Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 octobre 2020

Lors d’un interview sur Pod Save America, l’animateur Dan Pfeiffer a demandé à M. Biden quel était son message aux personnes qui n’ont pas encore voté.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Dans un podcast publié samedi, Joe Biden a déclaré que sa campagne avait réuni « l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l’histoire de la politique américaine » – car l’élection présidentielle sera marquée par d’importantes batailles juridiques. Cela vient d’ailleurs de commencer dans le comté d’Allegheny de Pennsylvanie, concernant la légitimité de 29 000 bulletins de vote par correspondance envoyés en double (1), alors que la Cour suprême de l’Etat vient de refuser que les contrôleurs du vote vérifient si les signatures des votants sont conformes à leur signature enregistrée, ce qui favorise les professionnels de la fraude.

Voici la vidéo, suivie de la traduction intégrale, en français, de l’échange.

Dan Pfeiffer : Une dernière question pour vous, Monsieur le Vice-président. Premièrement : Quel est votre message aux personnes qui n’ont pas encore voté ou qui n’ont pas encore de plan de vote. Et deuxièmement, pour les 50 millions d’Américains qui ont déjà voté, que peuvent-ils faire au cours des dix derniers jours pour s’assurer que vous êtes le prochain président des États-Unis ?

Joe Biden :

Deuxièmement, nous sommes dans une situation où nous avons mis en place – et vous l’avez fait pour notre administration, celle du président Obama, avant celle-ci – nous avons mis en place, je pense, l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l’histoire de la politique américaine.

Voici la déclaration intégrale de Joe Biden, afin que mes confrères ne disent pas qu’elle est « sortie du contexte » :

Eh bien, tout d’abord, vous savez, euh, ce qui fait vraiment grincer des dents, euh, mon adversaire, c’est que je dis que, euh, la chose qui le dérange le plus, c’est qu’il n’est pas une pièce cousue sur le jean de Barack [Obama]. Je veux dire, vous savez que Barack était un sacré président, et je vais vous dire, mec, quel honneur c’était – je pense que vous le croyez aussi – de servir avec lui. Je veux dire, un honneur incroyable. Et, euh, je ne suis pas le seul. Je le pense vraiment. Hum, il avait plus d’intégrité dans son petit doigt que la plupart des gens en ont dans tout leur corps, et il avait une colonne vertébrale comme un bâton. Il en avait une sérieuse.

Mais une des choses que je pense être la plus importante, est que ceux qui n’ont pas encore voté, tout d’abord, allez sur « Je vais voter point com » pour faire une simulation de comment vous allez voter, où vous allez voter, quand vous allez voter, parce que ça peut devenir compliqué. Parce que les Républicains ont fait tout ce qu’ils ont pu pour rendre le vote plus difficile, en particulier pour les gens de couleur. Alors, allez sur « Je vais voter point com ».

Deuxièmement, nous sommes dans une situation où nous avons mis en place – et vous l’avez fait pour notre administration, celle du président Obama, avant celle-ci – nous avons mis en place, je pense, l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l’histoire de la politique américaine.

Ce que le président essaie de faire, c’est de décourager les gens de voter en laissant entendre que leur vote ne sera pas compté, qu’il ne peut pas être compté, que nous allons le contester, et toutes ces choses. Si suffisamment de gens votent, le système va être submergé. Vous voyez ce qui se passe maintenant. Vous le savez aussi bien que moi. Vous voyez les longues, longues files d’attente pour le vote anticipé. Vous voyez les millions de personnes qui ont déjà voté.

Conclusion

Vous me connaissez, je n’aime pas faire de spéculations, je me contente des faits, c’est bien assez comme ça et la presse devrait prendre exemple sur Dreuz si elle veut regagner un peu de crédibilité.

Cependant, je trouve étrange que durant les deux débats, qui ont duré 90 minutes chacun, Biden n’ait jamais perdu le fil de ses pensées, soit resté cohérent et ait pu développer ses arguments, tandis que le reste du temps – les vidéos ne manquent pas – il délire une fois sur deux.

Regardez-le ici, ce pauvre homme apparemment égaré dans son monde intérieur, ne sachant probablement ni où il est, ni ce qu’il fait là, arpentant le podium de long en large, pendant que sa femme parle à la tribune devant lui. Je suppose qu’on peut trouver cela triste, mais c’est surtout pathétique si l’on songe aux millions qui vont voter ou ont déjà voté pour cet homme diminué dans le seul but de faire tomber Trump.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.law360.com/articles/1322041/attachments/0
    https://drrichswier.com/2020/10/24/voter-fraud-alert-lawsuit-filed-to-stop-ballot-fiasco-in-allegheny-county-pennsylvania/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

62
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz