Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 octobre 2020

Le gros titre de France Info est parfaitement tourné pour ne pas que le lecteur sache de quoi il s’agit vraiment : « Val-d’Oise : un homme a été retrouvé décapité, un individu qui tenait un couteau abattu par la police »

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Faites une croix sur le journalisme, c’est du militantisme. Si vous voulez être informé, tournez-vous vers Dreuz, le seul média qui fait du journalisme à l’ancienne : les faits, tous les faits, rien que les faits.

1 Voici la désinformation du média que tous les Français sont obligés de payer avec leurs impôts, et qui ne représente que l’opinion de ceux qui votent à gauche et sont favorables à l’immigration, illégale ou pas, ils s’en fichent, pourvu que ça immigre :

Un homme a été décapité vendredi à l’arme blanche à Eragny-sur-Oise, dans le Val d’Oise, et son agresseur présumé est mort sous les balles tirées par la police, a appris franceinfo de source policière.

Les faits se sont déroulés vers 17H00, près d’un établissement scolaire à Eragny-sur-Oise. Des policiers nationaux qui circulaient dans le secteur sont arrivés sur les lieux et ont tiré à dix reprises sur un homme muni d’un couteau qui a été abattu. Il avait menacé les effectifs de la police municipale.

2 Voici les vrais faits, en commençant par les plus importants. L’agresseur a crié « Allahu Akbar » au moment de poignarder et décapiter une personne avant d’être abattu par la police. Donc c’est un musulman.

La photo d’un corps étendu au milieu de la route a été partagée sur Twitter
  • Le tueur est un musulman pratiquant, un jihadiste qui a revendiqué son acte sur Twitter. Il a diffusé la photo de la victime décédée et il a écrit : « A Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad ». Son compte a été suspendu.
  • Les procureurs anti-terroristes français ont immédiatement ouvert une enquête anti-terroriste, confirmant qu’il s’agit bien d’un attentat.
  • L’attentat est motivé par la religion islamique.
  • Le contre terrorisme a déclaré que l’agression s’est produite vers 17 heures, heure locale, près d’une école de Conflans Saint-Honorine, dans la banlieue ouest de Paris.
  • L’agresseur a donc hurlé « Allahu Akbar » pendant l’attaque.
  • Certains premiers rapports indiquent que la victime a été décapitée, d’autres disent qu’il a été poignardé à la gorge.
  • La police est arrivée sur les lieux après avoir reçu un appel concernant un individu suspect qui rôdait près de l’école, selon une source policière.
  • Ils y ont découvert le mort et, 200 mètres plus loin, ont aperçu le suspect armé d’un couteau qui les a menacés avec ses armes.
  • Le tueur non identifié s’est ensuite enfui vers la ville voisine d’Eragny-sur-Oise, à environ trois kilomètres de là, où il a refusé de se rendre.
  • « Il agitait une arme à ce moment-là et a menacé d’autres officiers », a déclaré une source. C’est à ce moment qu’il a été abattu par la police… « Une dizaine de coups de feu ont été entendus ».
  • La scène a été bouclée et une unité de déminage a été dépêchée en raison de la présence présumée d’un gilet d’explosifs.
  • Le bureau du procureur national anti-terroriste a annoncé qu’il enquêtait sur un meurtre « en relation avec une entreprise terroriste » et une « association terroriste criminelle ».
  • Selon certaines informations, la victime était un professeur d’université qui avait partagé des caricatures du prophète musulman Mohammad lors d’un cours.
  • La victime, un enseignant, a enragé les parents en montrant des caricatures du prophète Mohammad à ses élèves.
  • Une source a déclaré au Parisien : « La victime avait récemment donné une leçon à ses élèves sur la liberté d’expression et avait montré les caricatures ».
  • Cela a conduit un parent enragé par l’audace de l’incroyant à confronter le professeur avec un couteau de cuisine, puis à lui couper la tête, a déclaré la source.

Franchement, c’était si compliqué de rapporter ces informations ?

Vous vous rendez compte ? Les journalistes ne sont plus payés pour rapporter l’information aux Français, mais pour ne pas les informer !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz