Publié par Guy Millière le 17 octobre 2020

Un des chapitres de mon livre Après Trump ? s’appelle “Coup d’Etat”. J’y détaille l’intégralité des crimes perpétrés par l’administration Obama finissante, avec la complicité active de la CIA dirigée par John Brennan et du FBI dirige par James Comey aux fins de servir la campagne de Hillary Clinton, campagne elle-même absolument criminelle et dirigée par une criminelle aux fins de faire tomber Donald Trump.

J’y explique ensuite comment, depuis l’élection de Donald Trump, tous les criminels impliqués dans cette sordide histoire ont tout fait pour que Donald Trump devenu Président soit détruit.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

La tentative de destruction de Donald Trump se poursuit. Si Donald Trump perdait l’élection du 3 novembre, les criminels auraient gagné. (Je pense que ce ne sera pas le cas et j’y reviendrai)

Il n’y a jamais eu dans l’histoire américaine quoi que ce soit qui ressemble à ce qui se passe depuis plus de quatre ans. Il en est ainsi parce qu’il n’y avait pas eu jusque-là un parti totalitaire aux Etats-Unis, et la réalité est là : le Parti Démocrate n’est pas seulement un parti totalement corrompu et composé d’infectes crapules. Et c’est désormais un parti totalitaire. J’explique aussi cela dans Après Trump ?.

Le totalitarisme que porte le Parti Démocrate n’est pas un totalitarisme à l’ancienne, façon Union Soviétique, non. Ce n’est pas non plus pleinement un totalitarisme façon Chine communiste, bien que cela y ressemble de plus en plus. C’est un totalitarisme soft. La façon dont ce totalitarisme a avancé a été décrite dans un livre de l’essayiste Roger Kimball, The Long March, que je cite dans Après Trump ?.

Il a, selon les méthodes définies par Antonio Gramsci, puis Saul Alinsky, reposé sur l’infiltration des secteurs clé de la société américaine : l’université, puis le reste du système scolaire, le secteur culturel, les médias, le secteur entrepreneurial, puis le secteur politique.

Aujourd’hui, quasiment toutes les universités américaines sont tenues par des gens venus de ce qu’on appelait aux Etats-Unis dans les années 1960 la “nouvelle gauche”.  Ces gens tiennent aussi l’essentiel des lycées. Ils se sont emparés du cinéma, des maisons d’éditions, de la télévision, du journalisme, de la direction de la majorité des grandes entreprises du pays. Ils tiennent les principales entreprises du secteur de la communication électronique, Apple, Google, Twitter, Amazon, Facebook. Ils tiennent le Parti Démocrate.

Donald Trump a compris ce qui se jouait en voyant ce que Barack Obama faisait. Il savait que si Hillary Clinton était élue, ce serait la fin de la démocratie américaine. Il a décidé de se présenter et de devenir Président. Il s’attendait à ce que ce soit difficile. Il ne pensait pas que ce serait difficile à ce point. Il se promettait de drainer le marécage, et ce qu’il appelait le marécage était l’ensemble des fruits pourris de la longue marche. Il n’a, pour le moment, pas réussi à drainer le marécage. Il a l’appui de millions d’Américains qui se mobilisent partout, car ils savent que c’est la survie de la démocratie américaine qui est en jeu.

L’élection du 3 novembre sera la plus importante de l’histoire des Etats-Unis depuis 1860. Je dois le souligner à nouveau : elle n’oppose pas Donald Trump à Joe Biden, mais Donald Trump au danger totalitaire.

Joe Biden n’est qu’un homme de paille dont les totalitaires se débarrasseront après usage, ou qu’ils continueront à utiliser comme une façade derrière laquelle ils agiront.

La nasse totalitaire n’étant pas refermée, il reste de la résistance. C’est pour cela que, ces derniers jours, le contenu du disque dur d’un ordinateur ayant appartenu à Hunter Biden, et oublié par lui chez un réparateur, a pu être divulgué : l’ordinateur a été donné au FBI en décembre, et le FBI n’a rien fait. Une copie du disque dur a été transmise à Rudy Giuliani, qui a divulgué son contenu.

Ce que montre le contenu en question est la dépravation du fils de Joe Biden, sexe et drogue, mais ce qu’il montre surtout est ce que chacun sait depuis longtemps : que Joe Biden a été acheté par des puissances étrangères et tout particulièrement la Chine. Qu’un candidat à l’élection présidentielle soit vendu à la Chine aurait fait scandale aux Etats-Unis il y a vingt ans. Aujourd’hui cela ne fera scandale que pour ceux qui seront au courant, les lecteurs de journaux conservateurs, les spectateurs regardant Fox News. Ailleurs, l’information sera étouffée. Les électeurs regardant CNN, MSNBC, ABC, NBC ne sauront rien. Facebook et Twitter censurent des informations depuis longtemps. Facebook et Twitter sont passés dans ce dossier a la censure complète. Le Sénat étant à majorité républicaine, une commission sénatoriale demandera des explications aux dirigeants de Facebook et Twitter.  Si le Sénat passait sous contrôle démocrate, aucune explication ne serait demandée. Des sénateurs démocrates ont légitimé le comportement de Facebook et Twitter, disant que les éléments contenus dans le disque dur sont des faux (ce qui est une impossibilité matérielle), et qu’il faudrait créer, si Biden est élu, une instance gouvernementale chargée de vérifier les informations avant qu’elles soient diffusées. Le commentateur conservateur Tucker Carlson a suggéré un nom pour cette instance : le Ministère de la Vérité, comme dans le 1984 de George Orwell.

Si Joe Biden était élu, le Ministère de la Vérité verrait le jour, la Chine aurait un retour sur investissements, et tout ce monde hideux aurait obtenu ce qu’il veut.

La nomenklatura qui règne sur la Chine est leur modèle, et ils veulent régner sur les Etats-Unis comme une nomenklatura. Les dirigeants d’Apple, Google, Twitter, Amazon, Facebook sont tout à fait prêts à s’entendre avec la nomenklatura chinoise. C’est le cas aussi de gens comme George Soros, Michael Bloomberg, Bill Gates, et de multiples autres hommes d’affaires américains, dont nombre de financiers de Wall Street. La campagne de Joe Biden croule sous l’argent. Nombre de candidats démocrates cherchant à faire tomber des sénateurs républicains croulent sous l’argent eux aussi. Les entreprises propriétaires des grandes chaines de télévision de gauche américaines veulent s’entendre avec la nomenklatura chinoise et rêvent de nomenklatura mondiale.

Ce monde hideux ne veut pas de liberté d’entreprendre, mais des dirigeants politiques corrompus, dociles et tenus, des Barack Obama, des Hillary Clinton, des Joe Biden, des Kamala Harris. Des milliardaires utilisent la gauche car elle partage leurs objectifs totalitaires. Ils lui donnent des millions. Elle prend en main la société, l’asservit, la détruit et lave les cerveaux. Et elle s’enrichit au passage.

La pandémie a été utile à ce monde hideux : les Etats tenus par des gouverneurs démocrates sont encore largement fermés économiquement, et cela fait des chômeurs et des pauvres, donc des gens dépendants du gouvernement. Les émeutes ont été utiles aussi : les destructions et le désordre créent de la peur et de la précarité, et la peur et la précarité détruisent la liberté individuelle. Regardez qui finance Antifa et Black Lives Matter, et voyez les interfaces tels que Actblue, qui permettent de verser des fonds aux Démocrates et à Antifa et Black Lives Matter.

Si, par malheur, Joe Biden était élu, la nomenklatura américaine serait au pouvoir. Le peuple américain serait dissous sous une immigration massive (onze millions d’immigrants illégaux immédiatement légalisées, et frontières à nouveau poreuses). Les petites entreprises indépendantes disparaîtraient ou perdraient leur indépendance. Les institutions américaines seraient conduites vers la destruction (la Cour Suprême passerait à douze ou quinze membres, le filibuster disparaîtrait, etc.). Les Etats-Unis passeraient sous un régime de parti unique qui ne dirait pas son nom (il resterait un Parti Républicain condamné à être durablement minoritaire). Les médias qui résistant encore seraient brisés.

Des millions d’Américains se mobilisent partout, ai-je dit : ils savent que c’est la survie de la démocratie américaine qui est en jeu.

Si vous vous demandez pourquoi il y a tant de haine déversée sur Donald Trump, et tant de désinformation a son sujet, et pourquoi il est traité comme le personnage d’Emmanuel Goldstein dans 1984, vous avez la réponse.

Donald Trump défend la démocratie, la liberté individuelle, la souveraineté nationale, la civilisation occidentale, les valeurs éthiques. Vous avez sans doute remarque qu’on vous dit tout l’inverse. La novlangue façon Orwell est omniprésente. Cherchez un article dans la presse française qui dit la vérité sur la “collusion avec la Russie”, par exemple…. Après ? Est la seule publication en langue française à exposer les faits. Aucun journal, aucun magazine français ne parlera du livre, j’en suis sûr.  Un grand magazine m’avait demandé un article sur la gestion du coronavirus par Trump. L’article disait la vérité. Quelle horreur ! L’article m’avait sans doute été demandé par erreur. Une envoyée spéciale du Figaro a fait un article sur Las Vegas. Je vis à Las Vegas. Elle y a passé une journée. Elle aurait pu s’abstenir. L’article est un tissu d’inepties. Un journal français ne demandera jamais un article sur Las Vegas à quelqu’un qui vit à Las Vegas : l’article pourrait contenir des éléments de vérité…

Pour terminer, je poserai quelques questions qui pourraient vous permettre de comprendre davantage si vous n’avez d’ores et déjà compris. Donald Trump a-t-il violé une seule fois la Constitution des Etats Unis ? La réponse est non. Les Démocrates l’ont gravement violé des centaines de fois. Mais c’est Donald Trump qu’on traite de dictateur. Donald Trump a-t-il détérioré l’économie américaine ?  La réponse est non. Au contraire. Je donne les détails dans Après Trump ?. Les Démocrates la détériorent en ce moment dans les Etats qu’ils contrôlent. C’est pourtant Trump qu’on accuse de créer un désastre. Donald Trump a-t-il mal géré la pandémie ? La réponse est non. Les Etats américains qui ont mal géré la pandémie sont des Etats démocrates. On vous dit sans cesse le contraire. Donald Trump n’a jamais été raciste et on ne cesse de le traiter de raciste. Il n’a jamais commis un seul acte de corruption. Du côté démocrate, par contre…  Je pourrais poser des questions très longtemps, en apportant toujours la même réponse.

Jeudi soir, la chaine de gauche ABC a décidé d’inviter Joe Biden à répondre à des questions d’électeurs. Le présentateur était un Démocrate de gauche. Toutes les questions avaient été préparés à l’avance. Elles étaient du style : Etes-vous en colère contre le désastre généralisé provoqué par Donald Trump ? Joe Biden a pu proférer des mensonges sans être interrompu. Comme il fatiguait la fin et que les stimulants perdaient leur effet, il y avait une longue pause de publicité toutes les cinq à six minutes.

La chaine de gauche NBC a accepté d’inviter Donald Trump à répondre à des questions d’électeurs au même moment. NBC a reçu des menaces de boycott et des messages l’accusant de trahison. La chaine a répondu qu’elle ferait le nécessaire. La présentatrice était une Démocrate d’extrême gauche. Pendant le premier tiers du temps, elle n’a cessé d’agresser Donald Trump, en lui demandant par exemple pourquoi il avait des sympathies pour le “suprématisme blanc”. Donald Trump a répondu efficacement. Elle lui a coupé la parole 75 fois en 60 minutes. Quand les questions posées ne lui paraissaient pas assez agressives, la présentatrice contredisait Trump dès qu’il avait prononcé trois mots.  La gauche a félicité la présentatrice. Certains membres de la gauche ont sans doute regretté qu’elle n’ait pas une arme et n’aie pas envisage d’assassiner Donald Trump. Je ne doute pas qu’elle a dû y penser, mais elle est jeune et a encore une longue carrière crapuleuse devant elle.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

36
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz