Publié par Magali Marc le 1 septembre 2020

Le 24 août dernier, Erin O’Toole a été élu chef du Parti Conservateur du Canada, succédant ainsi à Andrew Scheer. Né en 1973 au Québec, M. O’Toole s’est montré déterminé à réussir à gagner le respect, sinon la confiance, des Québécois. Il a été le seul candidat dans la course à la chefferie à consacrer une partie de son programme à des enjeux spécifiquement québécois. M. O’Toole s’est engagé à « travailler avec le gouvernement du Québec afin d’accroître l’autonomie dont celui-ci dispose en matière d’immigration, de réfugiés et de réunification familiale » (des enjeux importants au Québec). (D’après Konrad Yakabuski, Le Devoir, 29 août)

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’éditorial du journal d’Halifax, The Chronicle Herald, paru le 28 août.

**********************************

Qui est Erin O’Toole ?

Le nouveau chef du Parti conservateur fédéral n’est pas facile à cerner.

Cet avocat de 47 ans, né à Montréal, a fait campagne en se positionnant à la droite de Peter MacKay, en appelant l’Ouest et les conservateurs sociaux à revoir la péréquation, à abroger la taxe sur le carbone de Justin Trudeau, à réduire le financement de la CBC et à adopter une ligne dure sur les questions d’ordre public.

M. O’Toole a également promis de mettre fin aux subventions pour les producteurs de combustibles fossiles, d’investir dans les infrastructures essentielles pour protéger les communautés contre le changement climatique et s’est fièrement proclamé pro-choix et défenseur des droits des femmes, des LGBTQ et autres minorités.

Il est clair que le député centriste de longue date de l’Ontario a pris la décision stratégique de se situer plus à droite lors de cette récente campagne.

En 2017, M. O’Toole, considéré comme un bâtisseur de consensus modéré, a perdu la course à la direction du parti contre Andrew Scheer.

Trois ans plus tard, avec le progressiste néo-écossais M. MacKay comme principal adversaire, M. O’Toole s’est fait rebaptiser « Vrai Bleu », a lancé sa candidature à la direction à partir de l’Alberta et s’est prononcé contre la façon dont les Libéraux ont ignoré les demandes de l’Ouest, la « Cancel Culture » et la Chine communiste.

M. O’Toole a sagement indiqué qu’il n’est pas pressé de forcer la tenue d’élections. Le Premier Ministre Trudeau – malgré ses manquements éthiques très médiatisés, dont le plus récent concerne l’organisation caritative WE – apprécierait probablement de tenir une élection contre un chef de l’opposition que la plupart des Canadiens connaissent peu.

Lors de sa première conférence de presse après sa victoire, Erin O’Toole a franchement fait remarquer que de nombreux Canadiens ne se sentent pas représentés par le Parti Conservateur, ce qu’il compte bien changer.

C’est une bonne intuition, mais il est plus facile de le dire que de faire en sorte que les Conservateurs paraissent plus inclusifs.

La composition du cabinet fantôme de M. O’Toole, qui sera dévoilée la semaine prochaine, devrait fournir un bon indicateur de la direction que le nouveau chef de l’opposition entend donner au parti.

Avec un gouvernement minoritaire libéral fragilisé, une élection pourrait avoir lieu à tout moment, donc M. O’Toole sait qu’il doit agir rapidement pour faire bonne impression.
(…)

Il a également promis de mettre un terme aux excès de pouvoir du gouvernement fédéral et de fournir un financement plus stable et plus prévisible aux provinces dans le domaine des soins de santé. Il s’est engagé à donner aux provinces plus de pouvoir sur l’immigration.
(…)

Le fait d’être inconnu a ses avantages. C’est à O’Toole de faire une bonne première impression.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources: Thechronicleherald et Ledevoir

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex