Publié par Gaia - Dreuz le 24 septembre 2020

Source : Lesobservateurs

L’entretien entre Mgr Vigano et le vaticaniste et journaliste Marco Tosatti du blog Stilum Curiae, -dont MPI s’est fait l’écho à travers plusieurs articles-, porte essentiellement sur les principes qui doivent régir l’homme politique catholique et son action politique.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En tant qu’ancien nonce des Etats-Unis, et soutien du président Donald Trump à sa réélection à la Maison Blanche, l’évêque Mgr Vigano analyse, dans une dernière partie traduite ci-dessous, ces futures élections présidentielles, les candidats en lice, les forces en présence et les enjeux politiques, économiques, religieux et spirituels. Et à nouveau, Mgr Vigano voit dans le concile Vatican II, et la hiérarchie qui en est issue, une des causes de « la perte de foi dramatique » aux Etats-Unis.

« Macro Tossati : Joe Biden a choisi Kamala Harris comme vice-présidente, qui a défendu à son poste de magistrat californien, la plus grande société d’avortement au monde, Planned Parenthood, lorsque cette dernière a été accusée de commercialiser des parties de fœtus avortés. Quelle est la signification de ce choix ? 

Mgr Vigano : La culture de la mort qui sous-tend l’idéologie anti-chrétienne qui prévaut aujourd’hui est cohérente avec elle-même : le meurtre de créatures innocentes est l’un des points essentiels de ceux qui veulent effacer non seulement le christianisme, mais l’humanité et la création, dans lesquels l’œuvre du divin Créateur est montrée.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, ce processus de dissolution se fait à deux niveaux : un idéologique, par ceux qui veulent délibérément le mal et ont l’intention de mettre en œuvre leur propre plan infernal par étapes forcées; un économique, de la part de ceux qui soutiennent l’idéologie pas nécessairement par conviction, mais pour le profit. Ainsi, les sacrifices humains qui même pendant l’urgence de Covid ont continué à être célébrés dans les cliniques d’avortement apportent des bénéfices à Planned Parenthood et à toute la chaîne de la mort qui commercialise les organes des bébés avortés. N’oublions pas que le lobby de l’avortement – à l’instar du mouvement LGBT – fait partie des principaux financiers des campagnes électorales de gauche dans le monde. Si des entreprises idéologiquement orientées en faveur de la culture de la mort financent massivement certains partis politiques, il n’est pas étonnant que les candidats de ces partis soutiennent à leur tour leurs sponsors avec des lois qui les favorisent.

Macro Tossati : Un évêque américain, Mgr. Thomas Tobin a déclaré que pour la première fois, les démocrates ne présentaient pas de candidats catholiques. Le père James Martin, s.j., a répondu que Biden a été baptisé catholique et qu’il l’est donc. Que nous fait comprendre cetet réponse de l’état de l’Église américaine ?

Mgr Vigano : J’ai déjà dit plus haut que par ‘candidatures catholiques’ nous entendons les candidatures d’hommes politiques qui non seulement se disent catholiques, mais qui sont également cohérents avec la foi et la morale enseignées par l’Église. Si être catholique n’avait pas d’impact concret, cela n’aurait aucun sens de voter pour un candidat qui en fait ne diffère pas des autres. La réponse du père Martin, s.j., est un sophisme, car il prétend ne pas voir l’écart entre paraître et être catholique, entre exploiter la ‘dénomination’ à des fins électorales et être véritablement témoins de l’Évangile dans la vie privée, dans la vie civile et politique, et dans les institutions. Que dire du père James Martin ? Baptisé, confirmé, ordonné prêtre, il a même fait des vœux solennels de chasteté et d’obéissance, il appartient à la Compagnie de Jésus… il est LGBT. Un autre, l’un des Douze, l’a trahi. Le père Martin, toujours impeccable dans son clergyman, se regarde dans le miroir de son âme et qu’il voit à qui il ressemble !

Macro Tossati : Pourquoi, Excellence, l’Église regarde-t-elle avec un tel intérêt l’idéologie dominante, qui est pourtant si clairement anti-chrétienne?

Mgr Vigano : C’est un problème que nous portons depuis soixante-dix ans. Le clergé catholique, et en particulier la Hiérarchie, souffrent depuis lors d’un sentiment d’infériorité qui les place au-dessous de leurs interlocuteurs dans le monde. Ils se sentent ontologiquement inférieurs. Ils considèrent que l’enseignement du Christ est insuffisant, et alors ils essaient maladroitement de l’adapter à la mentalité séculière. Ils ont peur de paraître dépassés, pas dans l’air du temps, voire des siècles de retard, comme le disait un autre illustre jésuite (R.I.P.) …

Ce complexe très grave est la conséquence directe d’une perte de foi dramatique. Le message salvifique du Christ est inconciliable avec les séductions du monde; il est indigne et illégitime de falsifier le Magistère pour plaire au monde, en abusant d’une autorité sacrée qui vise plutôt à prêcher à “toutes les nations, en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, en leur apprenant à tout observer ce que je vous ai commandé” (Mt 28, 19-20).

Tant que les dirigeants de l’Église persisteront à ne pas se comporter de manière cohérente avec leur rôle et avec l’enseignement du Christ, il sera impossible de demander une telle cohérence aux laïcs, qui prennent exemple sur les premiers. La confirmation vient précisément du fait qu’il existe des politiciens autoproclamés ‘catholiques’ qui bénéficient aujourd’hui du soutien de clercs et d’évêques autoproclamés ‘catholiques’. Et que ceux qui, bien que n’étant pas catholiques, défendent la vie et la loi de la nature, se retrouvent accusés de populisme, même comparés aux dictateurs du siècle dernier[9], et même pas chrétiens[10]. Ou comme dans le cas du père James Altman, récemment accusé par son évêque d’être ‘un facteur de division et de scandale’.[11]

Macro Tossati : Quel est le rôle de Planned Parenthood dans la politique américaine ? Est-ce un instrument de liberté et d’affirmation des droits, comme le prétendent les ‘progressistes’, ou…

Mgr Vigano : Planned Parenthood joue, dans la société mondialiste, le rôle opposé et contraire de celui que les institutions caritatives et les fondations pour la protection de la vie avaient dans les nations chrétiennes. Dans la société chrétienne, les enfants étaient accueillis avec amour et même dans des situations de pauvreté et de difficulté, ils étaient aidés, élevés et éduqués pour devenir de bons chrétiens et des citoyens honnêtes, traduisant la parole de l’Évangile en pratique. Dans la société anti-chrétienne, Planned Parenthood se charge de tuer ces innocents, traduisant en pratique la culture de la mort inspirée par celui qui était ‘un meurtrier depuis le début’ (Jn 8, 44). N’oublions pas que Planned Parenthood avec d’autres multinationales de l’avortement, sont avantageuses pour le délire malthusien du dôme mondialiste qui prévoit une réduction drastique de la population mondiale.

Macro Tossati : Soros et d’autres essaient de faire pression sur Zuckerberg pour que Facebook limite la présence et l’activité des pro-vie. Les choix de Biden et Kamala Harris, et ces manœuvres de censure envers ceux qui défendent la vie, à quel genre de scénario mondial mènent-ils?

Mgr Vigano : L’Évangile s’est répandu dans le monde entier grâce à la prédication des apôtres et au témoignage des martyrs et confesseurs de la foi. De même, l’anti-évangile de la Synagogue de Satan se répand grâce à la prédication des enfants des ténèbres, au témoignage de personnalités publiques, de gens de spectacle, de philanthropes autoproclamés. Au final, la division en deux camps revient toujours : d’un côté le bien et de l’autre le mal, dans la guerre biblique entre le bien et le mal. Et si un temps nos saints détruisirent des idoles et des temples païens pour ne laisser aucune place aux adorateurs du diable, il est aujourd’hui inévitable que les adeptes de la pensée unique s’unissent pour profaner et détruire les églises, démolir les croix et les statues des saints, effacez tout souvenir de la foi au Christ. Hier, il y avait la censure des livres interdits, pour protéger les simples qui auraient été empoisonnés dans l’âme; il y a aujourd’hui une censure du bien, parce que le mal ne le tolère pas.

Le scénario du monde qui se dessine est devant nos yeux : tant que nous ne comprenons pas qu’il ne peut y avoir de dialogue avec les ouvriers d’iniquité (Mt 7, 22), qu’il n’y a pas de compatibilité entre la lumière du Christ et les ténèbres de Satan, nous ne serons pas capables de gagner la bataille parce que nous n’aurons même pas reconnu que nous sommes en guerre contre les puissances infernales. Et dans une guerre, il y a forcément deux côtés opposés : celui qui refuse de servir sous la bannière du Christ finit inévitablement par aider les serviteurs du Malin. Cette prise de conscience est claire chez nos ennemis, mais elle ne semble pas aussi claire chez ceux qui ne considèrent pas la vie chrétienne comme une ‘milice’.

Permettez-moi de rappeler les propos du président Trump à la fin de la récente Convention : « Nos opposants vous disent que votre rédemption ne peut venir que du pouvoir que vous leur donnerez. » Cette ‘rédemption’ consiste à nier les droits souverains de Dieu sur les individus, sur les sociétés, sur les nations, remplaçant le doux joug du Christ par la tyrannie haineuse de Satan. Et c’est, en effet, un renversement de la Rédemption – c’est-à-dire de la rédemption de l’esclave – que le Sauveur a accomplie sur le bois de la Croix. Ne nous laissons donc pas tromper par les paroles mélodieuses de ceux qui usurpent la métaphore biblique des enfants de la lumière et des enfants des ténèbres, pour établir le royaume de Lucifer : l’obscurité et le chaos que nous voyons dans les villes américaines sont le fruit de la même idéologie qui approuve l’avortement post-natal et le mariage homosexuel, ainsi que les sponsors du BLM et des mouvements Antifa sont précisément les fondations démocrates et ‘philanthropiques’ qui s’opposent furieusement à la réélection de Trump.[12]

( …)

Aujourd’hui, la puissance salvifique du Christ est remplacée par la ‘voix de la création nous exhortant à retourner à notre place légitime dans l’ordre naturel créé’. La Passion rédemptrice de Notre Seigneur est remplacée par le ‘gémissement de la création’, et les fléaux de la Justice divine par la ‘colère de la Terre Mère’, de la pachamama …

Le président Trump a déclaré : « Nos adversaires vous disent que votre rédemption ne peut venir que du pouvoir que vous leur donnerez. Dans ce pays, nous ne nous tournons pas vers les politiciens pour obtenir le salut, nous ne comptons pas sur le gouvernement pour sauver nos âmes, mais nous plaçons notre foi en Dieu tout-puissant. » Je crois que cette confiance en Dieu, qui doit évidemment correspondre à une cohérence de vie et de témoignage chrétien, confirmera également dans cette circonstance de l’élection présidentielle que ‘la main droite du Seigneur a fait des merveilles’, comme le rappelle le Psaume 117. » (Traduction de F. de Villasmundo)

Francesca de Villasmundo 

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz