Publié par Gaia - Dreuz le 19 septembre 2020

Source : Lematin

Les risques d’un recours à un respirateur ou de décès seraient réduits de 44% pour les patients traités avec l’anti-inflammatoire Actemra/Roactemra de Roche.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Après un échec essuyé en juillet, Roche peut désormais se prévaloir de résultats positifs dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. L’anti-inflammatoire Actemra/Roactemra (tocilizumab) du géant pharmaceutique rhénan permettrait de réduire le recours à un respirateur pour les patients hospitalisés.

Le laboratoire rhénan a par ailleurs lancé un nouveau test sérologique dévolu au Sars-Cov-2. Actemra/Roactemra a atteint son critère primaire d’évaluation dans le cadre de l’étude Empacta, dont les résultats seront transmis à l’Autorité sanitaire américaine (FDA), a précisé vendredi Roche.

Les risques d’un recours à une assistance respiratoire ou de décès seraient réduits de 44% pour les patients hospitalisés suite à une pneumonie associée au Covid-19 et traités avec l’anti-inflammatoire de Roche, par rapport aux personnes ayant reçu un placebo et les soins de base.

En revanche, il n’y a pas de différence statistique de mortalité entre les patients ayant reçu Actemra/Roactemra ou un placebo, selon Roche.

L’étude Empacta a été menée aux États-Unis, en Afrique du Sud, au Kenya, au Brésil, au Mexique et au Pérou. Le géant pharmaceutique précise que les participants provenaient d’ethnies généralement sous-représentées dans ce type de recherches, comme les populations hispaniques, amérindiennes ou noires.

Ces résultats mettent du baume au coeur du laboratoire bâlois, qui avait essuyé fin juillet un échec en études cliniques avancées avec Actemra/Roactemra. Ce produit n’avait pas permis d’amélioration clinique de l’état de patients hospitalisés pour une forme sévère de pneumonie associée au Covid-19.

Douzième test

Chez UBS, on affiche un optimisme assez modéré. Les analystes de la grande banque décrivent les résultats de l’étude comme étant mitigés, la bonne nouvelle étant l’inclusion de patients issus de minorités ethniques, un groupe affecté de manière disproportionnée par la pandémie. En contrepartie, l’anti-inflammatoire de Roche n’a pas permis une sortie plus rapide de l’hôpital, d’amélioration de l’état clinique ou de différence en termes de mortalité.

Par ailleurs, Roche a lancé un nouveau test permettant de détecter les anticorps développés par le système immunitaire en réponse au Sars-Cov-2 chez les personnes ayant contracté cette forme de pneumonie virale.

Ce test dit sérologique pourra être utilisé dans les pays acceptant la norme CE tandis qu’aux États-Unis une demande d’homologation urgente (EUA) a été soumise aux autorités sanitaires (FDA).

Il s’agit du douzième test sérologique développé le groupe pharmaceutique dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Le laboratoire bâlois a encore obtenu un avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CMPH) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour la combinaison Tecnentriq et Avastin dans une indication de traitement du cancer du foie. Le CHMP recommande l’homologation des deux médicaments pour traiter des patients adultes atteints d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non résécable.

Les investisseurs ont salué ces nouvelles. Le bon de jouissance Roche a achevé la séance sur un gain de 1,84% à 343,10 francs, dans un SMI en progression de 0,19%.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz