Publié par Christian Larnet le 10 octobre 2020

La Mathematical Association of America a publié une déclaration affirmant que les mathématiciens devraient s’engager dans des « conversations gênantes » sur la race.

Elle affirme aussi que les politiques de l’administration Trump, comme l’absence d’une loi obligeant le port du masques aux États-Unis, sont en quelque sorte un affront aux mathématiques. Ce qu’elle ne dira pas est que si Trump imposait le port du masque, les médias l’accuseraient de se conduire en dictateur : à tous les coups il perd.

Le groupe conclut par un appel à la « poursuite de la justice » dans le domaine des mathématiques.

« Grâce aux sciences et aux mathématiques, nous comprenons maintenant que les masques, la distanciation sociale, les tests fréquents, rapides et de masse, et la recherche des contacts sont tous fondamentaux pour assurer la sécurité de nos communautés pendant la pandémie COVID-19 », écrit l’association.

« Pourtant, les politiques au niveau fédéral n’ont pas toujours reflété ces faits ; par exemple, le choix de ne pas intégrer un mandat de port de masque aux États-Unis a eu de graves conséquences ».

La déclaration fait état de plusieurs mesures spécifiques prises récemment par le gouvernement fédéral, notamment le décret du président Trump interdisant les formations gouvernementales sur la « théorie raciale critique » et le « privilège blanc ».

La déclaration souligne également le fait que le ministère de l’Education a lancé une enquête sur l’université de Princeton, après que l’université se soit publiquement dénoncée pour son racisme « ancré dans ses structures ». Le groupe affirme que cette action a « militarisé » la déclaration de l’administration de Princeton.

« En tant que mathématiciens, nous voyons les tendances – c’est quelque chose que nous sommes tous formés à faire. Nous portons ces actions de l’administration à l’attention de notre communauté pour plusieurs raisons : nous voyons le modèle de la science qui est ignorée, et le modèle de la violence contre nos collègues qui donnent une voix à la race et au racisme », poursuit la déclaration.

« Nous devons lutter contre ces schémas. En tant qu’éducateurs, nous reconnaissons également le modèle menaçant du retrait du financement des conversations sur la race et le racisme, qui s’étend de l’école élémentaire et secondaire aux sphères du travail et de la recherche ».

La déclaration poursuit en dénigrant les « préjugés » dont les mathématiques sont « intrinsèquement porteurs ».

« Il est temps que tous les membres de notre profession reconnaissent que les mathématiques sont créées par des humains et donc qu’elles sont intrinsèquement porteuses de préjugés humains.

Tant que cela ne sera pas fait, notre communauté et nos étudiants ne pourront pas atteindre leur plein potentiel », a écrit le groupe.

« Pour atteindre ce potentiel en mathématiques, il faut que l’académie et l’enseignement supérieur s’engagent dans des conversations critiques, stimulantes et parfois inconfortables sur les effets néfastes de la race et du racisme sur notre communauté.

Il est temps maintenant de faire avancer les mathématiques et l’éducation dans la poursuite de la justice ».

La Mathematical Association of America se présente comme « la plus grande communauté de mathématiciens, d’étudiants et d’enthousiastes au monde ».

Son site web se targue de compter parmi ses membres « des enseignants d’université, de collège et de lycée, des étudiants de premier et de deuxième cycles, des mathématiciens purs et appliqués, des informaticiens, des statisticiens, des professionnels des STEM et bien d’autres encore dans le monde universitaire, gouvernemental, commercial et industriel ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz