Publié par Magali Marc le 14 septembre 2020

Un nouveau sondage Gallup révèle que 69 % des répondants aux États-Unis croient que les informations dans les médias ne sont pas fiables. Cette nouvelle étude fait suite à un sondage réalisé par Gallup et Knight qui montrait que 86 % des Américains estiment que les médias sont biaisés, tandis que 84 % pensent que « les médias sont responsables de la division politique dans ce pays ». De plus, selon un sondage de la chaîne CBS, seulement 54 % des Américains font confiance au Center for Disease Control and Prevention.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Gil Gutknecht*, paru sur le site de Townhall, le 13 septembre.

************************************

Pourquoi les Américains sont-ils plus nombreux à se méfier des experts ?

L’Américain moyen se méfie de plus en plus des soi-disant experts. Ce phénomène s’étend bien au-delà des médias biaisés qui fournissent de fausses nouvelles.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La plupart d’entre nous ont cessé de porter attention aux médias gauchistes depuis longtemps.

Selon un sondage Gallup, nous sommes maintenant une majorité écrasante.
De nos jours, le groupe d’experts et d’initiés, autrement dit des membres de l’élite, va en augmentant.

Nous sommes souvent induits en erreur.

On nous rabaisse et on nous traite avec mépris comme des enfants incapables de faire face à la vérité.

Les opinions sont présentées comme des faits.

Les décisions et les déclarations qui étaient censées être fondées sur des données ignorent les données qui sont en contradiction avec les opinions des décideurs.

L’exemple du tristement célèbre schéma du réchauffement climatique en forme de bâton de hockey vient à l’esprit.

Les initiés/experts sentent qu’ils sont de moins en moins crédibles.

Ils sont donc de plus en plus nombreux à recourir à des mensonges flagrants.

Un mensonge flagrant est tellement effronté qu’il ne peut pas se dissimuler derrière une once de vérité.

Prenons l’exemple du récent article paru dans The Atlantic dont l’auteur prétend que ce ne sont pas un, mais quatre initiés anonymes qui auraient entendu le président Trump dire que les héros de guerre tombés au combat étaient « des crétins et des perdants ».

Seuls ceux qui détestent Trump ont cru à cette histoire.

Le reste d’entre nous l’a trouvé risible.

Même les initiés comme John Bolton et le général John Kelly ont dit que cela n’était jamais arrivé.

Maintenant, ce commérage indigne est complètement démoli.

La crédibilité et la réputation sont devenues des choses du passé.

Tandis que l’élection approche et que l’équipe de Joe Biden devient de plus en plus désespérée, nous pouvons nous attendre à une litanie ininterrompue de demi-vérités et de mensonges flagrants de la part des suspects habituels.

Un sondage de la chaîne télé CBS révèle que seuls 54 % des Américains font confiance au Center for Disease Control and Prevention (CDC – le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies ) concernant les informations sanitaires qu’il fournit au sujet du virus de Wuhan.

C’est une baisse par rapport aux 86 % d’il y a quelques mois.

Il fut un temps, avant que la science ne soit politisée, où l’on faisait implicitement confiance aux experts de la santé.

Plus maintenant.

Les experts ont dilapidé leur capital de crédibilité en étouffant les débats scientifiques honnêtes.

Toute personne qui remet en cause le discours officiel doit être réduite au silence. C’est de l’enfantillage.

Un bon exemple de cela est le traitement arrogant que des douzaines de courageux cliniciens ont subi pour avoir dit qu’ils utilisaient (avec succès) l’hydroxycholoquine (pour soigner les patients atteints de coronavirus).

Non contents de se montrer dédaigneux, plusieurs Gouverneurs (dont celui du Minnesota) en ont interdit la distribution.

Notre FDA (La Food and Drug Administration) déconseille désormais publiquement son utilisation en dehors des hôpitaux.

La FDA devrait savoir que ceux qui proposent son utilisation, ont toujours soutenu qu’une fois que les gens sont suffisamment malades pour être hospitalisés, l’hydroxycholoquine n’agit plus efficacement.

Le Dr Harvey Risch, épidémiologiste de Yale, a présenté un dossier solide dans Newsweek (le 23 juillet). Il a affirmé que le cocktail d’hydroxy est la clé pour vaincre ce virus. Il a étayé son dossier avec des preuves convaincantes.

Le silence du Dr Fauci et des experts du CDC à ce sujet est assourdissant.
Il a peut-être coûté des dizaines de milliers de vies.

Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres qui contribue à démolir la crédibilité de nos experts en matière de santé.

Un nombre croissant d’Américains remettent tout en question concernant notre réaction à ce virus.

Michael Barone s’oppose aux confinements dans une récente chronique publiée dans le New York Post.

Certains d’entre nous sont assez âgés pour se souvenir que Woodstock s’est déroulé sans encombre en plein milieu de la pandémie de la grippe de Hong Kong, qui a tué presque autant d’Américains que le coronavirus.

Il existe des preuves tangibles que les confinements se sont révélés contre-productifs.

Le gourou de l’investissement, Donald Lefkin, a utilisé des analyses complexes pour examiner les données. Il a indiqué que les États et les régions qui ont imposé les politiques de confinement les plus sévères ont enregistré le plus grand nombre de cas.

Cela ne surprend pas les habitants du Minnesota. Nous avons vu cette différence avec nos voisins du Dakota du Sud. Le Minnesota a été confiné et a eu un taux de mortalité presque trois fois plus élevé que le Dakota du Sud, qui n’a jamais fait de confinement.

On peut obtenir des résultats similaires en comparant la Suède à la plupart des autres nations européennes.

Si vous ne l’avez pas lu, consultez l’article intitulé: « Questions pour le Dr. Fauci », paru dans l’American Spectator (un magazine en ligne). Trois médecins ont fait équipe pour rédiger une série assez longue de questions pointues adressées à notre Tsar du coronavirus.

Ce sont des questions très persuasives.

Évidemment, ces questions n’ont pas jamais été posées par nos médias désespérément corrompus et sont restées sans réponse de la part des experts.

Lorsque l’histoire de cette année sera écrite (par des historiens honnêtes), elle ne sera probablement pas favorable aux élites pleines de couardise qui ont causé la panique et précipité notre économie du haut de la falaise.

Benjamin Franklin a averti que « les réputations, comme la fine porcelaine, se brisent facilement et ne sont jamais correctement réparées ».

Ces experts se sont tiré dans le pied.

Nous ne devrions pas avoir à vivre dans un monde rempli de cynisme. Mais trop d’experts modernes, de sources anonymes et d’initiés ne nous ont pas laissé le choix.

* Gil Gutknecht a effectué six mandats à la Chambre des Représentants des États-Unis pour un district du Minnesota.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source : Townhall

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz