Publié par Dreuz Info le 11 octobre 2020

Madame la Ministre,

Des élèves de 15 ans, dans une section donnant accès aux études supérieures, sont incapables de distinguer le verbe du nom, de l’adjectif…. ils sont aussi incapables d’écrire une phrase simple sans de nombreuses fautes !

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Devant mon étonnement, leur prof. de français m’explique : le corona a empêché tout enseignement utile pendant 6 mois, ils ont tout oublié et je revois la matière. J’ai insisté : on n’oublie pas en 6 mois la différence entre verbe, nom, adjectif ?

Et là j’avoue mon effarement devant l’explication donnée : « Tu oublies que certains ne l’ont jamais connue. Le redoublement est interdit entre certains niveaux, les jeunes le savent et ne se fatiguent pas inutilement…. et je suis obligée de donner des exercices basiques à des jeunes qui les font avec d’autant plus de nonchalance que les points ne comptent pas quand l’exercice est « formatif ». On ne fait pas beaucoup de « certificatif », qui demande une correction minutieuse. Il faut s’éviter des ennuis ! »

J’ai expliqué comment j’obtenais des progrès réels et des élèves enthousiastes : chaque heure de cours comporte un exercice noté vraiment, les bonnes corrections apportent des points, à la fin de la période certaines classes ont plus de 20 notes et la moyenne reflète indiscutablement le niveau réel de l’élève. La réaction fut immédiate : impossible de corriger tant de travaux chaque semaine !! J’ai bien dû répondre que je corrige vite et la réponse vint : on laisse des fautes !

Vrai, et il m’est arrivé qu’un élève se plaigne d’une note jugée insuffisante. Chaque fois j’ai demandé sa feuille, relu attentivement… trouvé des fautes qui m’avaient échappé…proposé d’enlever 1 ou 2 points. Les plaintes furent exceptionnelles….

Mon « truc » n’est évidemment pas le seul possible et mon plus vif souhait est que chaque enseignant puisse appliquer le sien dans l’intérêt de ses élèves.

Et ma conclusion sera : qu’on mette fin au laxisme qui « permet » à des quasi analphabètes de s’ennuyer à l’école au lieu de s’instruire. Qu’on permette aux enseignants une totale liberté dans la mesure où ils respectent un programme réaliste.

Avec mes remerciements pour votre attention, veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mia Vossen pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz