors pris la fuite. [13]

Cet homme est accusé de viols, violences et vol, a enfreint une injonction restrictive, est accusé d’avoir attaqué des policiers en résistant à son arrestation. Dès lors on imagine mal comment un ancien procureur peut se dire fière de lui, sauf à tout faire jusqu’au déshonneur pour tenter d’emporter quelques voix de plus…

Mais cela est pourtant une bourde de taille car toute cette affaire est maintenant connue, même si, bien entendu, ce sont aujourd’hui les « médias d’extrême-droite » qui sont accusés d’en ébruiter les détails.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélène Keller-Lind pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz