Publié par Abbé Alain Arbez le 13 octobre 2020

Antonio Ghislieri devient pape en 1566 sous le nom de Pie V.

Il s’efforce d’assainir les mœurs parmi les hauts dignitaires qui vivent comme des princes mondains. Son profil n’a rien à voir avec celui des papes qui l’ont précédé. D’où l’influence déterminante qu’il aura pour la suite, en application du Concile de Trente et de ses réformes. Le rituel de la messe, le catéchisme officiel et d’autres dispositions sont réactualisées par ses soins.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il est intéressant de découvrir la position qu’il prend en ce qui concerne la corrida. En 1567, il édicte la bulle pontificale « De salute gregis dominici », par laquelle sont définitivement interdites les corridas. Tout catholique qui enfreindrait cette décision serait immédiatement excommunié !

Pour nous, donc, considérant que ces spectacles, où des taureaux et des animaux sauvages sont poursuivis dans l’arène, sont contraires à la piété et à la charité chrétiennes, désireux d’abolir ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes, et d’assurer avec l’aide divine dans la mesure du possible le salut des âmes,  à tous et à chacun des princes chrétiens, revêtus de n’importe quelle dignité aussi bien ecclésiastique que profane, même impériale ou royale … nous défendons et interdisons en vertu de la présente et permanente constitution, sous peine d’excommunication ipso facto, de permettre qu’aient lieu dans leurs provinces, cités et localités, des spectacles de ce genre où l’on pourchasse des taureaux et autres animaux sauvages.

Pie V est aussi le pape qui a organisé la coalition catholique contre les Turcs menaçant l’Occident chrétien, et qui s’est soldée par une franche victoire, attribuée à la protection de la Vierge Marie, lors de la célèbre bataille de Lépante. C’est de là que s’est développée la dévotion du rosaire dans toute l’Eglise. Mais l’esprit de Lépante est-il encore d’actualité dans les mémoires anesthésiées ?

Quant à l’interdiction de la corrida, on peut regretter qu’elle n’ait pas été respectée au cours des siècles suivants. Pour autant, cet avertissement ecclésial devrait donner à réfléchir à nos contemporains.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz