Publié par Team 100 jours le 4 octobre 2020

Mercredi 16 septembre – 49e jour

Trump

  • Le Président a tweeté tard lundi soir :

« Selon les médias, l’Iran serait en train de préparer un assassinat, ou une autre attaque, contre les États-Unis en représailles de l’assassinat du leader terroriste Soleimani, qui a été perpétré parce qu’il préparait l’assassinat des troupes américaines, et la mort et la souffrance… »

« … causées pendant tant d’années. Toute attaque de l’Iran, sous quelque forme que ce soit, contre les États-Unis sera suivie d’une attaque qui sera mille fois plus importante ! »

  • Mardi matin, interviewé à l’émission Fox and Friends (Fox News), le Président a parlé du Moyen-Orient et des accords de paix avec les hôtes de l’émission.
  • Il a dit essentiellement :

« L’Iran n’a pas de pouvoir. Si je suis réélu, ils s’empresseront de négocier une entente de paix. »

« Les Palestiniens n’auront pas le choix de nous rejoindre, car les pays qui les ont financés, ne le font plus. »

« Au fil des années nous avons donné beaucoup d’argent aux Palestiniens et ils parlent de nous en mal. Ils disent “Mort à l’Amérique” ».

« La Chine veut voir Biden au pouvoir. L’Iran aussi. »

« L’Iran souffre économiquement, mais attend de voir si c’est Biden qui sera élu en novembre. Il leur permettra d’avoir l’arme nucléaire. Mais si je suis élu, en un mois, j’aurai un accord avec eux. »

  • Moment historique : en mi-journée, le Président a été l’hôte à la Maison-Blanche de la cérémonie de signature des accords de paix et de normalisation entre Israël, les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn.

    Quelque 700 invités ont été conviés à assister à la cérémonie de signature, dont la totalité des ambassadeurs européens. Sans surprise, à l’exception de l’ambassadeur hongrois, aucun des représentants de la moribonde et crépusculaire Europe n’a fait le déplacement, indiquant là leur positionnement dans le camp des tueurs de juifs et non dans celui de ceux souhaitant vivre en paix.

    Avant la cérémonie, le Premier ministre d’Israël, Benyamin Netanyahu, le ministre des Affaires étrangères de l’EAU, Sheikh Abdullah bin Zayed, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdulatif bin Rashid Al Zhayani, et le Président Trump se sont rencontrés et ont rencontré la presse.
  • Le Président a dit en conférence de presse :

« Nous pourrions avoir une paix réelle au Moyen-Orient. »
« Nous avons réussi à faire la paix sans verser de sang sur le sable. »
« Pour la première fois de son histoire, Israël n’est plus isolé. 
»

  • Les quatre hommes ont prononcé des discours de remerciement à tour de rôle avant de procéder à la signature des accords.
  • En après-midi, avant de prendre l’avion pour Philadelphie, le Président a parlé à la presse. Il a dit notamment :

« Nous voulons des villes sécuritaires, nous ne voulons pas Portland. »
« Je crois fortement à une saine gestion forestière
. »

Le Président à Philadelphie

  • En soirée, le Président M. Trump a participé à un forum de discussion de 90 minutes organisé par ABC News et animé par George Stephanopoulos, à Philadelphie dans l’État-charnière de la Pennsylvanie.

    L’événement pré-enregistré a été diffusé à 21h. Des électeurs non engagés ont pu poser des questions au président.

    Devant des électeurs indécis, le Président Trump a parlé de la pandémie du coronavirus, de l’économie, et du changement climatique.

    En réponse à une question, le président a expliqué qu’il ne voulait pas faire paniquer les gens concernant le coronavirus et que c’était normal d’en parler calmement. Il s’est dit confiant que le virus va disparaître éventuellement et qu’un vaccin sera disponible bientôt.

    En réponse à une question d’un membre de l’auditoire concernant le racisme systémique, le président a répondu que les policiers font un travail fantastique et a longuement insisté sur le respect qu’on leur doit. Certains commettront des erreurs.

    Par moments, l’événement est devenu une interview avec M. Stephanopoulos qui l’a souvent interrompu et contredit notamment pour prendre la défense de Joe Biden.

    Concernant l’économie, le Président a dit qu’il obtient des résultats et que la relance de l’économie est déjà commencée.

Biden

  • Un groupe catholique lance une campagne de 9,7 millions de dollars contre Biden en ciblant les électeurs des États clés.
  • Visite de Biden en Floride

    Pour rappel, la veille Joe Biden n’avait aucune idée de là où il irait le lendemain, et ne savait pas qu’il se rendrait en Floride.
  • Une foule attendait Joe Biden à Tampa… c’était les partisans de Trump !

Ses dérapages et errements en Floride

  • S’adressant à des vétérans à Tampa, en Floride, Joe Biden a d’abord fortement critiqué le Président Trump en utilisant l’article frauduleux du journal The Atlantic à propos du soi-disant mépris de Donald Trump pour les militaires.
  • Ensuite il a encore confondu l’Irak et l’Iran.

    Biden a sorti son agenda quotidien – un mouvement habituel lors de ses discours de campagne – pour faire le point sur le nombre de soldats morts lors des guerres à l’étranger.

« Des soldats américains sont morts en Iran et en Afghanistan », a-t-il annoncé en lisant son calendrier de poche.

  • En janvier, il avait également confondu l’Iran et l’Irak alors qu’il tentait de critiquer l’Administration Trump concernant un vote au parlement irakien.

« Le parlement iranien a voté l’expulsion de tous les Américains et des forces de la coalition du pays », avait déclaré Biden à l’époque.

  • En fait c’était le Parlement irakien qui avait demandé en janvier dernier, le renvoi des troupes de la coalition internationale, sous commandement des États-Unis.
  • Joe Biden a déclaré à Tampa qu’une Maison-Blanche dirigée par lui-même et sa colistière la Sénatrice Kamala Harris, s’efforcerait d’aider non seulement les vétérans, mais aussi les familles des militaires.

« Il est tellement plus difficile pour les épouses de militaires de trouver de bons emplois et de construire leur carrière. Nous devons changer cela et nous y travaillons… par exemple en facilitant le transport de vos titres professionnels, d’un État à l’autre, lorsque votre conjoint déménage. »

  • L’ex-vice-président a ajouté :

«L’Administration Harris-Biden va relancer cet effort et faciliter une carrière significative pour les épouses de militaires et les vétérans, afin de s’assurer que les enseignants savent comment soutenir les enfants de militaires en classe, et d’améliorer le soutien aux aidants et aux survivants bien plus que nous ne le faisons actuellement ».

  • On ne sait pas si M. Biden s’est mal exprimé ou s’il a eu des problèmes « techniques ».
  • Les responsables de la campagne de Joe Biden n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur cette histoire.
  • Cette allusion du candidat à une « Administration Harris-Biden » arrive quelques jours seulement après que sa colistière ait utilisé un langage similaire en s’adressant à un forum virtuel de propriétaires de petites entreprises latinos de l’Arizona.

    Mme Harris avait dit :

« Une Administration Harris avec Joe Biden comme président des États-Unis, l’Administration Biden-Harris donnera accès à 100 milliards de dollars de prêts à faible taux d’intérêt et d’investissements pour les propriétaires d’entreprises minoritaires ».

Ce que serait l’Amérique bidenisée

  • La maire de Rochester, dans l’Etat de New York, Mme Lovely Warren, a limogé lundi le chef de la police locale La’Ron Singletary et suspendu deux représentants de la ville pour la gestion de la mort par asphyxie d’un homme noir, Daniel Prude, après son arrestation en mars dernier.
  • D’après un article paru dans le Wall Street Journal : même dans les banlieues, les gens ne croient pas que la police va les protéger.
  • Lors d’une apparition sur la chaîne d’information Fox News, le leader de la minorité parlementaire, le Républicain Kevin McCarthy a demandé à sa collègue de la Chambre et californienne Kamala Harris, pourquoi elle n’a pas réagi à l’attentat contre les deux adjoints du shérif à Los Angeles, samedi passé :

« La sénatrice américaine, Kamala Harris – l’ancienne procureure générale de Californie – la Top Cop, comme on l’a surnommée – n’a rien dit. »

  • À Philadelphie, avant que Trump n’arrive, une manifestante a fait mine de se torcher avec le drapeau américain en le passant dans sa culotte, pour protester contre la visite du Président.

La campagne électorale

  • La légende du rock, Kid Rock, a été la tête d’affiche d’un événement de la campagne du président Donald Trump dans le Michigan, aux côtés de Donald Trump Jr. et Kimberly Guilfoyle, lundi.
  • Il a donné à la foule l’envie d’applaudir le « plus grand pays du monde » et a interprété une collection de tubes – dont « Born Free », « So Hott » et « Cowboy » – pour les supporters du président dans l’incontournable comté de Macomb.
  • Kid Rock a déclaré :

« Je veux que tout le monde réussisse dans ce pays, mais je ne pense pas qu’on va rendre les pauvres plus riches en rendant les riches plus pauvres. »

Sondages

Floride

  • Le président Donald Trump et le candidat démocrate à la présidence Joe Biden sont statistiquement à égalité dans l’État clé de Floride, selon un sondage publié mardi par la Florida Atlantic University Business and Economics Polling Initiative (FAU BEPI).

« Joe Biden détient une avance de 49 à 46 %, avec 5 % d’indécis, mais ces indécis sont en train de passer dans le camp de 4:1, ce qui entraîne une égalité statistique de 50 % pour chaque candidat », selon un communiqué de presse qui accompagnait la publication du sondage.

  • Le sondage de 631 électeurs inscrits a été effectué le 11 et 12 septembre et a une marge d’erreur de 3,8 points. En mai, le même sondage montrait que Biden avait six points d’avance sur le président Trump, soit 53 à 47 %.
  • Les responsables du sondage FAU BEPI ont déclaré que la course à la présidence dans l’État Ensoleillé reste serrée, mais que l’élan semble porter les électeurs vers le président.

Minnesota

  • La course à la présidence dans le Minnesota, qui n’a pas élu de candidat républicain depuis 1972, se resserre, selon un sondage de Morning Consult publié mardi. Selon Morning Consult, Joe Biden mène la course à la présidence dans le Minnesota de 48 à 44 % – une avance dans la marge d’erreur de +/- 4 points du sondage, ce qui indique un lien statistique.
  • Biden a bénéficié d’un avantage à deux chiffres dans cet État en mai – un avantage qui semble avoir diminué à cause des violentes émeutes des activistes d’extrême gauche.

Au niveau national

  • Selon un récent sondage de Rasmussen Reports, les électeurs qui ont connu de violentes manifestations anti-police dans leur communauté sont plus susceptibles de voter pour le Président Donald Trump lors de l’élection.
  • Le sondage montre que près de 42 % des électeurs américains ont connu une forme de protestation anti-police dans leur communauté au cours de l’été.
  • Près de la moitié de ces électeurs ont déclaré que les protestations ont tourné à la violence, et sur l’ensemble des électeurs, 65 % disent que les protestations violentes dans les communautés à travers le pays sont un facteur important qui va déterminer leur choix d’élection en novembre prochain.
  • Le sondage a également montré que parmi les électeurs qui ont vécu des manifestations violentes dans leur communauté, 76 % considèrent que la violence va influencer leur vote.
  • Parmi ces électeurs, 63 % d’entre eux « approuvent fortement » le travail que fait M. Trump, tandis que 35 % d’entre eux « désapprouvent fortement » le travail de M. Trump.

Coronavirus

  • Nancy Pelosi a estimé que la signature de l’entente historique entre Israël et les EAU n’était rien qu’une « distraction » permettant au Président Trump de ne pas parler des décès dus au coronavirus.
  • Lors de l’émission de Tucker Carlson, Li-Meng Yan, une virologue chinoise a dit avoir la preuve que le gouvernement chinois a fabriqué le coronavirus dans un laboratoire de Wuhan. La Dr Li-Meng a annoncé qu’elle a écrit plusieurs rapports à ce sujet qui seront publiés prochainement. Elle a du fuir la Chine et son compte Twitter a été supprimé.
  • Un candidat Démocrate au Sénat du NC promeut des théories complotistes sur les vaccins contre le coronavirus pendant un débat, parce que le vaccin serait disponible pendant la présidence Trump. Avec Biden, il dirait tout le contraire.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

57
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz