Publié par Dreuz Info le 12 septembre 2020

Tragiquement, les élections présidentielles américaines se déroulent actuellement dans un climat de tension et de haine anti-Trump qui touche à la folie.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Démocrates cherchent à mettre en place une généralisation des votes par la poste, dans des conditions qui permettraient la fraude à grande échelle (votes multiples, faux bulletins, etc..), car ils veulent interdire une réélection de Trump pour un mandat supplémentaire de 4 ans, quelle que soit la volonté des électeurs.

Hillary Clinton a d’ailleurs décrété que Biden ne devait en aucun cas reconnaître une victoire éventuelle de Trump par les urnes, qui devrait, selon elle, être inévitablement annulée par le décompte des bulletins supplémentaires qui surgiront miraculeusement au moment opportun.

Ce sont des « démocrates » contre la démocratie.

Comment en est-on arrivé à cette situation préoccupante, nouvelle dans un pays qui pratiquait jusqu’à aujourd’hui la transition démocratique pacifique, situation qui fait planer la menace d’une guerre civile dont les émeutes « antiracistes », encouragées par les Démocrates, donnent un avant-goût sinistre?

Dès janvier 2017, la « résistance » anti-Trump s’est organisée en une « marche des femmes » dirigée par l’islamiste haineuse Linda Sarsour et d’où les juives étaient exclues. 

En juin 2017, un Démocrate a engagé une fusillade sur des parlementaires républicains qui jouaient au base-ball, blessant grièvement le député Scalise de Louisiane avant d’être abattu pour mettre fin au bain de sang.

Sur tout le territoire, des bandes prétendument « antiracistes » mais vraiment antisémites, BLM et Antifa, se livrent aujourd’hui au pillage, à la violence, attaquant la police et mettant le feu, tout en étant soutenues par les « démocrates » qui les présentent contre toute évidence comme des « manifestants pacifiques » et les soutiennent.

L’origine de cette situation catastrophique

Cette situation tragique de la grande démocratie américaine trouve sa source dans la présidence Obama.

En effet, Obama, orateur charismatique, a offert au peuple américain l’occasion de franchir une étape supplémentaire dans son souhait sincère de bannir le racisme, en élisant à la plus haute magistrature un candidat noir.

Cela aurait été un évènement positif si par ailleurs, Obama n’avait pas été imprégné d’une idéologie toxique qu’il a réussi à cacher au grand public, mais qui s’est manifestée par ses actes au cours de 8 années de sa présidence.

D’où vient Obama et quelles sont ses convictions profondes ?

Le père biologique d’Obama était un musulman kenyan qui l’a abandonné avec sa mère, laquelle s’est mise en ménage ensuite avec un musulman indonésien, Obama enfant étant scolarisé comme musulman dans le système scolaire indonésien.

Musulman, Barack Hussein Obama a conçu un antagonisme profond contre le « colonialisme », l’impérialisme et la civilisation occidentale judéo-chrétienne.

Il a profondément souhaité une revanche des peuples musulmans, noirs, prétendues victimes de « l’impérialisme occidental ».

Rentré aux USA, et boursier, il a fait des études de droit tout en fréquentant une « église » particulière, dédiée à la théologie de la libération noire et dirigée par le « révérend » Jeremiah Wright qui hurlait : « Que Dieu maudisse l’Amérique ».

Il a fréquenté cette église pendant 20 ans et s’y est marié.

Obama est tellement crispé sur sa position « décolonialiste » qu’il néglige de prendre en compte la réalité :

  • Alors que le monde africain et arabo-musulman a toujours pratiqué l’esclavage et le racisme, y compris dans leur forme la plus cruelle, avec castration systématique des jeunes garçons pour en faire des eunuques par exemple, et le pratique encore toujours au 21e siècle, la civilisation judéo-chrétienne est la seule à avoir éliminé radicalement, répudié et condamné l’esclavage et le racisme sous toutes leurs formes.
  • Chaque fois que l’utopie marxiste a été mise en œuvre, elle a abouti à une privation de liberté catastrophique, avec misère, terreur, famine et génocide, comme cela se constate sous nos yeux en Chine ou au Venezuela, après l’Union Soviétique stalinienne ou le Cambodge de Pol Pot.

Elu à la présidence, Obama a pris des décisions catastrophiques :

  • deal JCPOA supprimant les sanctions contre la République Islamique dictatoriale et lui fournissant les moyens de développer des campagnes terroristes dans tout le Moyen-Orient et dans le monde, avec migration sauvage massive pour l’islamisation de l’Europe,
  • action « par derrière » (leading from behind) pour faire tomber le régime de Kadhafi et livrer la Libye et ses arsenaux aux terroristes islamistes qui déstabilisent le Sahel et l’Afrique du Nord, avec migration massive vers l’Europe, pour son islamisation projetée,
  • accord de Paris sur le climat, aboutissant à la désindustrialisation du Monde Libre sous une avalanche de réglementation tatillonne, au bénéfice de la dictature chinoise, libre, elle, de polluer allègrement,
  • exigence de retraits suicidaires d’Israël, face aux dictats d’une clique « palestinienne » corrompue,
  • établissement d’un régime de santé centralisé bureaucratique déficient, l’Obamacare, etc.

toutes mesures visant à affaiblir les USA « impérialistes » détestés et le Monde Libre au bénéfice de la Chine communiste et de l’Iran totalitaire Islamique, en soutenant activement les frères musulmans, dont le président Morsi de l’Egypte, la dictature cubaine, etc.le tout pour tenter de renforcer l’Islamo-marxisme dans le monde au détriment de la civilisation judéo-chrétienne détestée car, selon Obama, « colonialiste, impérialiste, capitaliste », etc. 

Grâce à la discrimination positive (affirmative action), Obama et son épouse Michelle avaient obtenu des bourses d’études universitaires, des aides de toutes sortes, et se sont retrouvés à la Maison-Blanche, présidant un pays champion du monde en matière de lutte contre le racisme.

Mais Obama a cherché à persuader les minorités, contre toute vérité, que les USA étaient racistes, les Noirs des victimes, en jouant la carte de la division et de l’affrontement racial et en favorisant l’émergence de mouvements violents tels que « Black Lives Matter » ou « Antifa » dont on constate les crimes sur tout le territoire.

Il a présidé à une mutation du Parti Démocrate qui est devenu extrémiste, marxiste, islamophile, hystériquement anti-chrétien (au point de défendre l’avortement au 9e mois et de condamner pratiquement l’hétérosexualité et la famille..), antisioniste et antisémite.

Pendant sa présidence de 8 ans, Obama a placé à la tête des agences et administrations fédérales (FBI, CIA, DOJ, etc.) des hommes à sa dévotion, dont par exemple John Brennan, « diplomate » américain frénétiquement converti à l’islam.

Trump s’étant vigoureusement exprimé contre toutes ses initiatives, Obama a ordonné à ses sbires d’intervenir, au mépris de la loi, pour nuire à la campagne présidentielle du candidat républicain Trump, puis à sa présidence, en montant des dossiers frauduleux de prétendue « collusion » avec la Russie, une procédure d’impeachment, etc.

Ces manigances, véritables tentatives de « coup d’état » cherchaient à annuler la décision souveraine du peuple américain ayant placé Trump à la Maison-Blanche et elles échouèrent, Trump étant plus populaire que jamais, à deux mois de l’élection.

Les enjeux de cette élection

Obama sait que le patriote Trump agit pour effacer radicalement sa « legacy » islamo-gauchiste et anti-américaine, pour défendre la civilisation judéo-chrétienne, la constitution des Etats-Unis et le Monde Libre et promouvoir la paix dans le monde.

L’ancien président Obama, exerçant une influence décisive sur un Parti Démocrate désormais hystérique, s’engage résolument contre une éventuelle réélection de Trump, quitte à remettre en question le principe de la transition démocratique post-électorale qui a fonctionné jusqu’à aujourd’hui aux USA, et provoquer une guerre civile dévastatrice.

Seule compte pour lui sa « Legacy » islamo-gauchiste prétendument « décoloniale » à préserver coûte que coûte.

Une présidence de Joe Biden, homme de paille sans convictions propres, serait en fait une nouvelle présidence Obama, l’ancien président agissant dans l’ombre pour renforcer sa « legacy » et poursuivre sa tentative revancharde de destruction du Monde Libre et de la civilisation des Lumières au profit de la Charia, du Djihad et des dictatures marxistes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Loup Mordekhaï Msika pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz