Publié par Team 100 jours le 4 octobre 2020

Vendredi 25 septembre – 40e jour

Trump

  • Le président Trump a peut-être mis quelques électrices de banlieue en colère contre lui lors de sa conférence de presse de mercredi après-midi à la Maison-Blanche, mais le reste du pays a ri avec lui.
  • Un journaliste a interrogé le président sur la nouvelle selon laquelle le Prince Harry et sa femme Meghan Markle, ont donné leur appui à son adversaire, Joe Biden:

« Le prince Harry et Meghan Markle, concernant les élections américaines, ont essentiellement dit aux gens d’aller voter pour Joe Biden … Permettez-moi de connaître votre réaction à ce sujet ».
Trump a fait ce commentaire :

« Je ne suis pas un fan (de Meghan Markle). Et je dirais ceci, et elle a probablement entendu cela, mais, euh, je lui souhaite beaucoup de chance – à Harry. Il va en avoir besoin. »

  • Jeudi matin, le Président et la Première Dame sont allés à la Cour suprême afin de rendre hommage à la Juge Ruth Bader Ginsburg décédée la semaine dernière.

    À leur arrivée, un groupe de manifestants de gauche a hué le Président et la première dame, Melania Trump. Ils scandaient « Votez pour son départ ! »
  • Le Président a écrit sur Twitter :

Sleepy Joe Biden vient de clôturer sa campagne pour la journée (Encore). Il veut se reposer ! C’est un PERSONNE à très BASSE ÉNERGIE, et notre pays ne peut pas réussir en ces temps passionnants, mais complexes et compétitifs, avec un Président à Basse Energie !!!

  • Jeudi après-midi, le Président est allé à l’aéroport international Charlotte Douglas en Caroline du Nord où il a présenté son programme de soins de santé « America First Healthcare Vision ».

Premier pilier de mon plan : plus de choix pour les patients. Vous aurez la possibilité de choisir parmi diverses options de soins de santé. Les primes des soins de santé seront complètement déductibles d’impôt.

Deuxième pilier : des coûts moins élevés pour les familles et les personnes âgées. J’oblige les grandes compagnies pharmaceutiques à baisser leurs prix.

Troisième pilier: de meilleurs soins, la protection des patients avec des conditions pré-existantes.

  • Jeudi soir, le Président Trump a tenu un autre grand rassemblement politique toujours sur le thème du « Great American Comeback», à Jacksonville, en Floride où il a courtisé le vote hispanique, promettant que les États-Unis ne deviendront jamais un pays socialiste ou communiste.

Donald Trump Junior

  • Mercredi soir, lors de l’émission «Hannity» de la chaîne Fox News, Donald Trump, Jr. a réagi à un rapport du Sénat américain mettant en évidence des malversations potentielles dans les relations d’affaires de Hunter Biden.
  • Donald Trump, Jr. a déclaré que s’il avait eu des relations d’affaires similaires à celles de Hunter Biden, le fils du candidat démocrate à la présidence Joe Biden, il serait déjà «en prison».
  • Le fils du Président Trump a dit à Sean Hannity de Fox News :

En réalité, j’ai pris rendez-vous avec quelqu’un qui avait envisagé un accord commercial parce que, contrairement à Hunter, nous étions en fait des hommes d’affaires internationaux avant d’entrer en politique. Hunter, semble-t-il, a réussi à tirer parti de la vice-présidence de son père pour obtenir plusieurs centaines de millions de dollars en honoraires. Mais celui qui me fait le plus peur, c’est qu’ils ne s’inquiètent pas du tout de la Chine, selon Joe, ce n’est pas une menace. Donc, 1,5 milliard de dollars à Hunter de la part de la Chine, ce qui se traduit en gros par environ 30 millions de dollars par an en frais. (…) Le maire de Moscou est une personne connue liée à Poutine. C’est un lien direct reconnu avec Poutine qui a payé 3,5 millions de dollars à Hunter. Si ce n’est pas une collusion avec la Russie, je ne sais pas ce que c’est. J’ai participé à une réunion de 20 minutes, j’ai fait plus de 30 heures de témoignage entre la Chambre et le Sénat, non pas parce que j’ai fait quelque chose de mal, mais parce qu’ils espéraient que je me tromperais, que je dirais que la rencontre a eu lieu à 12h01, plutôt qu’à 12h02 (pour avoir une raison de me jeter en prison).

  • Donald Trump Jr. faisait campagne pour le Président jeudi dans le New Hampshire lorsqu’un homme présent avec un groupe de partisans de Joe Biden a baissé son pantalon pour lui montrer la lune ainsi qu’à ceux qui étaient réunis pour l’entendre parler.

Nomination d’un juge à la Cour suprême

  • Joe Biden refuse de donner sa liste de candidats potentiels à la Cour suprême car il veut dissimuler le fait que ceux qui tirent les ficelles derrière lui désigneraient un archicommissaire qui traiterait les droits des Américains contenus dans le Premier et le Deuxième Amendement de la même façon que lui traitait ses collaborateurs quand il pensait que personne ne regardait.
  • Pour la bande à Biden, nommer le candidat, ou même énumérer des candidats potentiels, ce que le président Trump a fait à plusieurs reprises, c’est les soumettre à un examen minutieux. Il est révélateur que le GOP, quant à lui, souhaite un examen minutieux. Il a publié avec empressement les choix potentiels, sachant que le peuple américain préfère les juges qui aiment la liberté et l’ordre plutôt que le fascisme et le chaos.

Biden

  • L’ex-vice-président Joe Biden n’a prévu aucun événement public pour jeudi le 24 septembre. Il s’agit du neuvième jour du mois de septembre durant lequel le candidat démocrate ne fait pas campagne.

Nancy Pelosi renonce à l’impeachment

  • Réalisant sans doute qu’en menaçant de lancer une procédure de destitution qui prendrait des mois, elle admettait la défaite des Démocrates le 3 novembre et la réélection de Donald Trump, Nancy Pelosi a rétro-pédalé et a indiqué jeudi qu’elle ne tentera pas de destituer le Président Donald Trump une seconde fois afin bloquer sa nomination imminente d’un juge à la Cour suprême :

Je ne pense pas qu’il en vaille la peine, nous avons 40 jours avant l’élection. Il ne sert à rien d’orchestrer une chose ou une autre alors que ce qui compte vraiment en termes de transfert pacifique du pouvoir, c’est que les gens votent.

Ce que serait une Amérique bidenisée

  • Le conseil municipal de Seattle a voté mardi soir pour battre le veto de la Maire, Jenny Durkan, concernant les projets de loi du conseil destinés à commencer à réduire les forces de police et à développer les solutions communautaires cette année. Les membres du conseil ont choisi de s’en tenir aux projets de loi de finances pour 2020 plutôt qu’à une proposition de remplacement que la maire avait dit pouvoir accepter.
  • Les votes de veto sur les trois projets de loi ont été précédés par plus d’une heure de commentaires publics, la plupart des intervenants ayant demandé aux membres du conseil de « tenir bon » contre la Maire et de démontrer qu’ils tenaient compte du mouvement Black Lives Matter. Plusieurs membres du conseil ont ensuite vivement défendu les projets de loi comme des premières étapes raisonnables vers la réorganisation de la sécurité publique à Seattle.
  • Une membre du Conseil, la Socialiste Kshama Sawant a attribué le résultat de mardi à la pression «féroce» exercée par le mouvement Black Lives Matter ces derniers jours, notant que plusieurs collègues ont maintenu les électeurs en suspens jusqu’à la dernière minute.
  • Un tweet encourageant les incendies criminels à Louisville, dans le Kentucky, posté un jour avant que de violentes émeutes n’éclatent à nouveau dans plusieurs villes américaines, n’enfreignait pas les règles de Twitter, selon une porte-parole du géant des médias sociaux, bien que l’entreprise se soit dite, en 2018, consacrée à l’amélioration de la «santé conversationnelle» sur sa plateforme.

Louisville, Kentuky brûlera ce soir » a tweeté Lee G News, le compte-rendu d’un vlogger noir indépendant qui a un public de taille modeste.Le tweet comprenait une photo du vlogger et d’une autre personne tenant des poings levés, portant des masques arborant le nom de « Breonna Taylor.

  • Bien que le compte lui-même ne soit pas particulièrement influent, la réponse officielle de Twitter au tweet indique que la plateforme a une grande tolérance pour les tweets faisant la promotion de la violence terroriste domestique qui a été endémique dans les villes américaines au cours des quatre derniers mois.

Je peux confirmer que le tweet auquel il est fait référence ne viole pas les règles de Twitter.

a déclaré une porte-parole de Twitter à Breitbart News

Élections

  • Les forces de l’ordre du gouvernement fédéral (pas le FBI) ont cherché à savoir avec qui la foule des émeutiers de Portland communiquait.
  • L’Office of Intelligence and Analysis (I&A) du ministère de la sécurité intérieure joue apparemment le rôle principal dans l’utilisation de moyens électroniques de haute technologie et classifiés, tandis que le US Marshal’s Service envoie du personnel dans la rue.
  • D’après The Nation :

Un fonctionnaire actuel du DHS (Département de Homeland Security) a dit qu’un collègue spécialisé dans la surveillance électronique était envoyé à Portland. Dans le but d’ « Extraire des informations des téléphones des manifestants ». Pendant son séjour à Portland, un groupe de travail inter-agences impliquant le DHS et le ministère de la Justice a utilisé une attaque sophistiquée de clonage de téléphones portables – dont les détails restent confidentiels – pour intercepter les communications téléphoniques des manifestants, selon deux anciens officiers de renseignement qui connaissent la question.

  • Donc le DHS et le FBI ont écouté Antifa et ils savent à qui ces derniers ont parlé dans les médias et en politique. On peut dire, en lisant le rapport de The Nation, que la gauche devient vraiment nerveuse à ce sujet car il s’agit du rapport numéro un sur leur site web en ce moment.
  • Rush Limbaugh avait correctement prédit, il y a quelques semaines, que les véritables questions qui auraient un impact sur les élections n’étaient pas encore sur la table.
  • Le décès de Ruth Bader Ginsburg et l’obsession des médias pour son successeur peuvent être considérés comme la première de ces questions, et le début du troisième acte. Les activités de John Durham et des autres procureurs fédéraux peuvent également y figurer. Mais si les activités du DHS et du US Marshals Service conduisent à des inculpations ou au moins à la révélation des liens derrière les émeutiers, cela pourrait fournir une base encore plus factuelle aux électeurs pour qu’ils reconsidèrent les hypothèses que les médias ont imposées au public.

Vote par correspondance

  • Des bulletins jetés aux poubelles.

    Plusieurs bulletins de vote de militaires ayant voté pour le Président Donald Trump ont été récupérés après que les autorités fédérales aient ouvert une enquête concernant des bulletins de vote par correspondance dans le comté de Luzerne, en Pennsylvanie.
  • Le bureau du Procureur du district central de Pennsylvanie a déclaré dans un communiqué publié jeudi :

Le lundi 21 septembre 2020, à la demande de Stefanie Salavantis, la Procureure du comté de Lucerne, le bureau du Procureur des États-Unis et le bureau fédéral d’enquête du bureau des résidents de Scranton ont ouvert une enquête après avoir pris connaissance de rapports faisant état de problèmes potentiels concernant un petit nombre de bulletins de vote par correspondance traités par le Comité électoral du comté de Lucerne.
Depuis lundi, le personnel du FBI, en collaboration avec la police de l’État de Pennsylvanie, a mené de nombreux entretiens et a récupéré et examiné certaines preuves matérielles. Les fonctionnaires électoraux du comté de Lucerne apporté leur coopération. À ce stade-ci, nous pouvons confirmer qu’un petit nombre de bulletins de vote militaires ont été jetés. Les enquêteurs ont récupéré neuf bulletins de vote à ce jour. Certains de ces bulletins peuvent être attribués à des électeurs spécifiques et d’autres non. Les neuf bulletins contenaient des votes en faveur du candidat présidentiel Donald Trump.

  • On ne sait pas encore combien de bulletins ont été jetés. Cet événement survient alors que les fonctionnaires du service postal américain enquêtent sur des plateaux de courrier découverts dans un fossé à Greenville, dans le Wisconsin, mardi.

Sondages

  • Quinze groupes de discussion d’Hispano-Américains et des sondages d’opinion réalisés auprès de Blancs et de Noirs américains par Ian Haney López et Tory Gavito révèlent que les Hispano-Américains sont les plus convaincus par les discours de campagne qui s’opposent à l’immigration clandestine et au financement des services de police locaux. Les Noirs américains, au même titre que les Blancs américains, ont été convaincus par cet argument. Thomas Edsall du New York Times a noté que :

« D’autres données qu’ils ont trouvé sont encore plus convaincantes : López et Gavito ont demandé aux électeurs s’ils trouvaient «convaincant» le message tiré des points de discussion républicains. Entre autres éléments, le message condamnait « l’immigration clandestine en provenance de lieux dominés par les cartels de la drogue et les gangs de criminels » et appelait à « financer entièrement la police, afin que nos communautés ne soient pas menacées par des gens qui refusent de respecter nos lois ».

« Comme ils s’y attendaient, « près de trois répondants blancs sur cinq ont jugé ce message convaincant.Plus déconcertant pour López et Gavito, tous deux des gauchistes, c’est le fait que « exactement le même pourcentage d’Afro-Américains était d’accord, tout comme un pourcentage encore plus élevé de Latinos ».

Coronavirus

  • La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi a affirmé jeudi, à tort, que le président Donald Trump avait dit aux gens « d’avaler du Clorox ».
  • Mme Pelosi commentait la réponse du président à une question du correspondant du magazine Playboy à la Maison Blanche, Brian Karem, qui demandait mercredi si Trump s’engagerait à un transfert paisible du pouvoir. M. Trump – qui a déjà dit qu’il partirait s’il perdait – a déclaré qu’il ne s’attendait pas à perdre, et que cela dépendait de ce qui se passerait avec les bulletins de vote par correspondance.
  • L’ex-vice-président Joe Biden a répondu de façon confuse mercredi à une question sur son aptitude mentale à exercer ses fonctions.
  • Joe Biden participait à une interview masquée et socialement distante avec Cullen Browder de Raleigh, la filiale de NBC en Caroline du Nord :

    Question de M. Browder :

« Pour les électeurs de Caroline du Nord … qui pourraient se demander si vous êtes physiquement, mentalement apte à ce travail, comment réagissez-vous actuellement ?»

  • Biden :

« Regardez-moi. Ce n’est pas moi qui vous ai dit de vous injecter de l’eau de Javel dans le bras. Vous voulez parler, qui sait – et je connais la différence entre la vérité et le mensonge. Entre le bien et le mal. Entre l’espoir et la peur. »

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

57
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz