Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 octobre 2020

Le nouveau livre d’Andrew Cuomo, le gouverneur Démocrate de l’Etat de New York, est sorti. C’est un récit fictif dans lequel il se proclame maître du coronavirus et sauveur de New York.

Je pense inutile de rapporter que l’Etat de New-York est le plus touché au monde par le coronavirus. Il a perdu 33 442 vies à cause de la peste chinoise (1), soit deux fois plus que le second Etat le plus touché d’Amérique. Pareillement, ça ne sert à rien de préciser que le nombre de morts par million d’habitants, soit 1719, est deux fois plus élevé que le pays d’Europe le plus touché – et c’est le seul chiffre qui permette de comparer entre-elles différentes régions du monde.

Oui, c’est inutile de mentionner ces chiffres dramatiques, puisque le gouverneur Cuomo a déclaré qu’il est un champion du coronavirus, et que les paroles d’un homme de gauche sont plus vraies que la réalité.

Vous avez les mêmes chez vous ?

  • 1er mars : Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, annonce le premier cas confirmé de COVID-19 dans la ville de New York

 » Nous avons appris l’existence du 1er cas positif de COVID-19 à NY. Le patient a contracté le virus pendant son séjour en Iran et est isolé. Il n’y a aucune raison de s’inquiéter outre mesure, le risque général reste faible à New York. Nous gérons cette situation avec diligence et nous fournirons des informations dès qu’elles seront disponibles ».

  • Aujourd’hui, il affirme que Trump est responsable des morts de NY car dit-il, le virus est arrivé avec les vols en provenance d’Europe que Trump n’a pas bloqués.
  • 2 mars : Cuomo soutient que les New-Yorkais s’inquiètent trop. « Dans cette situation, les faits doivent l’emporter sur la peur. Parce que la réalité est rassurante. C’est le moment de souffler profondément » .
  • 3 mars : Cuomo prend enfin des mesures face à la crise… heu… pas la crise de coronavirus, non, la « crise » du vapotage. Il organise de toute urgence une réunion au Capitole.
  • 4 mars, Cuomo déclare :

 » Nous avons une épidémie causée par le Coronavirus mais nous avons une pandémie qui est causée par la peur. »

Il ajoute : « Ici, les faits ne méritent pas le niveau d’anxiété que nous observons. »

  • Gardez à l’esprit que tous les médias critiquent l’administration Trump pour avoir « minimisé » le virus.
  • Le 6 mars, Cuomo déclare encore :

 » Nous avons plus de personnes dans ce pays qui meurent de la grippe que du coronavirus. »

  • Vous vous souvenez comment les Républicains ont été critiqués et ridiculisés pour avoir comparé Covid à la grippe ? Cuomo l’a fait, mais aucun média ne l’a critiqué. Jamais.
  • 7 mars : Après avoir dit aux gens de ne pas s’inquiéter, après avoir comparé Covid à la grippe, Cuomo signe un décret déclarant le virus « urgence catastrophe » dans l’Etat de New York.
  • 8 mars : alors que le nombre de cas de coronavirus à New York est à trois chiffres, Cuomo dit à nouveau aux New-Yorkais de ne pas s’inquiéter. Comme Trump, il veut rassurer la population. Trump est mis en cause pour avoir fait cela, les médias réclament sa tête, Cuomo est félicité pour la même chose.

 » Ce n’est pas le virus Ebola, ce n’est pas le virus du SRAS, c’est un virus sur lequel nous avons beaucoup d’informations… » (sur ce point, il a raison : plus de personnes sont mortes à New York à cause du COVID juste le 4 avril, que le SRAS n’en a tué dans toute l’histoire du virus dans le monde.

(Le 5 avril, plus de personnes sont mortes dans l’État de Cuomo à cause de COVID que dans toute la crise du SRAS dans le monde. Et le 6 avril. Et les 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 17 avril. Et il a écrit un livre sur le bon travail qu’il a fait). Si j’osais, je dirais qu’il a fait un « bon travail » vu sous l’angle des Verts : pour sauver la planète

  • 8 mars : Cuomo continue de dire aux gens d’aller dans le métro avec des précautions mineures :

 » Si vous pouvez, allez dans un wagon moins plein. Si vous voyez un wagon plein, laissez-le passer, attendez le suivant. Pareil si vous prenez le bus ».

  • 9 mars : Cuomo minimise encore :

 » Ce n’est pas le virus Ebola. Cette hystérie que vous observez, cette peur que vous observez, la panique que vous observez, est injustifiée. Nous avons eu affaire à des virus plus graves ». [C’est exact, COVID n’est pas l’Ebola. COVID a tué plus de personnes rien qu’à NY, rien qu’en deux semaines en avril que le virus Ebola dans le monde entier.

  • 9 mars : Cuomo dévoile qu’il a lis en place un programme demandant aux détenus dans les prisons de fabriquer du désinfectant pour les mains.
  • Le 12 mars, au lendemain de l’arrêt de la saison de la NBA, Cuomo déclare :

 » Il n’y aura pas de quarantaine ».

Il ajoute que « la mobilité individuelle est notre raison d’être » tout en rassurant les New-Yorkais qu’il n’y aura pas de « règles de confinement ».

  • 13 mars : question d’un journaliste de MSNBC :

    « Comment qualifieriez-vous la situation actuelle dans l’État de New York ?

    Cuomo : « Je ne pense pas que ce soit différent ici qu’ailleurs. L’anxiété et la peur sont autant de problèmes que le virus. »
  • 16 mars : Le président Trump annonce « 15 jours pour ralentir la propagation ». NY grimpe à 950 cas et 7 décès.

    Sur le site internet du gouverneur, Cuomo écrit :

 » Il n’y a aucun pays qui a fait face à cette situation, ni la Chine, ni la Corée du Sud, sans nationaliser l’effort. Toutes ces différentes villes, tous ces différents États, faisant toutes ces différentes choses, nous ne devrions pas avoir un tel patchwork.

Laissez le gouvernement fédéral et dire : voici les règles, voici la règle pour les salles de cinéma, voici la règle pour les bars, etc. »

  • Puis Cuomo passe au Today Show sur NBC et dit à Savannah Guthrie :

 » Dans le cas de New York, aucune ville de l’État ne peut fermer sans l’approbation du gouvernement de l’État, et aucune ville de l’État ne le fera.

  • Le 17 mars : le maire de New York, Bill de Blasio, déclare qu’il « envisage absolument » une ordonnance de refuge en place pour la ville de New York. Cuomo répond qu’il n’y aura pas d’ordre de refuge en place.
  • 18 mars, Cuomo déclare :

« … cela n’arrivera pas, le confinement pour la ville de New York. »

Il répète que la peur est pire que le virus et qu’il « arrête ça immédiatement » lorsqu’on parle de confinement.

  • 19 mars : Cuomo ordonne aux entreprises de réduire de 75 % le personnel de bureau.
  • 19 mars, Cuomo déclare :

 » Sommes-nous en train de réduire la densité ? Oui. Est-ce que nous voulons que les gens restent chez eux ? Oui. Allons-nous imposer une quarantaine, emprisonner les gens dans leurs maisons ? Non. »

  • Plus tard dans la journée, Cuomo minimise à nouveau le danger :

 » Nous menons une guerre sur deux fronts. Nous combattons le virus et nous combattons la peur. Et ce sont deux situations totalement différentes auxquelles vous devez faire face. À bien des égards, la peur est plus dangereuse que le virus ».

  • 19 mars, Cuomo déclare, à propos d’une éventuelle mise en quarantaine : « Je devrai autoriser ces actions légalement et ça ne va pas se produire ».
  • Le 20 mars, Cuomo déclare : « Nous allons publier un décret aujourd’hui. L’État de New York va s’arrêter. »
  • La fermeture de l’Etat de New York par Cuomo intervient donc quatre jours après que Donald Trump ait annoncé « 15 jours pour ralentir la propagation ».

    Cuomo critique régulièrement le président pour son comportement trop lent. Il a été plus lent que Trump.
  • 20 mars : Cuomo annonce la « loi Matilda », du nom de sa vieille mère.

 » De quoi s’agit-il ? De protéger les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes souffrant de maladies sous-jacentes. Où sont les endroits qui nous inquiètent vraiment ? Les maisons de retraite, les établissements pour personnes âgées. »

  • Alors que la situation devient incontrôlable, Cuomo supplie la Garde nationale de l’aider, et le nombre de morts passe les 20 000 (connus). U.S. News applaudit le formidable gouverneur et publie un article intitulé « Comment le coronavirus a fait d’Andrew Cuomo LE gouverneur de l’Amérique. »
  • 24 mars : Pourquoi la stratégie initiale de Cuomo en matière de santé a-t-elle échoué ? Laissez-le vous le dire avec ses propres mots :
  • 25 mars : Le magazine de gauche VICE révèle que le coup de marketing du désinfectant pour les mains était un mensonge. Les détenus de la prison n’ont jamais fabriqué de désinfectant pour les mains.

C’est là que ça devient très chaud

  • 25 mars : Peut-être la pire décision prise par un gouvernement dans le cadre de la réponse à la pandémie, Cuomo publie le désormais tristement célèbre décret « Sorties d’hôpital et admissions dans les maisons de retraite » pour New York.

    Le décret exige que les maisons de soins prennent des patients positifs au COVID-19 :

 » Aucun résident ne doit se voir refuser une réadmission ou une admission en (maison de retraite) sur la base d’un diagnostic confirmé ou suspecté de COVID-19″.

  • Le décret va encore plus loin dans l’ignoble : et INTERDIT aux maisons de retraite de procéder à des tests de dépistage du coronavirus, que ce soit pour les nouveaux patients ou ceux qui reviennent.
  • Nous ne saurons jamais avec certitude combien de personnes cette décision a tuées. A ce jour, Cuomo continue de mentir sur le nombre de personnes qui sont mortes dans les maisons de retraite, car il ne compte pas les centaines ou milliers de résidents des maisons de retraite qui sont morts après avoir été transportés à l’hôpital avec le coronavirus.
  • Anecdote, le jour même où il a donné l’ordre d’accepter les gens contaminés dans les maisons de retraite, Cuomo a déclaré :

 » Ce sont des gens que nous aimons. Ce sont nos grands-parents. Et nous allons faire tout notre possible pour les protéger tous. Et je donne aux habitants de l’État de New York ma parole que nous le faisons. »

  • 26 mars : Les choses vont si mal à New York que le Rhode Island ferme ses frontières aux New-Yorkais, qualifiant l’Etat de « zone rouge ». Cuomo se plaint et dit que ce n’est pas « de bon voisinage ».

    (Il instituera plus tard des restrictions similaires pour les États situés au sud de New York).
  • Le 29 mars, la Society for Post-Acute & amp ; Long-Term Care Medicine – autrement dit pour les personnes du 4e et du 5e âge – publie un communiqué dénonçant la décision de Cuomo concernant les maisons de retraite, et déclare que comme ils l’ont clairement et catégoriquement écrit :

« … s’occuper de résidents atteints de COVID-19 met en danger tous les patients des maisons de retraite. De nombreuses maisons n’ont pas de chambres privées… et une admission dans une maison de retraite en provenance d’un hôpital peut avoir un impact sur la santé de tous les autres résidents avec des conséquences désastreuses, voire mortelles ».

  • Après un nombre dramatique de décès dans les maisons de retraite, Cuomo a silencieusement annulé son ordre exécutif, et l’a fait retirer du site web du gouverneur.
  • Il affirme maintenant que l’ordre n’a jamais existé.

Jusqu’à ce jour, Cuomo a été à la manœuvre de la pire réaction au coronavirus du monde entier. La pire.

Résultat, il se félicite dans un nouveau livre et une tournée de signatures d’avoir été l’homme de la situation. La presse le vénère. Ce qui lui a apporté une opinion publique extrêmement positive à 78 % sur sa façon de gérer la pandémie.

Alors, vous avez les mêmes chez vous ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.worldometers.info/coronavirus/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz