Publié par Magali Marc le 19 septembre 2020

Lors du forum tenu sur la chaîne ABC auquel a participé le Président Trump, mardi soir, avec George Stephanopoulos comme modérateur, le président a du faire face à une hostilité ouverte et une ligne de questionnement agressive de la part de plusieurs intervenants. Au contraire, le forum de Joe Biden qui s’est déroulé jeudi soir sur CNN, avait comme modérateur Anderson Cooper. Accompagné d’une majorité de supporters démocrates, Anderson Cooper s’est montré amical et les intervenants ont posé à tour de rôle des questions complaisantes à l’ex-vice-président.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit une partie des remarques faites par plusieurs contributeurs à propos du forum de Joe Biden: Joel B. Pollak de Breitbart, Bronson Stocking de Townhall, Ed Morrissey de Hot Air, et Stephen Kruiser de PJ Media.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Biden a profité de ce forum sur CNN pour répéter ses mensonges habituels concernant l’Administration Trump.

Le vote par correspondance

Joe Biden a répété des théories de conspiration (qui ont été mainte fois démystifiées) concernant la Poste et les boîtes aux lettres.

Ayant du mal à se souvenir des mots «boites aux lettres», il a ânonné :

Ces, ces, ces, euh, endroits où vous postez vos bulletins de vote.

La pandémie

Biden a blâmé le Président Trump pour la pandémie du coronavirus, disant que :

Si le président avait fait son travail, tout le monde serait encore en vie ».
Pour prouver son affirmation absurde, Biden a invité les gens à simplement « consulter les données.

C’est ce que Joe Biden et les Démocrates entendent par «science».

Par la suite, il s’est dit prêt à exiger que les gouverneurs imposent le port du masque et a juré d’imposer le port du masque sur les propriétés fédérales s’il était élu président.

Mais alors qu’avec CNN, il prétendait prendre le virus au sérieux, il a été surpris en train de s’approcher de M. Cooper sans porter son masque pour chuchoter à l’oreille de l’animateur tandis que CNN était sur le point de faire une pause publicitaire.

Il a menti lorsqu’il a accusé le Président Trump de ne pas avoir mentionné le coronavirus dans son discours sur l’état de l’Union. En réalité, M. Trump dans son discours sur l’état de l’Union a déclaré :

Mon administration prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger nos citoyens contre cette menace.

Pendant ce temps, Nancy Pelosi déchirait sa copie du discours.

Le Green New Deal

Après avoir nié que son plan climatique englobe les politiques du Green New Deal, M. Biden a déclaré qu’il ne pensait pas que le Green New Deal d’Alexandria Ocasio-Cortez est «éxagéré» et il a dit que son propre plan allait « changer fondamentalement la façon dont nous traitons l’environnement ».

On sait qu’AOC avait déclaré la veille à un journaliste qu’elle était confiante qu’elle et d’autres progressistes pousseraient Joe Biden vers l’extrême gauche.

Le Fracking

L’animateur Anderson Cooper a brièvement insisté sur le fait que Biden a dit tout et son contraire concernant la question du fracking. Mais lorsque Biden a donné une réponse à peine cohérente, M. Cooper a laissé tomber. C’est une ruse classique des médias de masse quand ils interviewent des Démocrates. L’interviewer fait semblant de poser une question difficile, puis accepte pratiquement n’importe quelle réponse et en reste là.

Concernant le fracking, Biden a dit :

Je ne le fermerai pas, mais je ne le laisserai pas non plus continuer.

Donc il admet qu’il ne va pas supprimer le fracking immédiatement mais il veut faire transiter des centaines de milliers de travailleurs de Pennsylvanie vers d’autres emplois.

En bref, il prévoit d’éliminer le fracking, mais il ne veut tout simplement pas dire cela lors des élections générales, surtout pas lorsqu’il est en Pennsylvanie.

Ses plans pour éliminer le fracking comprennent une transition d’un grand nombre de travailleurs qui perdront leur emploi, vers la construction de 500 000 stations de recharge pour voitures électriques sur les autoroutes.

Ce n’est pas tout à fait la même chose que la riposte du genre « apprenez à codifier » qu’Hillary Clinton a servi aux mineurs de charbon en 2016, mais ce n’est pas tellement différent non plus.

D’où viendra toute cette électricité une fois qu’il n’y aura plus de fracking ni de forage aux États-Unis ?

Observons la Californie pour avoir un exemple de la fiabilité des énergies alternatives, mais faisons-le uniquement pendant les heures où il n’y a pas de coupures de courant dans tout l’État.

Pour ce qui est de la délocalisation des emplois à l’étranger, la plupart des syndicalistes présents dans l’assistance en attribuent probablement la responsabilité à l’ALENA, à l’admission de la Chine à l’OMC et à la globalisation – autant de politiques auxquelles Biden est favorable et auxquelles Trump s’est opposé.

S’il veut se présenter sur une plateforme «America First», Biden risque de trouver que cet espace est plutôt encombré !

La loi et l’ordre

Joe Biden a déclaré qu’il ne lit pas les nouvelles internationales, mais qu’elles lui sont livrées par l’intermédiaire de ses conseillers et de ses anciens agents de sécurité.

Ce commentaire de Biden est venu en réponse à une question d’un chef de police à la retraite, qui lui a demandé ce qu’il ferait pour restaurer le respect du public pour les forces de l’ordre et l’armée, et comment il s’y prendrait pour réunifier le pays.

Plutôt que de répondre directement, Biden a affirmé que le Président Donald Trump était responsable des émeutes et de la violence qui ont saisi la nation depuis que le mouvement Black Lives Matter est descendu dans la rue, fin mai, en réaction à la mort de George Floyd en garde à vue à Minneapolis, dans le Minnesota.

L’ex-vice-président a déclaré :

... pensez à ce que voit le reste du monde. Je ne lis pas la presse internationale, mais mes conseillers et mes anciens responsables de la sécurité me la font parvenir en permanence. Ils nous regardent en se demandant ce qui se passe aux États-Unis d’Amérique.

À noter que les médias s’étaient moqués de l’ancienne opposante de Biden, la Gouverneure de l’Alaska, Sarah Palin, pendant la campagne de 2008, lorsqu’elle n’a pas pu nommer les journaux qu’elle lisait quotidiennement.

Biden a dénoncé la violence « de toute nature, quelle qu’en soit l’origine », puis a ajouté que le président :

n’a pas encore condamné … l’extrême droite et les défenseurs de la suprématie blanche.

C’est complètement faux, et là il ne fait que répéter un mensonge qu’il a déjà dit auparavant – également sur CNN – et aussi en présence d’Anderson Cooper.

Cette fois, ABC News a vérifié les faits et a noté – de façon louable – que Trump a condamné les suprématistes blancs après les émeutes de Charlottesville d’août 2017, à propos desquelles Biden a menti, ainsi qu’à d’autres occasions.

Deux jours après les violents affrontements de Charlottesville, en Virginie, en 2017 – après avoir d’abord assimilé la violence des tenants de la suprématie blanche à celle des protestataires – Trump a déclaré :

Le racisme est le mal et ceux qui provoquent la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, les néo-nazis, les défenseurs de la suprématie blanche et d’autres groupes haineux.

Un mois plus tard, le président a signé une résolution du Congrès condamnant la suprématie blanche.

En 2019, à la suite des fusillades d’El Paso (Texas) et de Dayton (Ohio), Trump a déclaré :

D’une seule voix, notre nation doit condamner le racisme, le sectarisme et la suprématie blanche. Ces sinistres idéologies doivent être vaincues. La haine n’a pas sa place en Amérique. La haine déforme l’esprit, ravage le cœur et dévore l’âme, a-t-il ajouté.

Biden a également répété plusieurs autres mensonges au cours de sa réponse au chef de la police, disant au moins cinq mensonges dans une seule réponse.

  1. Il a prétendu à tort que l’ex-assistante de Trump, Kellyanne Conway, avait dit que le chaos était bon pour l’Administration Trump;
  2. que les manifestants du parc Lafayette étaient «paisibles»;
  3. que Trump avait fait gazer ces manifestants pour pouvoir traverser le parc pour une séance de photos;
  4. que Trump tenait une Bible à l’envers lors de son discours devant l’église épiscopale St.John; et
  5. le mensonge cité plus haut à propos de la non-dénonciation par Trump des suprématistes blancs.

Finalement, Biden n’a jamais répondu à la question du chef de police à la retraite.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz