Publié par Manuel Gomez le 21 octobre 2020

Une amie « qui nous veut du bien » nous a fait parvenir ces photos, prises de son balcon, lundi matin 19 octobre 2020, ouvert sur la magnifique plage Levante de Benidorm, sur la Costa Blanca, en Espagne. 

Il s’agit d’une « patéra » (petite et légère embarcation) qui vient de s’échouer sur cette plage et qui a permis à 13 jeunes « migrants » clandestins de débarquer. 

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ils n’ont pas eu le temps de disparaître dans la nature car, cette amie, avait pris la précaution d’alerter également la « policia locale », qui les a intercepté et dirigé vers un centre de détention situé à Alicante, 40 kilomètres plus au sud. 

Au cours de ce dernier week-end ce sont plusieurs « pateras » qui se sont échouées » sur les plages de la Costa Blanca : 2 à Altéa, occupées par 14 et 12 migrants, 1 à El Campello (9 migrants), 1 à Calpe (10 migrants), 1 à Arenalès del sol (entre Alicante et Santa Pola) 18 migrants, et 2 à Benidorm (13 et 9 migrants). Soit un total de 86 migrants clandestins, qui viennent s’ajouter aux centaines qui débarquent chaque semaine clandestinement sur les côtes du sud de la péninsule ibérique, de Carthagène, Aguilas et Cabo de Gata, en provenance des côtes algériennes et, bien entendu, les milliers qui pénètrent, en provenance du Maroc et de Mauritanie, sur les côtes de l’Andalousie, jusqu’à la frontière portugaise, ou directement vers les Iles Canaries, ces dernières semaines. 

Ces « pateras », qui ne contiennent qu’une douzaine de migrants, ne peuvent venir directement des côtes algériennes, bien trop éloignées. Il est donc certain que ce sont des navires, appartenant à des ONG espagnoles ou internationales, qui les transportent jusqu’à proximité des eaux territoriales avant de « les mettre à la mer » car, tous ces migrants, cela est constaté, débarquent en excellente condition physique et correctement vêtus (même quelques rares jeunes mères avec leurs bébés). 

Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez met à profit la pandémie « Covid » pour fermer les yeux sur cette invasion progressive et continue et semble davantage préoccupé, en compagnie de ses alliés « Podemos », du « devenir » de la royauté espagnole, tout comme il s’est « préoccupé » de déménager la dernière demeure de Francisco Franco, del « Valle de Los Caïdos », où il reposait depuis quelques décennies. 

Tout comme cela se passe en France, plus particulièrement dans certains arrondissements parisiens et dans la proche périphérie de la capitale, certains « mineurs isolés », qui se comptent par milliers en Espagne, sèment la terreur dans de nombreuses villes (agressions violentes, vols, viols et quelquefois meurtres) et même tout récemment à Madrid, où, devant la recrudescence de cette délinquance d’importation, des habitants menacent, devant l’aveuglement ou l’incapacité des autorités, de prendre en main leur propre sécurité. 

Les partis de droite, PP et Vox, ne cessent d’alerter les autorités sur ces dangers, mais il faudra, sans doute, attendre un évènement dramatique, comme celui qui s’est déroulé à Conflans-Sainte Honorine, et qui vient d’émouvoir et de mobiliser la grande majorité des Français pour, enfin, « ouvrir les yeux » et remplacer les discours et les hommages par des mesures et des actes ! 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz