Publié par Guy Millière le 1 octobre 2020

Je ne voulais pas commenter le débat télévisé Trump Biden avant d’avoir vu les réactions des médias américains. Les réactions qui m’intéressaient le plus étaient celles des organes de propagande du Parti Démocrate, CNN, MSNBC, Washington Post, New York Times. Elles ont été plus abjectes encore que celles auxquelles je m’attendais, et ont renforcé mon inquiétude pour l’avenir du pays.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Qu’elles aient été mensongères ne m’a pas surpris : les mensonges sont le pain quotidien de ces organes, mais la virulence des propos tenus a monté de plusieurs crans. Je m’attends plus que jamais au pire au cours des semaines à venir et après le 3 novembre. Insulter Trump, le comparer à Hitler et à Goebbels est devenu désormais banal pour la gauche américaine. Les leçons du maître à penser de cette dernière, Saul Alinsky, sont bien assimilées : accusez votre adversaire de tous les crimes que vous commettez, et on ne parlera plus de vos crimes, disait-il. C’est exactement ce que fait la gauche américaine en ce moment. Des fraudes électorales massives sont organisées par elle dans tout le pays ? La gauche américaine dit que Trump met gravement en danger la régularité des élections.  Des émeutes meurtrières et destructrices sont organisées par elle dans diverses grandes villes ? La gauche dit que des milices d’extrême droite pro-Trump sèment la violence. Un coup d’état rampant est mené par elle depuis plus de quatre ans ? La gauche dit que Trump est une menace pour la démocratie. Je pourrais allonger la liste longtemps.

La gauche américaine a mené un processus d’infiltration pendant des années. Elle est entrée dans un processus de subversion révolutionnaire. La justice aux Etats-Unis est gangrenée par des procureurs et des juges gauchistes qui relâchent des criminels et incriminent des innocents. La police est en voie de destruction. L’armée inclut des hauts gradés qui se disent prêts à désobéir aux ordres du commandant en chef. Les organes de propagande du Parti Démocrate désinforment, incitent à la haine et à la violence. Si le Secret Service ne faisait pas son travail, Donald Trump aurait sans doute déjà été assassiné.

Tout ce qui est dit et écrit dans les organes de propagande du Parti Démocrate sur le débat est faux, comme tout ce qui y est dit et écrit sur Trump et son action depuis plus de quatre ans. Tout est non seulement faux, mais haineux, très haineux, et violent, très violent. Pour reprendre la comparaison que j’ai déjà faite, Trump est traité par les organes de propagande du Parti Démocrate comme le personnage d’Emmanuel Goldstein est traité dans le 1984 de George Orwell, avec cette différence que pour Trump les “deux minutes de haine” durent vingt-quatre heures sur vingt-quatre. La différence est aussi que dans 1984, il n’y a plus de médias d’information du tout : il en reste quelques-uns aux Etats-Unis. 

Disons en quelques mots ce qui doit l’être sur le débat.

Tout d’abord, ce n’était pas un débat, et cela ne pouvait pas être un débat. Un débat est possible lorsqu’on est dans une démocratie et que deux candidats présentent des programmes différents pour que les électeurs choisissent en connaissance de cause. Il implique un modérateur qui pose des questions précises et neutres. Aucun de ces ingrédients n’était réuni.

Biden n’était pas venu pour présenter un programme et énoncer ses idées, mais pour faire de la propagande, inciter à la haine, insulter, mentir et désinformer. Dans ces conditions, Trump ne pouvait pas présenter un programme, et avait le choix entre deux positions : accepter d’être une victime d’agression, ou riposter. Il ne pouvait que riposter. Il n’avait pas le choix. Il avait d’autant moins le choix que le modérateur, Chris Wallace, ne posait pas des questions précises et neutres, mais était résolument du coté de Biden (il travaille pour FoxNews, mais il est de gauche, comme d’autres journalistes de FoxNews).

Toutes les questions posées à Biden étaient complaisantes et semblaient avoir été préparées pour qu’il puisse dévider des réponses toutes prêtes. Toutes les questions posées à Trump étaient porteuses d’accusations perfides contre lui, et destinées à le mettre en difficulté. Le modérateur s’efforçait à chaque fois de laisser le dernier mot à Biden. Trump devait prendre la parole par effraction pour contrer Biden, et, le plus souvent possible, Wallace s’efforçait de l’interrompre ou de parler en même temps que lui pour rendre ses propos inintelligibles, ce qu’il ne faisait jamais pour Biden.

Trump a coupé la parole à Biden plusieurs fois pour couper le torrent de mensonges déversés par Biden, et, vraisemblablement aussi, pour déstabiliser Biden. Le torrent de mensonges était tel, et l’impossibilité pour Trump de répondre en raison du comportement de Wallace explique le comportement de Trump. La volonté de déstabiliser Biden s’explique par le fait que Biden débitait à l’évidence des propos préparés à l’avance. Comment Biden disposait-il de ces propos dès lors que sa mémoire est défaillante ? Avait-il une oreillette ?

Trump n’a jamais insulté Biden qui, lui ne s’en est pas privé du tout, non, et c’est allé de “ta gueule, mec”, à “raciste”, “clown” et “chien de Poutine” : cela ne s’est produit dans aucun débat précédent lorsqu’un candidat faisait face au Président en exercice.

Trump a réussi à placer quelques points de son programme sur la nécessité du retour à la loi et à l’ordre, et sur les moyens de retrouver une économie prospère. Il a obtenu aussi que Biden désavoue deux ou trois points d’extrême gauche qui figurent dans son programme, mais je ne suis pas sûr que cela dissuadera des électeurs gauchistes de voter pour lui. 

Trump a pu parler aussi de sujets que Chris Wallace voulait éviter, telle la corruption de la famille Biden, le coup d’Etat mené contre lui par les Démocrates depuis qu’il est Président, et les violences venant des groupes Antifa et Black Lives Matter. Joe Biden s’est contenté de répondre que Trump mentait au sujet de sa famille et du coup d’Etat, et qu’Antifa était “une idée”, mais pas un mouvement, et il a dit que les violences venaient de l’extrême droite. Chris Wallace qui s’est acharné contre Trump en parlant de la déclaration d’impôts de ce dernier, en citant le New York Times, n’a pas posé de question à Biden des sujets qu’il voulait éviter, bien sûr….

Chris Wallace a terminé en demandant à Trump de désavouer les “suprématistes blancs” qui sèment le désordre, et en citant les Proud Boys, un mouvement qui défend les valeurs de la civilisation occidentale (et que n’est en aucun cas un mouvement “suprématiste blanc” : son président est noir !) : Trump a condamné le “suprématisme blanc” et demandé aux Proud Boys de ne pas se manifester. Puis il a rappelé une fois encore que toutes les violences venaient de l’extrême gauche. (Trump a, bien sûr, été accusé par les organes de propagande du Parti Démocrate de soutenir les “suprématistes blancs”).  

Le fait que Trump ait pu évoquer des sujets que les organes de propagande du Parti Démocrate s’efforcent de totalement passer sous silence a gêné les organes de propagande en question, et ils ont dit que le débat avait été une horreur, à cause de Trump, bien sûr, et qu’il ne devait pas y avoir d’autre débat.

La réalité est que, parce que cela n’a pas été un débat, le débat n’a pas eu lieu. Cela ne pouvait pas être un débat, non.

Ce qui a eu lieu était un piège et une imposture. Que Trump ait pu placer quelques points de son programme et parler de sujets que le modérateur voulait éviter est une prouesse et montre sa force. Il n’a pu le faire qu’en prenant la parole par effraction, oui. Que Biden ait été insultant, grossier et ait constamment menti n’est pas une surprise. Que Chris Wallace ait été au service de Biden n’est pas une surprise non plus.

Que les réactions des organes de propagande du Parti Démocrate, CNN, MSNBC, Washington Post, New York Times aient réagi comme elles l’ont fait n’a pas été surprenant.

Que la gauche américaine soit entrée dans un processus de subversion révolutionnaire est inquiétant.

Trump va continuer à se battre. Pour son pays et pour le peuple américain. Deux autres débats auront sans doute lieu. Trump ne pourra refuser d’y participer. Il devra deux fois encore faire face à Biden et à des modérateurs qui ne vaudront pas mieux que Chris Wallace.

Cela m’attriste de le dire, mais la démocratie américaine est très malade. Un glissement vers un totalitarisme qui ne dit pas son nom est en marche et doit être stoppé. Trump a voulu devenir Président par amour de son pays et pour arrêter ce glissement. Il est d’une solidité remarquable et tous les Américains qui aiment l’Amérique le soutiennent. Mais la tâche à laquelle il est confronté est surhumaine. S’il n’est pas réélu, le pire est à craindre, vraiment le pire.

Je n’ai, je sais, pas parlé de la santé de Biden. Trump avait demandé un contrôle anti-dopage avant le débat. Biden a refusé, et pour cause. Des médecins ont donné la liste de toutes les substances permettant à quelqu’un dans l’état physique de Biden de tenir debout et de parler deux heures sans s’effondrer. Ces substances peuvent provoquer des malaises cardiaques : l’important pour les Démocrates est que Biden tienne quelques semaines ou quelques mois. Trump a demandé qu’aucun appareil auditif ne soit utilisé et que ce soit contrôlé, Biden a refusé, et pour cause.

Dans une autre époque, tout aurait été différent, et Biden ne pourrait être candidat, mais nous sommes dans une époque différente. Dois-je dire que j’ai de l’aversion pour l’époque dans laquelle nous sommes ?   

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

PS. Je rajoute une photo du président des Proud Boys, aux fins qu’on voie qu’il est très blanc et très suprématiste. Il s’appelle Enrique Tarrio. Vous ne verrez pas la photo dans les organes de propagande du Parti Démocrate, CNN, MSNBC, Washington Post, New York Times. Vous ne la verrez pas dans les médias français. Tous les journalistes français s’abreuvent dans les médias de propagande américains, et lire ce qu’ils écrivent ou disent sur Trump et ce qu’ils ont écrit ou dit sur le débat donne la nausée.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz