Publié par Gaia - Dreuz le 18 septembre 2020

Source : Lesobservateurs

Le meurtrier présumé d’un homme de 29 ans, samedi soir devant un restaurant kebab à Morges, est passé aux aveux, a révélé à la RTS une source proche de l’enquête. Il a justifié son crime par « vengeance contre l’Etat suisse ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Considéré comme un danger pour la sécurité intérieure et extérieure de la Suisse depuis 2017 par le Service de renseignement de la Confédération, le Vaudois (sic!) Omer A., 27 ans, est passé à l’acte samedi dernier, tuant à coups de couteau un passant devant un Kebab à Morges.

Arrêté le lendemain en possession de l’arme du crime et notamment d’un exemplaire du Coran, il a justifié son crime par « vengeance contre l’Etat suisse » en s’en prenant à un quidam représentant sa population. Il a aussi dit qu’il s’agissait de « venger le Prophète ».

« Acte à caractère terroriste »

Selon une source sécuritaire fédérale, il s’agit clairement d’un « acte à caractère terroriste ». Le jeune homme, déséquilibré psychiquement, en rupture avec sa famille turco-suisse établie dans l’ouest lausannois, était surveillé activement depuis 2017 comme un individu radicalisé.

Il a été incarcéré en avril 2019 après avoir tenté de mettre le feu à une station d’essence de Prilly (VD) dans son quartier. Il a été libéré de prison préventive au mois de juillet de cette année, a révélé la RTS. Et il a échappé au filet social et psychologique mis en place par le Ministère public de la Confédération en concertation avec les autorités vaudoises.

Flou autour de sa libération

Comme il était déjà dans le radar des Services de renseignements pour soupçon de radicalisation depuis 2017, c’est le Parquet fédéral qui s’est saisi du dossier et qui a géré sa détention préventive.

Pour quelles raisons a-t-il été relâché cet été, malgré un profil violent et déséquilibré et sous quelles conditions? Pour l’heure, le Ministère public de la Confédération, qui a repris l’enquête de l’homicide, ne répond à aucune question.

Une source proche de l’enquête affirme qu’un large éventail de mesures a été mis en place pour tenter de cadrer le jeune homme, mais sans succès.

Selon un communiqué du MPC diffusé mercredi après-midi, ces mesures de substitution comprenaient notamment un couvre-feu nocturne, une obligation de s’annoncer et l’interdiction du port d’armes. Jusqu’à l’homicide, le MPC affirme « n’avoir été informé d’aucune violation des mesures de substitution imposées qui aurait justifié une nouvelle remise en détention ».

Dans l’entourage proche, la famille refuse de s’exprimer. Les liens avec le suspect sont rompus depuis plus d’une année. La famille a toutefois régulièrement collaboré avec la police pour tenter d’endiguer la radicalisation d’Omer A.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz