Publié par Magali Marc le 13 octobre 2020

La plupart des analystes conservateurs pro-Trump que je lis croient et disent que la victoire de Donald Trump le 3 novembre est assurée.

À cet égard, Derek Hunter est un peu la voix dans le désert. Il n’est pas ultra-pessimiste, mais il craint la complaisance. Il craint surtout que les électeurs conservateurs qui n’apprécient pas Trump, mais ne veulent pas envoyer des socialistes à la Maison-Blanche, pourraient choisir de rester à la maison le jour du vote s’ils sont certains de la victoire écrasante du Président Trump. Sans blague : l’heure est à la mobilisation générale !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Derek Hunter, parue sur le site de Townhall, le 12 octobre.

*********************************

Il est temps d’être réaliste concernant l’élection de novembre

Prêcher pour la chorale formée de ceux qui sont d’accord avec vous, est réconfortant. Cela vous apporte beaucoup de «amens». Cela donne à un chroniqueur l’impression d’être sur la bonne voie lorsqu’il écrit son texte et que ses lecteurs lui envoient des e-mails pour lui faire savoir à quel point ils sont d’accord avec lui.

Mais cela n’a aucun sens. Si vous vous contentez de dire aux gens ce qu’ils veulent entendre, vous ne leur rendez pas service.

S’ils avaient le choix, mes enfants ne mangeraient que de la glace au chocolat et des macaronis au fromage. Pour que les enfants de trois et deux ans mangent des légumes, il faut les ajouter en catimini dans les quelques aliments que les enfants mangent volontiers. C’est à moi et à ma femme de veiller au grain.

En ce qui concerne la politique et les adultes, il n’y a aucune raison d’édulcorer les légumes de la vie, alors je vais simplement le dire : Donald Trump a de bonnes chances de perdre les élections, et les Républicains pourraient perdre le Congrès.

Ce n’est pas gagné d’avance. Je n’en ai pas la certitude, mais il serait stupide de prétendre le contraire.

Pour les experts, il n’y a pas d’inconvénient à proclamer que Trump va gagner. Que leur arrivera-t-il s’ils se trompent ? Absolument rien. Leurs chroniques seront toujours publiées, leurs salaires leur seront toujours versés.

Si le président est réélu, ils pourront se proclamer devins, «les seuls à l’avoir vu venir».

Mais je peux vous assurer qu’ils ne vous disent pas ce tout qu’ils savent. Il est même probable qu’ils n’y croient pas vraiment.

Je ne vous dis pas cela gâcher votre journée.

Je le dis afin de me faire l’avocat du diable.

C’est facile de rester assis et d’attendre.

Mais cette année, il ne suffit pas d’y croire fortement pour obtenir le résultat souhaité.

S’exprimer sur les médias sociaux est une bonne idée, mais ils sont probablement ignorés par les personnes que les conservateurs doivent rejoindre ou, plus probablement, filtrés par les patrons milliardaires des médias sociaux de gauche et leur armée de singes volants déterminés à manipuler le public pour l’amener à une victoire écrasante des Démocrates.
Nous devons tous faire plus, beaucoup plus.

Nous ne sommes pas en 2016.

  • Le milliard de dollars de publicité gratuite dont bénéficiait le candidat Donald Trump à l’époque n’est plus là pour le Président Trump aujourd’hui.
  • Le Président Trump est l’ennemi des médias qui ont contribué (sans le vouloir) à sa réussite, et la moitié des commentateurs de la chaîne Fox News semble maintenant être aussi contre lui.
  • Le temps libre qu’il leur reste ne sera pas seulement consacré à promouvoir Joe Biden, tout ce qui restera sera utilisé pour dénigrer Donald Trump.
  • S’il y a un Républicain qui peut lutter contre cette horde, c’est bien Donald Trump, mais il ne peut pas le faire tout seul.

Nous devons faire tout ce qui peut lui être utile. Chaque obstacle qui peut être mis sur le chemin de la gauche doit être utilisé, en double.

  • En 2016, Facebook, Twitter et les autres ne s’intéressaient guère à la politique. Maintenant, ils ne pensent qu’à ça.
  • Les États charnières demeurent, mais la bataille a changé, de façon spectaculaire.
  • La victoire n’est pas impossible, mais nous en sommes aussi proches qu’on peut l’être sans y être vraiment.
  • La complaisance est l’ennemi de tout ce qu’il faut faire pour éviter le précipice. Un faux sentiment de victoire inévitable engendre la complaisance, c’est pourquoi je critique ceux qui la répandent.
  • Il ne doit pas y avoir de repos pour nous entre maintenant et le 3 novembre.
  • Le combat pour la nomination à la Cour suprême d’Amy Coney Barrett commence dès aujourd’hui.
  • Il va y avoir vingt mille milliards de cycles de nouvelles avant que tout cela ne soit terminé.
  • La folie de la gauche que nous avons vue ces quatre dernières années va ressembler à une promenade dans le parc par rapport aux trois semaines et demie à venir.
  • Il y aura de bons et de mauvais jours et de nombreuses mauvaises nouvelles.
  • Les sondages ne vous apprendront rien, mais les médias ne se tairont pas à leur sujet. Ils seront annoncés en grande pompe.
  • Il y aura des mensonges, beaucoup de mensonges, et probablement aussi un peu de violence.

Ne vous faites pas d’illusions sur ce qui va arriver ou sur la façon dont cela va se terminer, personne n’en a la moindre idée.

  • Nous verrons s’il y a une majorité silencieuse (pro-Trump) ou non. Et nous devrons nous battre pour chaque millimètre de terrain.
  • Ne croyez pas les gens qui vous disent qu’ils savent ce qui va se passer. Cela peut vous réconforter mais ils n’en ont réellement aucune idée.

Leurs faux espoirs risquent de nous démobiliser à un moment où nous pouvons le moins nous le permettre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.



Source:
https://townhall.com/columnists/derekhunter/2020/10/12/its-time-to-get-real-about-november-n2577860

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz