Publié par Christian Larnet le 17 septembre 2020

La politique étrangère agressive du président turc Recep Tayyip Erdogan a incité les responsables américains à intensifier les préparatifs de retrait de la base aérienne d’Incirlik, selon un sénateur Républicain.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Nous ne savons pas ce qui va arriver à Incirlik », a déclaré le sénateur du Wisconsin Ron Johnson, qui préside la sous-commission des relations étrangères du Sénat pour l’Europe. « Nous espérons un mieux, mais nous devons prévoir le pire. »

Erdogan a menacé à plusieurs reprises de couper l’accès des Américains à la base, qui abrite des dizaines d’armes nucléaires américaines, depuis qu’il a écrasé une tentative de coup d’Etat ratée en 2016.

Un retrait signalerait un changement majeur dans l’équilibre de la confiance entre les Etats-Unis et le pays qui se vante d’être le deuxième plus grand membre militaire de l’OTAN, mais l’affinité croissante d’Erdogan pour le président russe Vladimir Poutine, et son hostilité envers d’autres alliés de l’OTAN comme la Grèce et la France, ont mis en colère les responsables américains, et Donald Trump, et fait naître la crainte d’un chantage inacceptable dans l’alliance transatlantique.

« Nous voudrions maintenir notre présence en Turquie afin d’optimiser notre assistance à la protection de l’Europe », a déclaré M. Johnson.

« Je ne pense pas que nous voulions faire ce changement stratégique, mais je pense que, d’un point de vue défensif, nous devons regarder la réalité en face et voir que la voie sur laquelle Erdogan s’est engagé n’est pas bonne ».

  • Les désaccords entre la Turquie et les autres alliés de l’OTAN se sont accrus ces dernières années, en partie à cause de l’achat par Erdogan de systèmes de missiles anti-aériens russes avancés – une décision qui a conduit l’administration du président Trump à expulser la Turquie du programme de chasseurs furtifs F-35.
  • Plus récemment, Erdogan s’est retrouvé mêlé à un conflit de frontière maritime avec la Grèce, une controverse suffisamment grave pour inciter les responsables de l’OTAN à intervenir pour tenter d’éviter un affrontement militaire entre les deux membres de l’alliance.

« Ma principale inquiétude est un affrontement involontaire », a déclaré la Fondation pour la défense des démocraties Aykan Erdemir, ancien législateur turc et critique d’Erdogan, lors d’une discussion sur le conflit Turquie-Grèce.

« Même un conflit militaire de courte durée pourrait être extrêmement préjudiciable à l’OTAN. Parce que quand on y pense, vous savez, du point de vue russe, rien ne pourrait être plus formidable que deux membres clés de l’OTAN, flanqués au sud-est, se battant l’un contre l’autre ».

  • La Turquie et la Grèce ont toutes deux rejoint l’OTAN en 1952, mais les relations des États-Unis avec ces deux pays évoluent dans des directions opposées.

« Nous renforçons notre présence dans la baie de Souda, parce que notre présence en Turquie, honnêtement, est menacée »

« Nous considérons déjà la Grèce comme une alternative », a déclaré M. Johnson, tout en envisageant une sortie d’Incirlik.

  • La marine américaine maintient déjà une base dans la baie de Souda, sur l’île grecque de Crète, et l’importance de cet avant-poste s’accroît avec les tensions entre Washington et Ankara.

« C’est très malheureux, le chemin qu’Erdogan prend ou a pris pour la Turquie », a déclaré M. Johnson.

« C’est inquiétant. C’est très inquiétant, et c’est une des raisons pour lesquelles nous augmentons et améliorons notre coopération militaire avec la Grèce… nous renforçons notre présence dans la baie de Souda, parce que notre présence en Turquie, honnêtement, est certainement menacée ».

  • Le conflit d’Erdogan avec la Grèce n’est qu’une des controverses sur les frontières maritimes, en partie à cause des récentes découvertes de gaz naturel qui font de la Méditerranée orientale un atout économique substantiel.
  • Mais la Turquie a un autre conflit avec Chypre, où la Turquie maintient une présence militaire depuis qu’elle s’est illégalement emparée d’une partie de l’île en 1974, et qu’elle en est l’occupant parce que les faibles Européens ferment les yeux.
  • La Turquie et Chypre ne sont pas non plus d’accord sur la question de savoir qui a compétence sur les eaux riches en énergie.

Et au milieu de ces controverses, le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé la semaine dernière que Chypre serait autorisée à acheter « des armement et des systèmes de défense non létaux », ce qui constitue un allègement partiel de l’embargo sur les armes imposé en 1987.

« Il est dans l’intérêt de notre sécurité nationale de lever ces restrictions sur les armes, dépassées depuis des décennies, et d’approfondir nos relations avec la République de Chypre en matière de sécurité », a déclaré le sénateur du New Jersey Bob Menendez, le principal Démocrate de la commission des relations étrangères, en soutien à l’annonce de Pompeo.

  • Les responsables du Département d’État considèrent que la décision permettra à Chypre d’atténuer l’influence russe sur l’île, qui permet traditionnellement aux navires de la marine russe de se ravitailler dans les ports chypriotes.
  • Cependant, le renforcement des liens de sécurité entre Chypre et les États-Unis est également une mise en garde lancée à Erdogan, et un signe que les États-Unis de Trump préparent une série de nouvelles options au cas où les décisions politiques du dirigeant turc rendraient Incirlik intenable pour les forces américaines. Les mêmes décisions risqueraient cependant d’être remises en cause si Biden est élu.

Erdemir, l’ancien législateur turc, a convenu que les ouvertures à Chypre et à la Grèce sont en partie conçues comme une couverture contre les menaces d’Erdogan à l’égard d’Incirlik.

Trump, considéré par les médias et les never-Trumper comme un homme sans vision, a encore une fois quelques longueurs d’avance sur les experts, et un très solide bon sens pour diriger sa vision du monde.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz