Publié par Team 100 jours le 14 septembre 2020

Jeudi 27 août – 69e jour

Trump

  • Le président Donald Trump a déclaré que lui et Biden devraient subir un test de dépistage de drogue avant leur premier débat présidentiel. Trump a laissé entendre que Biden avait consommé de la drogue – de la cocaïne pour se doper – en mars avant son débat contre le sénateur socialiste Bernie Sanders.
  • Le président a envoyé mercredi un tweet affirmant qu’il « enverra les forces de l’ordre fédérales et la Garde nationale » à Kenosha, Wisconsin, « pour rétablir la LOI et l’ORDRE ! » Le maire de Kenosha a réclamé 1 500 gardes nationaux pour contenir les pilleurs et les destructeurs, qui cassent et brûlent tout sur leur passage – sans raison autre que détruire l’Amérique.
  • Le président Donald Trump a fait une apparition surprise au Fort McHenry de Baltimore après le discours du vice-président Mike Pence à la Convention nationale républicaine.
  • Un soutien de Trump fait une entrée fracassante dans le monde sclérosé, politiquement correct et progressiste d’Hollywood saigné à blanc par le coronavirus. Ex-roi des hedge funds, le multi-milliardaire Steve Cohen, qui est une célébrité du monde de la finance, vient d’investir dans le milieu très gauchiste de l’industrie du cinéma, et a raflé en une semaine des talents comme Bradley Cooper, Margot Robbie, Tom Hardy, Tiffany Haddish, Johnny Depp, Gabrielle Union, Kiera Knightley et Chris Hemsworth.

Convention Républicaine, 3e jour

Le message de la convention de mercredi était clair : « les Républicains honorent les héros » : policiers, vétérans et infirmières, tandis que les Démocrates ne le font pas (ce que la convention Démocrate a largement prouvé).

  • Prière d’ouverture par le rabbin Aryeh Spero :
https://twitter.com/teamtrump/status/1298796356463665152?s=21
  • La grande surprise de cette troisième journée est probablement le fait que j’ai largement sous-estimé Mike Pence, que je prenais pour quelqu’un de solide mais effacé. Son discours posé, puissant et politiquement incorrect m’a fait changer d’avis.

Mike Pence

  • Mike Pence a déclaré que :

Biden est un « cheval de Troie » pour la gauche radicale. Il fallait oser, de la bouche d’un vice-président. Et USA Today a publié cette déclaration dans un gros titre !

…/…

« Les Démocrates ont passé quatre jours à attaquer l’Amérique », a déclaré le vice-président en référence à la convention démocrate de la semaine dernière.

« Joe Biden a déclaré que nous vivions une « saison de ténèbres américaines. Mais comme l’a dit le président Trump, là où Joe Biden voit les ténèbres, nous voyons la grandeur de l’Amérique ».

« Le président Donald Trump et moi-même soutiendrons toujours le droit des Américains à manifester pacifiquement, mais les émeutes et les pillages ne sont pas des manifestations pacifiques. Démolir des statues n’est pas une liberté d’expression, et ceux qui le font seront poursuivis dans toute la mesure du possible.

La semaine dernière, Joe Biden n’a pas dit un mot sur la violence et le chaos qui règne dans les villes de ce pays [NDLR C’est exact, pas un mot], alors permettez-moi d’être clair : la violence doit cesser – que ce soit à Minneapolis, Portland ou Kenosha.

Pence a ajouté : « Nous aurons la loi et l’ordre dans les rues de ce pays pour chaque Américain de toute race, croyance et couleur ».

  • Pence a ensuite qualifié Biden de « pom-pom girl de la Chine communiste », affirmant que Biden est pour « l’ouverture des frontières », qu’il soutient « le financement de l’avortement par les contribuables » et qu’il n’empêchera pas de réduire les fonds destinés aux forces de l’ordre.

« La dure vérité est que vous ne serez pas en sécurité dans l’Amérique de Joe Biden.

Sous le président Trump, nous serons toujours aux côtés de ceux qui se tiennent sur la Ligne bleue, et nous ne ferons pas des critiques sur la police – ni maintenant, ni jamais », a dit M. Pence.

« La semaine dernière, Joe Biden a déclaré que la démocratie est sur les bulletins de vote, et la vérité est que notre reprise économique est sur les bulletins de vote, la loi et l’ordre sont sur les bulletins de vote ».

Puis Mike Pence a accepté sa nomination à la vice-présidence :

« En vous remerciant de la confiance que le président Trump m’a accordée, du soutien de notre Parti Républicain et de la grâce de Dieu, j’accepte humblement votre nomination pour vous présenter et exercer les fonctions de vice-président des États-Unis ».

Les femmes à l’honneur

  • Comme Trump semble avoir un déficit de popularité auprès des femmes – à cause de l’inquiétude du coronavirus – plusieurs femmes ont déclaré à la tribune que Trump leur avait confié des pouvoirs et du pouvoir.
    • Sa conseillère Kellyanne Conway (qui quitte la Maison-Blanche dans un mois pour raisons familiales),
    • la porte-parole de la Maison-Blanche, la formidable Kayleigh McEnany,
    • la belle-fille du président Lara Trump, qui est engagé dans la campagne.
    • Les femmes politiques Joni Ernst et Kristi Noem,
    • Toutes ces femmes ont partagé des histoires personnelles, quelques fois intimes, décrivant Trump comme une personne compatissante et qui les a toujours soutenues.

Kellyanne Conway : Trump m’a aidée à « briser une barrière » en politique

« Pour beaucoup d’entre nous, l’autonomisation des femmes n’est pas un slogan. Elle ne vient pas d’inconnus sur les médias sociaux ou d’un langage aseptisé dans un manuel d’entreprise. Elle vient des héros de tous les jours qui nous nourrissent, qui nous façonnent et qui croient en nous », a déclaré Conway en référence au président Trump.

« Il [Trump] choisit les combats les plus durs et s’attaque aux problèmes les plus complexes. Il m’a soutenue. Et il se battra pour vous », a-t-elle ajouté.

« [Trump] se confie et nous consulte, il respecte nos opinions et insiste sur le fait que nous sommes sur un pied d’égalité avec les hommes ».

L’attachée de presse de la Maison-Blanche Kayleigh McEnany partage ses expériences personnelles

Choisir une mastectomie préventive a été « ma décision la plus difficile », mais soutenir Trump « a été la plus facile »

« Alors que je sortais de l’anesthésie [après une opération où elle a subi une mastectomie préventive pour traiter un cancer du sein, puis elle a eu un bébé peu de temps après], l’un des premiers appels que j’ai reçus provenait d’Ivanka Trump.

Lorsque je me suis rétablie, mon téléphone a de nouveau sonné. C’était le président Trump qui appelait pour prendre de mes nouvelles. J’étais époustouflée. C’était le leader du monde libre, qui se souciait de ma santé », a déclaré McEnany.

« Je veux que ma fille grandisse dans l’Amérique du président Donald Trump. »

Lara Trump

Lara Trump, la belle-fille du président qui est mariée à Eric Trump, a déclaré que l’image publique du président ne reflète pas sa personnalité.

« Toute idée préconçue que j’avais de cette famille a immédiatement disparu », a-t-elle déclaré.

« Ils sont chaleureux et attentionnés, ils travaillent dur et ils ont les pieds sur terre. Ils me rappellent ma propre famille – et ils me font sentir comme si je suis chez moi. »

« Ce que j’ai appris sur notre président est différent de ce que vous avez pu entendre », a-t-elle ajouté. « J’ai appris que c’est un homme bon. Qu’il aime sa famille. Et qu’il n’avait pas besoin de ce travail. »

Black voice for Trump

Jack Brewer préside l’organisation Black Voices pour Trump. Ancien joueur de la NFL, Brewer a commencé son discours en disant qu’il est un Démocrate de longue date qui soutient le président Trump :

« Je sais à quoi ressemble le racisme. Je l’ai vu de mes propres yeux. En Amérique, il n’a aucune ressemblance avec le président Trump – et j’en ai assez de la façon dont il est présenté dans les médias. »

  • Chen Guangcheng – un dissident chinois qui a été emprisonné par le Parti communiste chinois, est aveugle, et il s’est exprimé en lisant son discours en braille durant la convention.
  • Madison Cawthorn : « Les dirigeants de la gauche ont normalisé le vote basé sur l’émotion et la politique identitaire radicale qui rejette le rêve de Martin Luther King ».
  • L’ambassadeur américain Richard Grenell a déclaré, au sujet de la politique étrangère de Trump :

« En quatre ans, Donald Trump n’a pas déclenché une seule nouvelle guerre, mais il a ramené des troupes à la maison »

Sa politique met « l’Amérique d’abord » et non les intérêts des autres nations.

  • Enfin, un orateur invité à la convention républicaine a été brusquement annulé de l’affiche après avoir retweeté un message qui faisait la promotion des « Protocoles des Sages de Sion ». Les Démocrates eux, n’ont jamais désavoué les stars antisémites du parti, Ilhan Omar et Rachida Tlaib, pour les plus visibles, et de nombreux élus Démocrates noirs continuent de fréquenter le nazi noir Louis Farrakhan.

Biden

  • Joe Biden ne sort pas de son sous-sol. Il ne sortira pas jusqu’au premier débat présidentiel – si ses conseillers n’annulent pas au dernier moment en panique, en considérant qu’annuler est moins dévastateur que se faire publiquement tailler en pièces par les arguments de Trump. En effet, Joe Biden n’a pas été confronté à une seule interview par un journaliste non-Démocrate et sérieux, ce qui présente ses avantages, et un gros inconvénient : personne ne sait comment le vice-président se comporte s’il est confronté à des questions dérangeantes, et si, surtout car c’est le plus important, le journaliste rebondit sur les réponses.
  • Au lieu de ça, son équipe de campagne a fait circuler des panneaux d’affichage mobiles qui attaquent Trump près de la Maison-Blanche, et près du site de la convention du GOP. Je ne suis pas un spécialiste du marketing, mais les lieux choisis semblent être les pires que l’on puisse trouver pour convaincre les indécis.
  • Et au lieu de dénoncer les pillages, la violence, les incendies et le chaos, la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU poursuit l’administration Trump en raison de sa réaction face aux protestations de Portland.

Sondages

  • Selon une étude récente basée sur les marchés actuels et passés, le président Trump a 87 % de chances d’être réélu.
  • L’avance de l’ancien vice-président Joe Biden sur le président Trump dans la course à la présidence de 2020, qui atteignait 15 points dans certains sondages, a été réduite à un seul point dans le dernier sondage de Rasmussen Reports – lequel était le plus juste de tous les organismes de sondage en 2016.
  • Donald Trump érode doucement mais sûrement l’avancée de Joe Biden dans les 6 États clefs, selon un sondage de CNBC.
    • Arizona: Biden 49 %, Trump 47%
    • Florida : Biden 49 %, Trump 46%
    • Michigan : Biden 50%, Trump 44%
    • North Carolina: Biden 48%, Trump 47%
    • Pennsylvania: Biden 49 %, Trump 46%
    • Wisconsin : Biden 49 %, Trump 44 %

Comme dans tous les sondages, c’est ce qui est caché qui compte le plus, à savoir la répartition des personnes interrogées. Les résultats ci-dessus ont été obtenus en interrogeant 51 % de Démocrates et 41 % de Républicains.

Vote par correspondance

Les services de renseignement américains n’ont trouvé aucune preuve de l’ingérence d’un pays étranger dans le vote par correspondance, ce qui pourrait mettre un terme aux théories conspirationnistes des Démocrates contre Trump et Poutine.

Les 100 jours précédents se trouvent ici.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

52
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz