Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 20 septembre 2020

Les écolo-gauchistes au pouvoir, ça ose tout ! C’est à ça qu’on les reconnaît ! Bien vivre à Grenoble : des racailles anarcho-gauchistes libertaires revendiquent impunément l’incendie de la mairie à Grenoble !

Quand la barbarie et les violences impunies des racailles anarcho-gauchistes libertaires font alliance avec les écolo-gauchistes à Grenoble, on a la preuve que les écolo-gauchistes au pouvoir, ça ose tout quand le maire Hurmic de Bordeaux veut sauver les sapins de la barbarie de Noël ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les écolo-gauchistes au pouvoir dans les grandes villes ne sont jamais à court d’idées à la con !

Barbarie impunie des racailles anarcho-gauchistes, Oui ! Barbarie contre les sapins de Noël, Non !

Breizh-info : Les écolo(-gauchistes libertaires) ont réussi à enlever plusieurs grandes villes lors des dernières municipales. Et même les principales villes de France : Marseille, Lyon, Bordeaux, Strasbourg… (et Paris aussi au vu des orientations écolo(-gauchistes libertaires) d’Hidalgo). En tout, ce ne sont pas moins de quatorze métropoles où les Verts sont membres de l’exécutif local. Une seule était tenue par Europe Ecologie les Verts avant ces municipales de 2020 : Grenoble (Isère), capitale des Alpes. Elle était tombée aux mains d’Éric Piolle lors des municipales de 2014. C’était la première fois que les Verts prenaient une grande ville. Le bilan de ces six années de mandat permet de voir ce que préfigure (peut-être) ces gains écologistes…

1. La chasse aux voitures : Piolle a instauré les 30km/h dans une large partie de la ville et fermé à la circulation des rues pour en faire des pistes cyclables (ou des voies piétonnes). Le résultat de cette politique ?

Grenoble a bondi dans le classement des villes les plus embouteillées. Elle fait aujourd’hui partie des cinq villes de France où les automobilistes passent le plus temps coincés dans les bouchons. Pour reléguer les voitures hors de la ville, Piolle a aussi supprimé de nombreuses places de stationnement, fait augmenter le prix dudit stationnement et il a instauré, avant Paris, la vignette Crit’Air (qui interdit l’accès aux véhicules les plus polluants). Et Piolle se déplace le plus souvent à vélo pour se rendre à la mairie ! Ben voyons !

2. Ses échecs : Sa vision dogmatique sur la place de la voiture en ville n’a pas fait que des adeptes. Les commerçants ont dénoncé la piétonisation de certaines rues qui éloigne leurs commerces du passage des véhicules et leur fait perdre du chiffre d’affaire… La gauche lui a reproché d’avoir fermé des bibliothèques dans le cadre d’un plan d’économies. Enfin, Piolle avait promis des consultations citoyennes, il voulait faire de sa ville un laboratoire de démocratie participative. Mais la majorité écolo-gauchiste libertaire a refusé ses propres règles de démocratie participative ou alors est passée en force sans consultation sur d’autres sujets.

Et d’un point de vue juridique, le tribunal administratif aurait interdit les votations citoyennes.

3. Violence et insécurité : entre maghrébins et extrême gauche. Grenoble est l’une des 10 villes (avec Marseille) les plus dangereuses d’Europe. Les fusillades sont hebdomadaires, les vols de sac à main ou les coups de couteaux sont quotidiens. L’exécutif grenoblois Europe Ecologie les Verts n’est pas à la hauteur.

Depuis Piolle, l’extrême gauche anarchiste a incendié, dans la ville et ses alentours, des casernes de gendarmerie, une église, des locaux d’entreprises et la mairie ! Tous ces incendies ont des motifs politiques.

La délinquance ou les crimes de rue sont commis en majorité par des membres de la communauté maghrébine. Le quartier du Mistral est un haut lieu du trafic de stupéfiant. C’est là que des émeutes avaient éclaté en mars 2019, mobilisant d’importantes forces de police plusieurs nuits de suite. Un des crimes les plus médiatisés, qui a eu lieu sous le mandat de Piolle, fut celui du jeune Adrien Pérez qui fêtait son anniversaire.

Tué à coups de couteaux par les frères Yanis et Younes El Habib alors qu’il défendait une amie.

Le bilan des écologistes à Grenoble en matière de lutte contre l’insécurité et la délinquance est nul.

Piolle, arrivé à la mairie, voulait supprimer les caméras de surveillance de la ville. Ben voyons !

Finalement face à la réalité il a abandonné son projet mais pas sa vision gauchiste. Les caméras sont encore en place. Et elles ont permis de confondre les meurtriers de Pérez. En 2018, l’écologiste opposé au tournant sécuritaire (nécessaire à Grenoble) a privé d’arme ses policiers municipaux et réclamé au ministre de l’intérieur Colomb, des renforts de policiers nationaux pour rétablir l’ordre dans son Chicago Français.

Il y a donc tout lieu de craindre dans les grandes villes occupées par les écolo(-gauchistes libertaires) une chasse sans merci aux voitures et une taxation des automobilistes, mais aussi une incapacité à juguler la délinquance et à faire baisser l’insécurité, préférant des caméras pour faire la chasse aux automobilistes !

Le Parisien avec AFP, 12 novembre 2019 : Grenoble : des anarchistes revendiquent l’incendie de la mairie. Une revendication de l’incendie de la mairie de Grenoble a été postée sur un site libertaire indymedia.

Le texte raconte l’expédition des briquets cagoulés, issus de la mouvance anarcho-autonome, vers la mairie de Grenoble où il cite l’immolation des institutions : « On comptait proposer au budget participatif de la ville de Grenoble un contre-projet : la mise à feu de la démocratie ! On a brûlé la mairie de Grenoble et on se souviendra du pouvoir qu’on a repris par cet acte de rébellion ! » L’incendie de l’Hôtel de ville s’ajoute à une longue liste de faits similaires également revendiqués : incendie des locaux de France Bleu Isère en janvier, incendie d’un entrepôt de la société de travaux publics Eiffage en octobre 2018, incendie d’un centre de culture scientifique en novembre 2017 et des attaques contre la Gendarmerie en septembre et octobre 2017.

Sud ouest avec AFP : Une mouvance anarchiste multiplie les actes de vandalisme en Rhône-Alpes.

Depuis quelques mois, des dizaines de véhicules ciblés ont été incendiés, ainsi que des antennes relais et des bâtiments. Tous ces actes sont revendiqués par un collectif baptisé « individualités sauvages« .

De nombreux actes de sabotage qui ont été revendiqués par une mouvance anarcho-autonome ont été perpétrés en Rhône-Alpes contre des équipements publics ou privés. L’incendie d’une antenne relais de TDF à Saint-Laurent-sous-Coiron, en Ardèche : 165 000 foyers ont été privés de TNT et des antennes de Radio France et NRJ, sans compter les 40 000 usagers de SFR privés de réseau.

Dans son communiqué, intitulé « Les communications ennemies partent en fumée », un collectif baptisé « Individualités sauvages » a déclaré avoir « coupé les clôtures, forcé les portes avec pince et pied de biche » et « foutu le feu avec de l’essence au matériel électronique de plusieurs locaux et antennes« . De nombreux actes de vandalisme ont été commis. Un pylône de TDF, à Piegros-la-Clastre, dans la Drôme, a été incendié.

Véhicules, bâtiments, composteurs… rien n’est épargné avec plusieurs actes de sabotage toujours revendiqués comme à Grenoble. Un local du distributeur d’électricité Enedis a été incendié, à Crest, dans la Drôme. Un communiqué sur le site Indymedia, proche de la gauche radicale, a revendiqué l’action. Un local du parti Les Républicains a été saccagé à Grenoble pour lutter contre « les sentinelles de l’ordre marchand« .

Sept véhicules ont été incendiés, dont trois du centre communal d’action social (CCAS) de Grenoble, accusé de « cogérer la misère« . Ben voyons ! TAKAYCROIRE ! La Métropole de Grenoble a été visée avec sept véhicules brûlés et 185 composteurs du réseau de tramway ont été dégradés, avant que 11 véhicules d’Enedis ne soient incendiés au nom de la lutte contre « un des mille avatars de l’infrastructure capitaliste« .

Stéphane Ortega, rapportsdeforce.fr : Alternative municipale à Grenoble : le pouvoir est-il maudit ?

En 2014, Piolle prenait la mairie à la tête d’une coalition Europe écologie les verts (EELV)-Parti de gauche. Quatre ans plus tard, l’amertume et les tensions entre une partie du mouvement social grenoblois et l’équipe municipale apparaissent au grand jour. Un tract dénonce la politique menée par Piolle où sont évoqués les fermetures de services publics municipaux, la coupure de l’électricité du squat le 6 Jay qui héberge mal-logés et migrants, ou la stigmatisation des pauvres sous couvert de politique écologique.

En 2014, la liste conduite par Piolle arrache la mairie au PS avec un programme construit autour de trois axes : l’écologie, le social et le renouvellement de la vie démocratique. Participation des habitants, droit de votation d’initiative citoyenne, renforcement des services publics, droit au logement, soutien à la culture et aux bibliothèques font partie des 120 engagements pour la ville de Grenoble. Ce qui séduit les mouvements sociaux où une vingtaine d’associatifs (écologistes, soutiens aux sans-papiers) et de syndicalistes (Solidaires, FSU, CNT) participent à l’alternative municipale. Rien ne va plus entre les mouvements sociaux et le maire.

La lutte soutenue par les syndicats CGT, Solidaires, FO, CNT, et par des habitants, dure plus d’un an.

Piolle n’a jamais rencontré l’intersyndicale. La mairie envahie, les opposants aux fermetures de bibliothèques font face à la police. Deux des trois bibliothèques sont fermées, laissant beaucoup d’amertume et de colère. Moran Kerinec (Reporterre) : L’écologie au pouvoir : bilan d’un mandat à Grenoble après six ans de laboratoire de l’écologie municipale. Les Verts passés du rôle de contre-pouvoir à celui de décideurs sont-ils capables de mettre en œuvre un projet écologique ? Grenoble (Isère), les réussites pratiques s’opposent aux débâcles symboliques. La révolution verte a-t-elle eu lieu ? Piolle : « Tout le monde m’interroge sur mon bilan. Nous avons réussi à changer la pratique de la politique et à appliquer les règles de la vie de monsieur tout-le-monde à la vie publique, tout en ayant des niveaux d’indemnités qui soient publics et abordables ».

Dans les premières mesures de son mandat figurent la baisse de 25% des indemnités attribuées aux élus et de 78% pour les frais de bouche. Dans l’inventaire des succès on note le passage de 60% des cantines à l’alimentation bio, la tarification sociale de l’eau, le bannissement des panneaux publicitaires, la prime air-bois et la fourniture en énergie verte qui devrait couvrir à 100% les ménages d’ici 2022. L’un des effets du mandat écologiste est la généralisation de la zone 30 et la construction d’une autoroute à vélo.

Avec 15,2% de ses actifs rejoignant au quotidien leur travail à vélo, Grenoble est dans le tiercé de tête des grandes villes françaises où le vélo est le plus utilisé. On compte des débâcles. Grenoble est passée de la 10ème ville la plus embouteillée de France à la 4ème place. Les difficultés pour aller et se garer au centre-ville frappent les commerçants. Grenoble à vélo : Beaucoup ont dû fermer ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Leur chiffre d’affaires a baissé d’environ 30% depuis 2016 et les commerces du centre-ville avec des boutiques aux volets clos et des locaux vides ont chuté de 10,4%. Cela fait très longtemps que la circulation en heures pleines est un tracas, et ça s’est accéléré et fortement aggravé. Mais que ça plaise ou non, l’écolo-gauchiste Piolle a accompli sa mission et son programme : il a gravement entravé la circulation !

Mais le vrai enjeu, ce sera la sécurité dans une ville pourrie et gangrenée par le trafic de drogue !

Piolle : Nous avons ici un poids très lourd du trafic de drogue et qui génère une violence réelle. Nous avons été trop idéalistes dans beaucoup de domaines… C’est le principe de la politique, se coltiner la réalité.

En 2018, la Cour des comptes alertait sur la situation très dégradée à la fin de l’exercice 2015, un an après l’élection de Piolle. Pour éviter la mise sous tutelle de l’État, la mairie a dû se réorganiser pour survivre.

Pour faire face à la baisse des dotations de l’État en 2016, la municipalité a fait des coupes budgétaires dont la fermeture de bibliothèques municipales. La mairie sacrifiant la culture a choqué.

Les vieilles rancœurs entre les écologistes et le PS persistent. Pour la cuvée 2020, adoubé par le PS sans en avoir l’étiquette, Olivier Noblecourt était un ex-délégué interministériel de Macron. Il a vu se fermer des portes à gauche et la moitié des socialistes locaux ont fait défection pour rejoindre Piolle. Ainsi, la guerre des gauches est terminée à Grenoble avec un arc humaniste qui va de la France insoumise à la moitié du PS.

La mission accomplie de l’écolo-gauchiste Piolle ne s’adresse pas aux personnes dont le scepticisme les a fait d’ores et déjà classer par les écolo-gauchistes dans la catégorie des personnes infréquentables.

En revanche, ceux qui veulent comprendre de bonne foi le néo-fascisme anarcho-libertaire ont intérêt à s’habituer aux préjugés des néo-fascistes anarcho-libertaires, dont le masque antifasciste très opportuniste ne peut plus cacher la réalité néo-fasciste gauchiste anticapitaliste et anti-voiture bobo-révolutionnaire.

La liberté d’expression des autres doit toujours faire les frais des préjugés des néo-fascistes anarcho-libertaires. Pour ces gens-là, la liberté d’expression des autres n’est pas essentielle et de toute manière, elle est inutile, car les néo-fascistes anarcho-libertaires staliniens ne peuvent convaincre le plus grand nombre qu’en empêchant la liberté d’expression. En clair, la liberté d’expression des autres est une notion inutile.

Arriver à penser que les néo-fascistes anarcho-libertaires seraient pour la liberté d’expression alors qu’ils veulent empêcher tous les autres de s’exprimer révèle sûrement de la plus grande naïveté.

Christian De Lablatinière, europe-israel.org : le maire Hurmic de Bordeaux : L’opinion des fachos, je m’assieds dessus ! Intelligent, non ? Le maire écolo de Bordeaux considère qu’aimer les sapins de Noël, c’est être facho, et il ne fera pas de consultation : L’écolo-gauchiste Hurmic n’entend pas consulter ses administrés après sa décision néo-fasciste (à la con) de retirer « l’arbre mort » de la place Pey Berland. Pas avant… 2021 !

Après sa décision néo-fasciste, le maire écolo-gauchiste Hurmic est contre la liberté d’expression : Les signatures viennent de la France entière. Toute la fachosphère s’est mobilisée dans ce débat puéril !

Moralité : le maire écolo-gauchiste Hurmic ne veut pas demander leur avis aux Bordelais et il a rejeté la pétition de la plateforme Change.org, signée plus de 12 200 fois, qu’il dit venir de la fachosphère.

Christine Tasin : Éric #Zemmour : L’ennemi des écolos n’est pas la pollution mais le Peuple français avec ses traditions, sa culture, ses habitudes, sa grandeur. Ils haïssent tous les grands hommes de l’histoire de France ! Quand on égorge des milliers de moutons pour l’Aïd el-Kébir, on n’entend jamais les écolos !

Le projet de société néo-fasciste des écolo-gauchistes porte en lui-même des décisions liberticides. Et au sein de ce projet de société néo-fasciste, pas de place pour la contestation, ni de débat d’idées sur les idées à la con des écolo-gauchistes anarcho-libertaires au pouvoir ! Ils veulent penser que le problème, ce ne sont pas leurs idées à la con, mais le risque soi-disant de les ostraciser, avec la possibilité de se victimiser.

Moralité : Des racailles peuvent en cacher bien d’autres avec les violences de Grenoble et les écolo-gauchistes au pouvoir et le Péril EELV, avec l’exemple des violences anarchistes répétées à Grenoble ! Une fausse écologie réformiste petite-bourgeoise, mais des vrais écolo-anarcho-gauchistes libertaires au pouvoir !

causeur.fr, Martin Pimentel : Rejet massif des bigoteries d’EELV (sondage politique). Un sondage réjouissant récuse les lubies des maires EELV. Les Français ne sont pas convaincus par les (idées à la con) de ces élus écolo-anarcho-gauchistes libertaires au pouvoir. Pour Piolle : les Français sont des cochons !

Et pour Hurmic : les Français sont des bande de fachos ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Du danger de la lecture des articles des sites de réinformation anti-écolo-gauchistes libertaires !

Depuis leur Hôtel de ville de la stupidité à Lyon, Grenoble et Bordeaux, les grands muphtis libertaires, écolo-anarcho-gauchistes au pouvoir visent à interdire la liberté d’expression. Grâce à ces gens-là, on a droit à toutes sortes d’idées à la con qui nous parviennent avec toute l’immensité d’une bêtise inégalée ! En clair : avec les écolo-anarcho-gauchistes libertaires au pouvoir, la bêtise est toujours vivace, avec l’obscurantisme anarcho-gauchiste libertaire et surtout le retour de la censure stalinienne. C’est la gardienne de l’ignorance et la sauvegarde la bêtise avec la menace qui pèse sur la liberté d’expression. D’où le danger de la critique des grands muphtis libertaires, des écolo-anarcho-gauchistes au pouvoir, et des invitations à la tolérance !

Le combat exemplaire des maires écolo-anarcho-gauchistes parvenus au pouvoir : Le pouvoir, ça ne se demande pas, ça s’arrache ! Y compris sous le masque des gentils écolos sauveurs de la planète. Tous les coups sont permis, tant qu’il y aura des cons qui votent EELV et d’autres qui s’abstiennent de voter.

Notre première revendication c’est l’éradication des arbres morts de Noël, des traditions, de la culture, des habitudes des Français de souche, et de la grandeur de la France. Et aussi du Tour de France des prolos et de la statue équestre de Napoléon qui y siège depuis 155 ans par le maire de Rouen, Mayer-Rossignol. Et contre la France, la maire écolo Michèle Rubirola veut transformer Marseille en port d’entrée des migrants.

Reste à savoir si cela sera suffisant pour convaincre les électeurs de voter écolo en 2022.

Moralité : Une éradication nécessaire des écolo-gauchistes staliniens soutenus par Macron-le-petit totalitaire pour la corruption des valeurs de la France et des Français. Tout ça va sûrement laisser des traces !

Moralité : Ils haïssent tous les Français et aussi tous les grands hommes de l’histoire de France !

Marguerite Yourcenar : « Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties » !

Que peut-on attendre de ces gens-là, ces écolo-anarcho-gauchistes staliniens soutenus par Macron gay-friendly totalitaire, socialiste, opportuniste, incompétent, mystificateur, lâche et manipulateur ?

La France soumise à la corruption des valeurs des Français brûle, et pas seulement avec ses églises.

Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

Assurément, tout ça va mal finir !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz