Publié par Christian Larnet le 26 septembre 2020

Mlle Rowling, 55 ans, a été longuement et durement critiquée par les militants transsexuels et LGBT depuis qu’elle s’est courageusement opposée, a refusé de s’excuser et de se rétracter pour avoir contesté l’utilisation du terme « personnes qui ont leurs règles » au lieu de « femmes ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Elle s’est accrochée et elle a gagné. Ne cédez jamais devant les terroristes de la pensée et les progressistes : ils n’en ont jamais assez et ils vous détruiraient. Au contraire, affrontez-le, tenez-vous droit, ne lâchez rien, et c’est eux qui se lasseront et se chercheront une cible plus malléable, plus facile à détruire.

Le dernier livre de K Rowling a atteint le sommet du classement des livres au Royaume-Uni après d’âpres attaques de la part des militants LGBT et transsexuels qui, en bons fascistes, veulent imposer leur opinion et interdire d’avoir la sienne.

La controverse a sans aucun doute fait grimper les ventes, bien que les attaques sur les médias sociaux ont effrayé certaines libraires qui n’ont pas offert le livre à la vente.

Troubled Blood*, c’est le nom du livre, publié sous son pseudonyme Robert Galbraith, met en scène un tueur homme qui s’habille en femme, et il est destiné à provoquer. Il a d’ailleurs atteint son objectif, car il a ravivé les affirmations mensongères selon lesquelles l’auteur de Harry Potter serait « transphobe ».

  • Les activistes appellent à le boycotter. Ils ont failli. Le livre s’est vendu à 64 633 exemplaires en 5 jours, soit près du double des ventes de son prédécesseur dans la série.
  • En tireront-ils la leçon ? Absolument pas, car ce qu’il leur importe, c’est le pouvoir d’obtenir la soumission, et ils ne renonceront pas.

Rowling dit avoir basé le nouveau personnage sur deux vrais tueurs, Jerry Brudos et Russell Williams, fétichistes de vêtements des femmes. Cependant, le personnage ne s’identifie pas comme transsexuel.

  • Non seulement elle refuse de plier, mais elle contre-attaque, en clin d’œil. La semaine dernière, Rowling a fait la promotion d’une entreprise qui fabrique des articles féministes.
  • Après avoir partagé une photo d’un t-shirt qu’elle portait, qui portait le slogan « cette sorcière ne brûle pas », elle a créé un lien vers le site web de la société à laquelle elle l’avait acheté.
  • Wild Womyn Workshop, qui vend des badges, des autocollants et des vêtements féministes, a une section intitulée « gender critical » (critique des genres).

    Il vend des badges sur lesquels on peut lire « Protégez les espaces réservés aux femmes », « La biologie féminine n’est pas une affaire de fanatisme » et « Soutenez les détranciateurs ».

Conclusion : le combat se situe ici : les transsexuels et militants LGBT refusent qu’il soit dit que seules les femmes aient leurs règles. Et si vous désobéissez, ils vous détruiront.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz