Publié par Jean-Patrick Grumberg le 31 octobre 2020
Esther Williams

Je l’ai dit et redit. Je l’ai écrit, plusieurs fois : si Donald Trump perd l’élection, ce sera à cause du coronavirus.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Comme je suis un homme simple, je raisonne simplement. Avant que la Chine ne nous injecte son poison, l’économie tournait à plein régime. Le chômage était un des plus faibles que nous n’ayons jamais connu. Y compris et surtout pour les groupes habituellement moins favorisés : les Noirs, les handicapés, les Hispaniques, les femmes, les vétérans. La bourse était au plus haut. Nos impôts avaient baissé. Le ciel était bleu, la mer était verte, et Trump allait surfer sur la vague économique jusqu’à une victoire facile, comme Esther William sur la crête des vagues (si vous vous êtes demandé ce que vient faire une photo d’Esther Williams pour illustrer cet article, maintenant vous savez).

Et vlan. La peste chinoise nous est tombée dessus. Tout le monde a blâmé Donald Trump, médias en tête. Nuit et jour, comme des coups de marteaux piqueurs qui ne s’arrêtent jamais, jusqu’à entrer dans la tête des gens.

Les morts ? Trump. Le coronavirus ? Trump. Biden, les Démocrates, les médias, toute la machine anti-Trump ont basé leurs messages sur cette équation.

Mon raisonnement d’homme simple tenait la route. Mais un phénomène nouveau s’est produit. C’est le témoignage d’une personne de Las Vegas qui m’a mis la puce à l’oreille. Elle a dit que le Nevada va voter pour Trump malgré les sondages, parce qu’à Las Vegas, les travailleurs – beaucoup d’Hispaniques – ne veulent plus de confinement : ils veulent que la ville rouvre, ils veulent travailler. Et comme le nord de l’Etat vote Républicain, seul Las Vegas a la population suffisante pour faire passer l’Etat de l’autre côté.

Le revirement

Un phénomène que je n’avais pas vu venir, et que le président Trump, qui déjà en 2016 a été le seul à ressentir ce qui perturbait l’âme des Américains, semble lui avoir perçu, est le ras-le-bol croissant du confinement auprès d’une part de la population qui ne vote habituellement pas pour lui – et qui pourrait changer d’avis.

Joe Biden a dit qu’il va fermer le pays pour se débarrasser du virus. De l’autre, Donald Trump déclare que ce sera la ruine du pays, et qu’il va au contraire ouvrir le pays. C’est ce qu’il a dit lors du dernier débat.

C’est un détail que les commentateurs les plus avisés n’ont pas vu. Sauf Trump apparemment, puisqu’il insiste maintenant sur sa promesse de rouvrir totalement le pays.

  • Matt Towery est un analyste politique. Commentateur de télévision, chroniqueur syndiqué, auteur, éditeur, avocat, il a été représentant Républicain en Géorgie, et il dirige le petit organisme de sondage InsiderAdvantage.
  • Ce 26 octobre, il vient de déclarer ceci (1) :

Depuis le débat, Trump a obtenu le soutien de jeunes électeurs qui, selon notre précédent sondage, s’opposent fermement à tout blocage futur à cause du coronavirus. 

https://amgreatness.com/2020/10/26/trump-takes-the-lead-in-pennsylvania-3-per-new-poll/

Après l’avoir plombé, le coronavirus serait-il en train de se retourner à l’avantage de Trump à moins d’une semaine des élections ? Soyons modérément optimistes sans rejeter l’argument et creusons.

Cela ne m’avait pas percuté parce que je n’avais pas prêté attention au fait que les jeunes, les employés, les travailleurs, ne veulent plus de confinement, ne veulent plus voir de commerces, salles de sport, cinéma, théâtres, concerts, grands match sportifs, aux portes fermées. Les commentateurs politiques non plus ne l’ont pas noté.

  • Towery, le 15 octobre dernier (2) :

Près de 50 % des électeurs sont d’accord avec la récente déclaration de l’OMS selon laquelle les fermetures ne sont pas la meilleure alternative aux futurs pics de COVID. Et parmi les moins de 65 ans, l’opposition aux fermetures est importante. Cela suggère qu’un plan visant à protéger les personnes âgées et à permettre aux jeunes électeurs d’éviter de futures fermetures d’entreprises et d’écoles pourrait être une combinaison gagnante pour l’un des candidats de l’État ».

https://amgreatness.com/2020/10/15/trump-closing-on-biden-in-pennsylvania-per-new-poll/
  • Pareil constat de Scott Rasmussen (je vous rappelle qu’il a quitté la société Rasmussen en 2013 et a créé un nouvel institut de sondage). Notant que les indécis dans la course à la présidence s’opposent au reconfinement dans un rapport de près de 3 contre 1, Scott Rasmussen a affirmé (3) :

« S’il doit y avoir un retour tardif du président, cette question pourrait fournir un indice sur le pourquoi ».

Signe des temps, la même tendance a été documentée en Grande-Bretagne, où The Telegraph, le 24 octobre dernier écrivait (4) :

L’opinion publique se retourne contre le confinement et l’opportunisme cynique des Travaillistes.

Le pays perd son appétit pour de nouvelles restrictions. Cela peut sembler étrange à dire. Depuis sept mois, les sondages d’opinion ont montré un soutien inébranlable à presque toutes les interdictions : Fermez les frontières ! Fermez les pubs ! Fermez les écoles !

  • L’organisme de sondage Pew Research fait à peu près, sans mettre le doigt dessus, le même constat (5).

Les parents qui travaillent ont été confrontés à des défis uniques, écrit le Pew center, car de nombreuses écoles et garderies ont fermé leurs portes aux États-Unis en raison de l’épidémie de coronavirus.

Une nouvelle analyse du Pew Research Center sur les données gouvernementales révèle qu’au cours des six premiers mois de la pandémie, l’engagement sur le lieu de travail des mères et des pères ayant des enfants de moins de 18 ans à la maison a été affecté à peu près également.

https://www.pewresearch.org/fact-tank/

Autrement dit, parmi les jeunes couples urbains – certainement pas le gros des électeurs de Trump – un certain nombre pourrait bien préférer le bifteck sur la nappe blanche de la maison que Biden à la Maison-Blanche.

Voilà qui pourrait donner au président Trump le coup de pouce indispensable dans les grandes villes des Etats indécis, dont on ne sait pas encore comment ils voteront, et qui feront l’élection.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://amgreatness.com/2020/10/26/trump-takes-the-lead-in-pennsylvania-3-per-new-poll/
  2. https://amgreatness.com/2020/10/15/trump-closing-on-biden-in-pennsylvania-per-new-poll/
  3. https://justthenews.com/politics-policy/polling/nearly-60-likely-voters-believe-us-shouldnt-be-locked-down-again
  4. https://www.telegraph.co.uk/news/2020/10/24/public-opinion-turning-against-lockdown-labours-cynical-covid/
  5. https://www.pewresearch.org/fact-tank/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz