Publié par Abbé Alain Arbez le 4 octobre 2020

Les débats sur le voile sont fréquents en raison de la diffusion grandissante de cette tenue en Occident, y compris chez des fillettes très jeunes.

Qu’y a-t-il derrière cet attribut vestimentaire imposé aux femmes par la tradition islamique ? Le concept n’est pas esthétique, mais ontologique. Et il prend de nos jours une dimension de visibilité militante. Chadortt Djavann (« bas les voiles ») nous donne une idée de ce que représente le voile : « Chez les musulmans, une fille, dès sa naissance, est une honte à dissimuler puisqu’elle n’est pas un enfant mâle. Elle est en soi l’insuffisance, l’impuissance, l’infériorité…Elle est l’objet potentiel du délit…Elle est la culpabilité en personne, puisqu’elle crée le désir coupable chez l’homme. Une fille est une menace permanente pour les dogmes et la morale islamique ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La partie dite « honteuse » (awra) de la femme est mentionnée dans la sourate 24, 31 : « Dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et qu’elles ne montrent de leurs atours que ce qui est apparent. Qu’elles ne montrent ses atours qu’à leurs maris ou aux enfants qui ignorent tout de la « part honteuse » de la femme ». Chadortt Djavann précise : « Le voile islamique n’a de sens que par ce qu’il cache, dissimule ou protège. Que cache le voile ? La construction de l’identité féminine ou masculine dans l’islam repose sur hobj et haya de la femme, et nâmous et queyrat de l’homme. Ces mots véhiculent des poids traditionnels lourds…Leur traduction approximative serait la pudeur et la honte de la femme, et l’honneur et le zèle de l’homme ».

Dans son recueil de hadith, Bukhari rapporte ces propos de Mahomet : « La femme est inférieure à l’homme en religion ». Il s’agit bien d’une anthropologie religieuse propre à l’islam qui conditionne appréciations et comportements en ce qui concerne spécifiquement la femme.

Cette part dite honteuse chez la femme (awra) est documentée par la jurisprudence et le droit musulman. Les quatre écoles juridiques de l’islam confirment unanimement l’idée que, contrairement à l’homme pour lequel la part honteuse va du nombril au genou, la part honteuse féminine englobe le corps tout entier.

Pour l’école hanafite : la femme tout entière est une awra, sauf son visage, ses mains et ses pieds.

Pour les écoles malikite et chafi’ite : la femme tout entière est part honteuse, à l’exception de son visage et de ses mains.

Pour l’école hanbalite : la femme est entièrement part honteuse, sauf son visage seulement. Celui qu’on nous présente comme un grand humaniste, Averroès, insiste sur ce point dans son ouvrage juridique officiel : « la majorité des savants musulmans affirment que tout le corps de la femme est impudique (awra) exceptés le visage et les mains.

Cette conception d’origine coranique constitue le fondement du port du voile chez les femmes. On inculque aux petites filles dès leur tendre enfance que leur corps, par sa simple existence, est source de problèmes pour les hommes, et risque de les écarter du chemin d’Allah.

Bible : « l’Eternel crée l’être humain homme et femme, homme et femme il le crée » (Genèse). Coran : Les hommes ont autorité sur les femmes, car Allah accorde aux hommes la prééminence sur les femmes » (4.34).                                   

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz