Publié par Eduardo Mackenzie le 7 octobre 2020

L’eurodéputé Luke « Ming» Flanagan était un inconnu jusqu’au 2 juin dernier lorsqu’il est intervenu de son lit et sans pantalon, et en se caressant les jambes, dans un débat virtuel par téléphone de la commission de l’agriculture. C’est avec la complicité de ce militant bouffon d’un parti irlandais de gauche que Gustavo Petro est en train de demander  à l’Union européenne d’annuler les accords commerciaux qu’elle a avec la Colombie.

Jorge Jaramillo, un journaliste espagnol  spécialiste des questions agroalimentaires, affirme que M. Flanagan «a été arrêté à plusieurs reprises par des policiers avec du cannabis à usage personnel». « Ming » a été élu au Parlement européen en 2014 en tant que défenseur de la légalisation de la marijuana, selon Wikipedia (1). Cette année-là, il a eu le deuxième pire bilan de vote parmi les députés au Parlement européen. Flanagan admire la dictature cubaine, prône le « dialogue » avec Nicolas Maduro et est partisan de l’avortement et du séparatisme catalan.

L’Irlandais fait partie d’un petit groupe d’eurodéputés qui sont des ennemis jurés des exportations d’aliments d’Amérique latine vers l’Europe. Les voix dominantes de ce groupe sont la socialiste  Clara Eugenia Aguilera et la libérale Ulrike Müller, du groupe Alde (Alliance des démocrates et des libéraux européens) présidé par l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt. Alde est le troisième groupe en nombre de sièges au Parlement européen.

Estimant que les autres eurodéputés ne savent pas ce qui se passe en Colombie, Gustavo Petro se consacre à leur fabriquer un panorama mensonger de la violence. Petro accuse «les forces de sécurité colombiennes», c’est-à-dire l’État et le gouvernement d’Ivan Duque, d’être responsables du meurtre de dirigeants sociaux et d’anciens combattants des FARC. C’est totalement faux. Sans dire un mot sur les auteurs réels de tels crimes, Petro écrit que « avec le gouvernement actuel » la situation des droits de l’homme que connaît la Colombie « s’est aggravée » et ajoute aussitôt, dans un acte de manipulation cognitive, qu’en 2020  « ils ont été 221 responsables sociaux assassinés, 47 ex-combattants FARC, signataires de l’accord,  il y a eu 65 massacres et 13 jeunes tués aux mains de la force publique dans les manifestations contre la dérive autoritaire, au cours du mois dernier ».

Petro cache le fait que la production et le trafic de drogue, et la violence narco-terroriste, en particulier contre les paysans, les indiens  et les membres démobilisés de la guérilla, ont augmenté de façon spectaculaire après la signature du soi-disant «accord de paix» Farc / Santos, en 2016, lequel  a laissé en liberté, et sans aucune sanction pénale,  les architectes de ce trafic et les gros bonnets  de l’énorme escadron de la mort que sont les FARC.

Petro protège, donc,  et ô combien cyniquement  –car il sait que le gouvernement Duque est incapable de lui répondre en Europe avec précision et par un procès contre lui pour diffamation–, les vrais auteurs de ces atrocités, à savoir : les FARC, l’ELN, les guérilleros Gaitanistes,  et autres cartels de trafic de drogue, organisations toutes déterminées à éliminer tout individu et/ou tout groupe civil ou militaire qui gêne  leurs plans criminels, locaux ou  nationaux. Petro invente également un prétendu « massacre de jeunes dans les manifestations » pour cacher le fait qu’il a lui-même promu et coordonné, via son compte Twitter, les manifestations et actions des 9 et 10 septembre 2020, dans diverses villes de Colombie, contre la force publique et les bâtiments publics et privés, des vandales armés et entraînés – comme on le constatera plus tard–, par les organisations terroristes FARC et ELN.

Telle est la réalité complexe que les eurodéputés devraient connaître avant de voter sur la proposition insidieuse du député européen Luke «Ming» Flanagan, et de son comparse Gustavo Petro, qui,  en même temps qu’ils favorisent les désordres politiques, cherchent des prétextes pour ruiner les exportations alimentaires colombiennes. Cette demande est une nouvelle attaque de Gustavo Petro contre les intérêts de la Colombie, notamment contre les emplois de millions de personnes (agriculteurs, paysans, artisans, commerçants) qui travaillent dans le secteur agroalimentaire. Lors de la prochaine campagne électorale,  tous eux  seront bien inspirés de se souvenir de l’activité anti colombienne de Gustavo Petro.

© Eduardo Mackenzie (@eduardomackenz1) pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

(1).- https://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_Ming_Flanagan

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz