Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 septembre 2020

En un mot, elle est la candidate conservatrice parfaite. Pourquoi ? Pour commencer, parce que les médias et la gauche la vomissent et la couvrent d’insultes. Voyons pourquoi.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le président Trump a choisi la juge Amy Coney Barrett (ACB), la candidate favorite des conservateurs, pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg, et il va tenter d’obtenir une confirmation du Sénat avant le jour des élections, le 3 novembre prochain.

Trump n’a pas interviewé d’autres candidates, il a eu deux jours de réunions avec elle cette semaine, et s’est déclaré impressionné par ce juriste dont on lui avait dit qu’elle serait une « Antonin Scalia femme », en référence au célèbre juge conservateur dont elle avait été greffière.

Trump a rencontré Barrett à la Maison-Blanche lundi et mardi dernier, et il a été rapporté qu’il l’appréciait personnellement. Il n’a interviewé personne d’autre pour ce poste. En 2018, lors du choix de Brett Kavanaugh, il aurait dit à des proches qu’il la « gardait pour Ginsburg ».

« Je n’ai pas dit que c’était elle que j’ai choisie, mais elle est exceptionnelle », a déclaré Trump aux journalistes vendredi.

La sélection d’une catholique fervente va dynamiser sa base politique conservatrice, mais elle pourrait aussi réveiller les électeurs de gauche qui craignent que sa confirmation ne sonne le glas de Roe v. Wade, la décision légalisant l’avortement, ainsi que d’autres arrêts populaires auprès de la gauche politique. Il est important de noter qu’aux Etats-Unis, le sujet de l’avortement est très vivant, et qu’il divise le pays. Il faut ajouter que si Roe v. Wade était un jour annulé, et bien l’avortement ne serait pas interdit pour autant, mais il dépendrait alors de la décision de chaque Etat, et non plus de la loi fédérale. Ca, les médias se gardent bien de le dire, il préfèrent la démagogie, ils préfèrent effrayer l’électorat peu informé.

Il me faut préciser aussi que tout ce que les progressistes détestent chez Barrett, un héros du mouvement anti-avortement, se retrouve en miroir dans ce que les conservateurs détestaient chez Ginsburg. Aussi, plus elle est traînée dans la boue par la gauche, plus cela traîne Ginsburg dans la boue, en symétrie.

En substance, Trump n’aurait pas pu trouver un opposé plus parfait à Ginsburg.

  • Si elle est confirmée, ACB, 48 ans, sera le plus jeune membre de la Cour actuelle, ainsi que la sixième catholique.
  • Elle deviendra la troisième personne nommée par le président Trump à la Cour suprême.
  • Barrett est diplômée de la faculté de droit de Notre-Dame.
  • Elle a été stagiaire auprès du juge Scalia et partage ses vues constitutionnelles. Elle en a aussi été la greffière.
  • Elle est décrite comme une textualiste qui interprète la loi en se basant sur ses termes plutôt que de chercher à les détourner pour en faire des lois nouvelles, contrairement à Ginsburg.
  • C’est une originaliste qui applique la Constitution telle qu’elle a été comprise par ceux qui l’ont rédigée et ratifiée.
  • Elle a été juge pendant trois ans, nommée par M. Trump à la Cour d’appel des États-Unis pour le septième circuit en 2017.

En 2017, son audience de confirmation lui avait valu un tir croisé de haine de la part de plusieurs sénateurs Démocrates.

La sénatrice Démocrate de Californie, Dianne Feinstein, avait durement critiqué les déclarations publiques et le catholicisme de Barrett. Cela a fait d’elle une célébrité instantanée parmi les conservateurs religieux, observant aux premières loges les préjugés anti-religieux des élites de la gauche américaine.

Feinstein avait dit que « le dogme vit fort » chez Barrett – et cette phrase était devenue une sorte de cri de ralliement chez de nombreux catholiques. #DogmaLivesLoudly est même devenu un hashtag populaire sur Twitter.

Le juge Barrett et son mari, Jesse Barrett, un ancien procureur fédéral, sont supposés être membres d’un petit groupe chrétien appelé « People of Praise » (1). Ce groupe est composé de Républicains et Démocrates, ainsi que d’Indépendants, et est issu du mouvement de renouveau charismatique catholique qui a débuté à la fin des années 1960, et a vu la naissance de nombreux groupes et communautés d’alliance – protestantes et catholiques. People of Praise a été fondé en 1971 avec le soutien du défunt cardinal Francis George de Chicago.

Le couple a sept enfants, âgés de moins de 20 ans, dont deux ont été adoptés en Haïti et un jeune fils atteint du syndrome de Down.

Dures attaques, basées sur du vent

1 Les deux principaux reproches que vous allez lire dans les médias sur Barrett sont qu’elle suit plus sa foi catholique que la loi, et qu’elle va annuler le droit d’avorter. Les deux sont des mensonges qui ne reposent sur aucun fait – comme d’habitude avec les accusations de la gauche, qui se contrefiche que la réalité contredise ses arguments : ce qu’ils veulent, c’est l’empêcher d’être élue et tous les moyens, toutes les calomnies, tous les mensonges seront bons à prendre : la fin justifie les moyens.

  1. Lors de son audience de confirmation en 2017, Barrett a affirmé qu’elle garderait ses opinions personnelles séparées de ses devoirs de juge.

« Si vous me demandez si je prends ma foi au sérieux et si je suis une catholique fidèle, je le suis », avait-elle déclaré aux sénateurs.

« Et je souligne que mon appartenance religieuse personnelle ou mes convictions religieuses ne sont pas prises en compte dans l’exercice de mes fonctions de juge ».

  1. En fait, Barrett a explicitement écrit (3) que :

« Les juges ne peuvent pas – et ne doivent pas essayer – d’aligner notre système juridique sur l’enseignement moral de l’Église chaque fois que les deux divergent ».

Barrett a également insisté sur le fait que les juges doivent se récuser dans les situations où leur foi entre en conflit avec leurs responsabilités judiciaires.

  • Lors des auditions de 2017, le juge Clarence Thomas avait défendu Barrett et critiqué ce qu’il considérait comme un « test religieux » dans le processus de sa confirmation.
  • Elle avait été confirmée par un vote de 55 voix contre 43, en grande partie selon la ligne de parti, ce qui explique que les médias la détestent déjà.

2 L’avortement. L’autre critique – la plus stressante pour les progressistes – que vous allez beaucoup entendre dans la bouche des médias, est que Barrett va annuler le droit d’avorter en Amérique, en revenant sur la décision de la Cour suprême Roe v. Wade.

Cela ne résiste pas aux faits.

  1. En tant que professeur de droit, le juge Barrett était membre de Faculty for Life, un groupe anti-avortement, et elle a exprimé son scepticisme sur certaines précédentes décisions de la Cour suprême – au même titre que les juges à la Cour suprême eux-mêmes – et les deux camps politiques en déduisent par pure spéculation qu’elle serait prête à réexaminer la décision Roe v. Wade.
  2. Mais en tant que juge, elle a protégé le droit à l’avortement (2).
  3. Si l’on s’en tient à la réalité et non pas aux déductions tirées par les cheveux, on doit mentionner, et c’est le travail de journalisme honnête que vous ne trouvez que sur Dreuz, qu’en tant que juge d’appel, elle a retoqué en 2016 une loi de l’Indiana qui limitait les avortements uniquement en raison du sexe ou du handicap d’un fœtus, en désaccord avec ses collègues juges qui l’ont jugée anticonstitutionnelle.
  4. En 2019, Barrett a protégé une autre décision sur l’avortement, que les Républicains de l’Indiana voulaient détruire. La mesure exigeait que les parents soient informés lorsqu’une fille de moins de 18 ans cherche à se faire avorter.
  5. « Il y a quatre ans, juste avant l’élection présidentielle », rapportait Associated Press dans un article co-écrit pour Fox News (4), Barrett a déclaré qu’elle ne pensait pas que la décision historique de Roe contre Wade serait annulée.

« Je pense que la question de savoir si les femmes peuvent avoir des avortements tardifs – et les restrictions qui peuvent être imposées aux cliniques – je ne pense pas que cela changera », a-t-elle dit.

  1. Dans un questionnaire pour la Maison-Blanche auquel elle a répondu en 2017, elle a décrit l’avortement comme « toujours immoral » et a ensuite déclaré :

« Si je suis confirmée, mes opinions sur cette question ou sur toute autre question n’auront aucune incidence sur l’exercice de mes fonctions de juge ».

3 Amy Barrett faussement accusée par la NAACP (L’Association nationale pour la promotion des personnes de couleur) d’avoir rejeté les droits d’un travailleur noir.

  • Lundi, une branche de la NAACP a faussement accusé Barrett de s’être prononcée contre un travailleur noir dans le cadre d’une plainte pour discrimination, dans un tweet désormais effacé du Fonds de défense juridique de la NAACP.
  • D’autres organisations progressistes ont porté la même accusation contre la juge de la Cour d’appel du 7e circuit, notamment l’Alliance pour la justice et le Center for American Progress.
  • Juste un petit problème, oh ! Trois fois rien :
    1. Barrett n’était pas encore juge de la Cour d’appel du 7e circuit au moment où l’affaire AutoZone a été jugée, le 20 juin 2017 (5).
    2. Barrett n’a été confirmé à ce poste par le Sénat qu’en octobre 2017.

Conclusion

Oubliez les arguments factuels que je viens de vous citer. Les journalistes écriront et diront tout le contraire dans le mépris le plus total de la réalité, car ils sont devenus les agents de la gauche. Nulle part ailleurs que sur Dreuz, vous ne lirez des informations véridiques, factuelles, démontrées, prouvées et sourcées. Parce que Dreuz fait du journalisme à l’ancienne, comme à l’époque où le métier avait une éthique et respectait des règles déontologiques.

Les activistes pro-avortement et les militants de gauche feront et diront n’importe quoi pour empêcher Barrett d’occuper un siège à la Cour suprême. Attendons-nous au pire, venant du dangereux et vicieux camp du Bien.

  • Mardi dernier, le sénateur Ben Sasse du Nebraska a déclaré que les questions sur la foi de Barrett dans les récents articles de Reuters et de Newsweek constituaient « du sectarisme anti-catholique et de la stupidité du niveau des complotistes QAnon ». Reuters a remplacé discrètement son article.

« Le juge Barrett lit la Bible, prie et essaie de servir sa communauté », a écrit le sénateur dans une déclaration.

« Les sénateurs devraient condamner ce maccarthysme débile, » en parlant des articles de Newsweek et Reuters.

  • Paul Peterson, 74 ans, un chrétien évangélique, a relayé la position des évangélistes Américains, jadis assez réticents vis-à-vis des catholiques :

« Barrett est une femme incroyable. Je ne la considère pas comme une catholique, mais comme une femme de foi », a déclaré Paul Peterson, 74 ans, un chrétien évangélique qui travaille à temps partiel comme aide-soignant et enseignant suppléant.

« Regardez ce qu’ils ont fait subir à Kavanaugh. J’espère qu’elle n’aura pas à vivre quelque chose comme ça. Mais je suis sûr qu’ils vont essayer.

Toute cette histoire est l’une des pires choses que j’aie jamais vues de la part des Démocrates. J’ai vraiment perdu confiance en eux après ça. »

Le traitement réservé à Brett Kavanaugh, qui a été accusé sans la moindre preuve d’inconduite sexuelle à son adolescence par une femme qui ne se souvenait ni de la date, ni du lieu, ni des circonstances, ni des personnes présentes, et a été contredite par tous les témoins qu’elle avait cités, y compris sa meilleure amie, n’avait pas gêné les médias de déchiqueter de manière scandaleuse Brett Kavanaugh, ni les Démocrates de passer le rouleau compresseur sur lui du matin au soir – la pire a été Kamala Harris qui lui a ouvertement refusé toute présomption d’innocence – durant sa confirmation.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.catholicworldreport.com/2020/09/19/judge-amy-barretts-charismatic-catholicism-who-are-the-people-of-praise/
  2. https://www.reuters.com/article/us-usa-court-barrett-rulings-factbox-idCAKCN26B0XG?taid=5f681f643217420001512b19&utm_campaign=trueAnthem:+Trending+Content&utm_medium=trueAnthem&utm_source=twitter
  3. https://www.nationalreview.com/corner/dianne-feinstein-amy-coney-barrett-senator-attacks-catholic-judicial-nominee/
  4. https://www.foxnews.com/politics/amy-coney-barrett-criticized-for-ties-to-people-of-praise-a-look-at-the-group
  5. https://freebeacon.com/politics/naacp-falsely-claims-potential-trump-scotus-nominee-ruled-black-workers-separate-equal-claim/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz