Publié par Piotr Stammers le 10 octobre 2020

Effondrement historique : la valeur du dollar dépasse le salaire minimum au Venezuela !

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.


Le salaire minimum légal au Venezuela est de 400 000 bolivars depuis la fin avril. Et maintenant, un dollar peut être échangé contre 401 543,14 bolivars. Bravo le socialisme.

Le peu qui reste de l’économie vénézuélienne s’est effondré le 24 septembre dernier, quand le « dollar parallèle », c’est comme ça qu’on appelle la monnaie américaine à la portée des Vénézuéliens, a dépassé le salaire minimum et les pensions établis par le régime de Nicolas Maduro.

Selon le site web Monitor Dólar Venezuela, qui propose la cotation quotidienne basée sur une moyenne de plusieurs maisons de change, le dollar a été échangé ce 24 septembre à 401 543,14 bolivars.

Dans la matinée de ce même jour, le dollar était coté à 396 192,44 bolivars, après être 393 295,08 bolivars pour lesquels il était échangé la veille.

  • Le salaire minimum légal et les pensions au Venezuela sont à 400 000 bolivars depuis fin avril, lorsque le président Nicolas Maduro a ordonné une augmentation.
  • En ce sens, la hausse du dollar de jeudi place le revenu minimum légal, qui est perçu par près de six millions de personnes au Venezuela, à moins d’un dollar par mois. Un accomplissement majeur d’un pays qui pratique le socialisme, le vrai, le pur.
  • Le bolivar a connu deux processus de reconversion monétaire : en 2008, il a perdu trois zéros et a été rebaptisé bolívar fuerte (qui veut dire « fort », l’ironie n’échappe pas aux lecteurs de 1984), tandis qu’à la mi-2018, il a perdu cinq autres zéros et a été rebaptisé bolívar souverain (là encore, le souverain s’est retrouvé sans pantalon, il avait de quoi être fier et le mentionner dans le nom de sa monnaie).
  • Donc le bolivar souverain a perdu huit zéros après deux dévaluations. Un record pour un pays très riche en pétrole. C’est le vrai socialisme : quand on a tout pris aux riches, on ne peut plus rien leur prendre, alors il ne reste plus rien et il y a une belle et noble égalité… dans l’extrême pauvreté.
  • En 2018, le prix du dollar au Venezuela a été multiplié par 6 381 800, passant de 10 bolivars par dollar sur le marché officiel en janvier, à 638,18 à la fin de cette année-là.
  • Et magie socialiste toujours, fin 2019, le dollar s’échangeait à 56 122,06 bolivars.
  • Mais le président pouvait faire mieux encore : dans les deux premiers jours de 2020, la monnaie locale s’était dépréciée de plus de 23 % par rapport à la monnaie américaine, à 73 321,90 bolivars.
  • Et selon les données de la Banque centrale du Venezuela (BCV), le dollar a clôturé jeudi 24 septembre à 392 128,50 bolivars par devise américaine.

Mais les Vénézuéliens n’ont pas accès à ces dollars, qui sont réservés aux opérations gouvernementales et à la corruption – bien socialiste aussi – du dirigeant suprêmement suprême.

Comme à Cuba, tiens, un autre pays socialiste – y aurait-il un rapport ? – la plupart des magasins et des établissements facturent leurs produits dans la devise américaine et, si le client paie en bolivars souverains, ils calculent le taux avec les données du marché parallèle.

Ce type de paiement s’est répandu même dans les zones les plus populaires, où le calcul des prix est déjà effectué en dollars.

Ceux qui souhaitent payer en bolivar doivent le faire par carte, car le plus gros billet le 50 000, ne vaut pas l’encre pour l’imprimer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz