Publié par Magali Marc le 19 octobre 2020

En avril 2019 , Hunter Biden a apporté son MacBook et deux autres appareils chez un réparateur de Wilmington dans le Delaware, le Wilmington Mac Shop. John Paul Mac Isaac, le propriétaire de cet atelier n’a pas réussi à en réparer un, a réparé l’autre immédiatement et a conservé le disque dur. Selon Rudy Giuliani. Le réparateur a tenté de contacter Hunter Biden pour qu’il vienne récupérer son MacBook. N’ayant pu obtenir de réponse et n’ayant pas été payé, (Hunter Biden ne s’est jamais présenté), John Paul Mac Isaac a fait quatre copies du disque dur et a remis l’original au FBI.

Après quatre ou cinq mois, John Paul Mac Isaac n’avait toujours pas de nouvelle du FBI. Inquiet pour sa sécurité (étant donné le contenu du disque dur*), il a envoyé des lettres à divers Républicains pour leur demander s’ils étaient intéressés par les données qu’il avait trouvées. Le bureau de Rudy Giuliani a été le premier et probablement le seul à réagir.

On connaît la suite : après avoir vérifié le bien fondé des e-mails et la légalité des actions du réparateur, Me Giuliani a fait part de cette trouvaille au New York Post lequel a publié des articles et est tombé victime de la censure des Géants du Web, soucieux de protéger le candidat Joe Biden.

Cependant, la question se pose de savoir quelles pouvaient être les raisons du FBI de rester les bras croisés devant des preuves claires de corruption de la part du fils de Joe Biden ?

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Selwyn Duke, paru sur le site d’American Thinker, le 18 octobre.

***************************

Pour quelle raison le FBI a dissimulé le portable de Hunter Biden ?

L’attitude du FBI n’a rien de surprenant pour les initiés, naturellement un peu cyniques, lorsqu’ils entendent que le FBI est demeuré coi concernant l’ordinateur portable de Hunter Biden au lieu de poursuivre une enquête.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Après tout, le Bureau a déjà été impliqué dans un complot illégal visant à destituer Donald Trump, et les agents de l’État profond aimeraient certainement que Joe Biden lui succède en janvier 2021.

Alors pourquoi révéleraient-ils des informations accablantes sur celui qu’ils espèrent voir accéder au Bureau Ovale ?

Mais le silence du FBI concernant le Huntergate a peut-être apporté un avantage secondaire :

L’information pourrait être utilisée contre M. Biden une fois qu’il serait en fonction.

Cela n’a rien de nouveau.

On n’a qu’à penser au légendaire directeur du FBI, J. Edgar Hoover, qui a longtemps utilisé des « dossiers de salissage» sur des politiciens comme moyen de pression. Cela lui a permis de rester à la tête du Bureau aussi longtemps qu’il le souhaitait.

William Sullivan, autrefois le numéro trois des fonctionnaires sous M. Hoover, l’a exprimé ainsi : dès que le directeur obtenait des informations accablantes sur un sénateur, l’homme était « à sa merci ».

Ainsi, non seulement la suppression du Huntergate pourrait aider Joe Biden à entrer en fonction, mais peut-être que ce serait aussi l’occasion de lui dire :

Belle présidence que vous avez là, M. Biden – je détesterais qu’il lui arrive quoi que ce soit.

Puisque la criminalité en question pourrait, apparemment, mettre Hunter sous les verrous en même temps qu’elle détruirait China Joe, l’effet de levier est puissant.

Le Huntergate pourrait non seulement être utilisé pour contrôler Joe Biden mais aussi sa femme, Jill, dans le cas peu probable où elle serait capable, pendant un certain temps, de faire comme Edith Wilson (qui aurait dirigé la Maison Blanche lorsque Woodrow Wilson est devenu inapte). Après tout, Jill ne voudrait pas voir son beau-fils dans la mouise et assister à la ruine de la réputation de sa famille.

Ce moyen de pression pourrait également être utilisé pour obliger Joe Biden à démissionner, et permettre à Kamala Harris de lui succéder, si c’était ce que souhaite l’État profond.

De plus, je ne serais pas surpris qu’ils aient aussi des informations sur Mme Harris. Compte tenu de ce que nous savons sur elle – sa promotion canapé, le fait qu’elle n’ait pas poursuivi les cas d’abus sexuels impliquant des riches et des puissants, etc.

Alors, imaginez ce que nous ne savons pas !

Cela nous amène ironiquement à l’une des forces de Donald Trump.

Alors que la gauche a avancé l’argument selon lequel le président est un homme corrompu susceptible d’être victime de chantage, il m’a toujours semblé être l’antithèse de cette affirmation.

Bien sûr, il a utilisé la loi à son avantage, comme il l’a fait avec la règle « Eminent domain » (le pouvoir du gouvernement des États-Unis, des États et des municipalités de prendre des propriétés privées pour un usage public, après le paiement d’une juste compensation).

Mais pour ce qui est de respecter la loi, j’ai lu que Trump est aussi pointilleux sur ce point que sur les microbes et les bactéries (sa germa-phobie est bien connue).

Et c’est peut-être une autre raison pour laquelle l’État profond veut que Trump disparaisse : impossible de faire pression sur un homme qui n’a rien à se reprocher – et qui est fanatique de la propreté de ses mains.

* Pour une description du contenu des e-mails en français, voir l’article : https://www.lepoint.fr/justice/presidentielle-americaine-l-etrange-affaire-du-macbook-abandonne-14-10-2020-2396515_2386.php#

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources :

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz