Publié par Guy Millière le 18 octobre 2020

Avertissement : le livre de Guy Millière est de nouveau disponible. Le premier tirage a été totalement épuisé dès la sortie du livre, et l’éditeur a rapidement commandé un second tirage.

Aucun événement sur terre en cet automne n’est plus important que l’élection présidentielle américaine. De son résultat va dépendre non seulement le futur des Etats-Unis, mais aussi, au vu du statut économique, politique, géopolitique et militaire des Etats-Unis, le futur du monde lui-même.

Quand les Etats-Unis ont un bon Président, les Etats-Unis et le monde se portent mieux. Quand ils ont un mauvais Président, les conséquences peuvent être délétères, voire catastrophiques.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Sous Ronald Reagan, un très grand Président, une ère de prospérité sans précédent depuis des décennies a pris forme, dont l’Europe et la France ont bénéficié, malgré les décisions souvent calamiteuses prises par nombre de dirigeants (en France, c’étaient les années Mitterrand), l’effondrement de l’empire soviétique s’est mis en place et quand il est effectivement survenu, les pays d’Europe centrale ont pu retrouver la liberté.

Sous Barack Obama, un très mauvais Président, un ralentissement économique durable s’est dessiné, et surtout, une faiblesse aveugle (voire complice) vis-à-vis du monde musulman a pris forme, des islamistes ont pris le pouvoir dans plusieurs pays, des régimes ont été détruits, un Etat islamique a pu se trouver instauré et servir de base arrière à des terroristes, l’Europe et la France  ont vu arriver des centaines de milliers de “réfugiés” musulmans traversant la Libye livrée au chaos ou la Turquie soumise à la dérive islamiste d’Erdogan, des attentats atroces ont pu se trouver organisés et ont fait des dizaines de morts et de mutilés.  

Sous Donald Trump, la prospérité est revenue, jusqu’à la pandémie, les vagues de “réfugiés”  arrivant vers l’Europe et la France ont vite disparu, parce qu’une remise en ordre s’est opérée en Libye et parce qu’Erdogan a été fermement mis en garde par Trump, l’Etat Islamique a été détruit, et le terrorisme islamique a pour l’essentiel disparu,  la Chine  est  en voie d’endiguement, une transformation du monde musulman prend forme, pour le meilleur, et les accords signés à la Maison Blanche le 15 septembre dernier n’en sont que l’une des facettes.

Les électeurs américains vont devoir trancher, et choisir entre la poursuite des années Trump ou leur interruption brutale, et le retour à ce qui pourrait ressembler aux années Obama, en pire puisque les artisans de la campagne démocrate sont les membres les plus radicaux et les plus extrémistes de l’entourage d’Obama.

Si les dirigeants politiques et les commentateurs de France et d’Europe de l’Ouest étaient attachés à la survie de la civilisation occidentale, ils souhaiteraient vivement la continuation des années Trump, et ils le diraient. Ce n’est, bien sûr, pas du tout le cas, à de très rares exceptions près. Et il faut aller en Europe centrale, en Hongrie, en Pologne ou en République tchèque pour entendre des propos plus sensés.

Des gens tels que Merkel et Macron n’apprécient pas du tout la fermeté du discours de Trump sur la nécessité de juguler l’immigration clandestine et de défendre la civilisation à laquelle ils sont censés appartenir. Ils détestent le patriotisme économique que Trump prône et sa façon de gérer les relations internationales, dépourvue de toute tentation de céder à l’apaisement.

Chez les commentateurs français et allemands, c’est pire. Depuis que Donald Trump s’est présenté à l’élection présidentielle il y a cinq ans, quasiment tous leurs propos ont été négatifs, haineux, diffamatoires. Strictement rien n’a été expliqué. Absolument tout a été déformé, voire falsifié.

Ce n’est pas étonnant : Ronald Reagan en son temps avait subi un traitement presque aussi odieux que Donald Trump aujourd’hui. Barack Obama a été, lui, l’objet d’un culte idolâtre.

 J’ai pensé indispensable dans ce contexte de donner à ceux qui veulent en disposer, et qui souhaitent comprendre, les explications requises. Elles seront dans un livre qui parait le 8 octobre. J’y explique ce qu’a accompli Trump en politique intérieure et en politique étrangère, de façon précise et détaillée, et on verra qu’il a accompli immensément.

J’y expose ce qu’il entend encore accomplir, et qu’il accomplira s’il est réélu.

J’y décris ce qu’est le parti démocrate et ce que sont ses projets. De façon précise et détaillée, là encore. Et pour ne pas voir les immenses dangers qui résulteraient de l’élection de Joe Biden, un homme sénile et sans scrupules derrière lequel avancent des gens de la gauche extrême, il faut être aveugle ou menteur, sans doute les deux à la fois.

J’y explique le coup d’Etat rampant que subit Trump depuis quatre ans. Et ceux qui me liront découvriront tout à la fois qu’il s’agit d’un coup d’Etat, et l’étendue des crimes commis par l’administration Obama finissante et par l’Etat profond mis en place sous Obama. J’y explique aussi comment la gauche extrême américaine a infiltré toutes les institutions du pays et a créé une fracture très grave au sein du peuple américain.

J’ai appelé le livre Après Trump ?* Parce que, tout en parlant du passé proche, j’entends scruter ce qui vient.  Et je réponds à la question. Après Trump, il y aura encore Trump, et ce qu’il accomplira. Ou bien il y aura la gauche extrême américaine, et ce sera très différent. Vraiment très différent. Et très inquiétant.

Inutile de le dire, je pense : ce sera le seul livre en langue française à dire la vérité sur tous les sujets abordés. J’aurais aimé venir en France et me rendre en Israël pour donner des conférences, parler du livre, rencontrer des amis. Les circonstances font que ce sera sans doute impossible. Je le regrette.

Je ne suis pas certain que les grands médias parleront de mon livre. Nous sommes, hélas, dans une époque où peu de gens dans les grands médias apprécient la vérité.  Je ne demanderais pas mieux qu’on me démontre le contraire.

J’invite ceux qui me lisent à non seulement se procurer le livre, mais à contribuer à faire savoir qu’il existe.

Je lance cette invitation bien au-delà de moi : pour la vérité, pour le futur du monde, mais aussi pour mon éditeur. Un homme de courage et de droiture qui sait à quel point dire la vérité aujourd’hui est difficile et peut exposer à des conséquences.

Du succès ou non de ce livre dépendra la publication d’autres livres, et pas seulement les miens.

Nous sommes dans un combat. Les forces de l’obscurité, du mensonge et du crime ne doivent pas triompher.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz