Publié par Jean-Patrick Grumberg le 18 octobre 2020
Panneau pour la distanciation contre la transmission du coronavirus, qui pour être inclusive, a fabriqué du racisme sans s’en apercevoir

Un établissement scolaire qui se revendique pilote de l’antiraciste a cessé de pénaliser les devoirs en retard et la triche aux examens.

Aveuglés par l’obsession raciste et la lutte contre les inégalités, les dirigeants d’une école pilote ont, sans s’en rendre compte, implicitement reconnu que les Noirs et les Hispaniques trichent beaucoup plus que les élèves Blancs, qu’ils rendent leurs devoirs en retard, contrairement aux Blancs. Et ils ont littéralement encouragé les minorités à tricher, tout ça pour lutter contre la discrimination.

Selon les données présentées par l’école, sous l’ancien système de notation, les élèves issus des minorités échouent plus souvent que les élèves blancs – beaucoup plus.

  • Au cours du premier semestre de l’année dernière :
    • 23 % des Natifs (Indiens d’Amérique),
    • 23 % des Hispaniques,
    • et 20 % des étudiants noirs, ont eu les plus mauvaises notes, D ou F.
    • En comparaison, seulement 7 % des étudiants blancs ont eu des mauvaises notes.

Aux Etats-Unis les notes ne vont pas de 0 à 20 ou de 0 à 100, mais commencent à A+, A, A− ; B+, B, B− ; C+, C, C− ; D+, D, D− ; F. F étant l’équivalent de 0, A+ l’équivalent de 20/20.

Dans leur effort pour changer ce déséquilibre racial, la commission scolaire a voté à l’unanimité la semaine dernière pour apporter plusieurs grands changements à son système de notation.

  1. Les étudiants ne seront plus notés sur la base d’une moyenne annuelle,
  2. Ni sur le retard qu’ils ont dans leurs devoirs.
  3. Les notes seront désormais axées sur la « maîtrise de la matière », et non plus sur la moyenne annuelle des notes, ce qui, selon les membres du conseil, « pénalise les élèves qui démarrent lentement ou qui ont des difficultés à certains moments de l’année ».
  4. Autre changement important, les enseignants ne peuvent plus tenir compte de facteurs non matériels lors de la notation. Le respect des délais pour rendre un devoir, le comportement en classe compteront désormais pour la note de citoyenneté d’un élève, et non plus pour sa note scolaire.

« Cela fait partie de notre honnêteté en tant qu’établissement scolaire », a déclaré le vice-président du SDUSD, Richard Barrera.

« Si nous voulons vraiment être une école antiraciste, nous devons faire face à des pratiques comme celle-ci qui ont duré des années et des années.

Je pense que cela reflète une réalité que les étudiants nous ont décrite et c’est un changement qui se faisait attendre », a ajouté M. Barrera.

« Je sais que les élèves sont très heureux à l’idée que ces mesures de responsabilisation ne vont plus définir leur compréhension du savoir », a déclaré Zachary Patterson, un des membres du conseil d’administration de l’école.

Après que M. Patterson ait exprimé ses préoccupations lors de la réunion de cette semaine, le conseil d’administration examinera également les disparités potentielles entre les élèves découlant de sa politique disciplinaire de tolérance zéro en matière de tricherie.

Conclusion

L’analyse de cette décision, de cette incitation à ne pas chercher l’excellence, correspond à un esclavagisme d’un nouveau genre.

L’affaire est loin d’être anodine, et va bien au-delà des mauvaises notes en classe. Il s’agit de la fabrication d’assistés sociaux. La décision va encourager des comportements asociaux, va former des sous-éduqués, des sous-performants, qui n’embrasseront pas le concept américain d’un pays libre où il faut se démener pour arriver, qui ne connaîtront pas le concept de l’effort pour se dépasser et gravir les échelons de l’ascenseur social, et finalement, n’arriveront à rien tout en accusant le système dont ils se sentiront victimes.

Sous couvert d’antiracisme et de lutte contre les inégalités, l’école fabrique encore plus d’inégalités.

Et au-delà, elle conçoit toute une classe sociale qui attendra d’être prise en charge par le système : des dépendants des aides sociales, c’est-à-dire des futurs électeurs Démocrates.

Et la boucle est bouclée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Panneau pour la distanciation contre la transmission du coronavirus, qui pour être inclusive, a fabriqué du racisme sans s’en apercevoir

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz