Publié par Team 100 jours le 24 octobre 2020

Mercredi 14 octobre – 21e jour

Trump

  • Mardi matin le président Donald Trump a critiqué mardi le Dr Anthony Fauci après que le médecin se soit plaint d’une des publicités de sa campagne présidentielle :

« En fait, le lancer de la balle de Baseball de Tony est plus précis que ses pronostics », a déclaré le Président Trump, en soulignant que le médecin avait commencé par conseiller aux Américains de ne pas porter de masque avant de changer d’avis.

  • M. Fauci a déclaré en juillet qu’il ne regrettait pas d’avoir déconseillé le port de masques dans les premiers jours de la pandémie de coronavirus, mais qu’il pensait désormais qu’ils étaient très efficaces pour prévenir la propagation de la maladie.
  • Le président a, en outre, rappelé, une recommandation récente contre le port de masques, émise par le Dr David Nabarro, l’envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la santé sur le coronavirus.
  • Sur Twitter le Président a écrit :

« L’OMS n’aime plus les lockdowns – elle s’est juste prononcée contre. Trump avait raison. (…) Les lockdowns américains ont sauvé 2.000.000 de vies américaines ! »

  • Mardi soir le président Donald J. Trump a prononcé un discours lors d’un rallye « Make America Great Again » – à l’aéroport du comté de John Murtha Johnstown-Cambria, à Johnstown, en Pennsylvanie.

Biden

  • L’ex-vice-président Joe Biden a refusé de répondre à une question lors d’un entretien avec la section locale 12 de la radio WKRC de Cincinnati, lundi, concernant son intention d’élargir la Cour suprême et la bourrer de juges gauchistes.
  • Joe Biden a déclaré qu’il n’était « pas un fan » de l’idée d’élargir la Cour – mais il a semblé confondre la définition du terme, peut-être délibérément.
  • Les Démocrates ont récemment essayé de détourner la question en prétendant que le président Donald Trump était en train de « rembourrer » la Cour suprême en nommant des juges conservateurs.
  • Biden s’est entretenu avec Kyle Inskeep, qui lui a posé une question précise sur l’« élargissement » de la Cour :
  • Inskeep :

« Vous avez dit très clairement que vous ne voulez pas parler de l’élargissement du tribunal avant le jour du scrutin. Mais qu’en est-il pour les électeurs indécis qui veulent connaître votre position sur l’éventuelle extension du Tribunal avant de voter ? »

  • Biden :

« Écoutez, avant qu’ils ne le fassent, ce sur quoi je veux mettre l’accent, c’est, respectueusement, ce que je suggère, c’est sur ce qui se passe maintenant, jamais auparavant, alors qu’une élection a déjà commencé et que des millions de votes ont déjà été exprimés, un candidat à la Cour suprême n’a été proposé. Cela ne s’était jamais produit auparavant. Et l’une des raisons en est que la Constitution implique que la seule chance qu’a le peuple américain de déterminer qui sera nommé à vie à la Cour suprême ou aux tribunaux fédéraux, est de choisir son sénateur et son président, parce que le président nomme, et le Sénat conseille et consent. C’est l’essentiel. J’ai déjà parlé de cette question – je ne suis pas un fan des tribunaux, mais je ne le suis pas – je ne veux pas m’étendre sur ce sujet. Je veux rester concentré. Le président n’aimerait rien de mieux que de se battre pour savoir si oui ou non je vais effectivement faire salle comble, ou non, salle comble, etc

  • Comme Henry Olsen l’a récemment fait remarquer dans le Washington Post, M. Biden s’est opposé à ce que ce tribunal soit élargi en 2019, mais il a été réticent à réitérer cette position, car un grand nombre de Démocrates de premier plan ont publiquement soutenu l’idée comme moyen de surmonter les choix judiciaires du président Donald Trump et la majorité conservatrice nominale à la Cour suprême.
  • La semaine dernière, M. Biden a même déclaré que les électeurs ne méritaient pas de connaître sa position sur le choix de la Cour avant de voter lors de l’élection présidentielle.

L’Amérique bidenisée

  • La police de San Rafael, en Californie, a arrêté cinq personnes en relation avec la peinture et le démantèlement d’une statue de Junipero Serro lors d’une manifestation mardi matin, selon un rapport de CBS à San Francisco. Selon la police, les manifestants se sont écartés de leur itinéraire prévu afin de pulvériser de la peinture rouge sur la statue et la retirer de son piédestal.
  • Les forces de l’ordre de Portland, dans l’Oregon, ont annoncé l’arrestation de deux personnes en relation avec l’émeute de dimanche soir, au cours de laquelle deux statues présidentielles ont été détruites et des commerces vandalisés. L’un des hommes avait déjà été arrêté en août à Kenosha, dans le Wisconsin.
  • Le procureur du comté de Multnomah, dans l’Oregon, a annoncé que des accusations seront portées contre l’un des émeutiers impliqués dans la destruction de la statue du président Roosevelt. Cette accusation fait suite à l’arrestation par la police de Portland de Brandon Bartells, 38 ans, un résident de Pasco, État de Washington. La police affirme que Bartells a conduit le van qui aurait fait tomber la statue de Roosevelt au sol.
  • Le chef de la police de Lancaster, en Pennsylvanie, Jarrad Berkihiser, a été contraint de démissionner suite aux commentaires pro-Trump de sa femme publiés sur Facebook.

    Selon John Fiorill, ancien président de l’Ordre fraternel de la police locale, le maire Danene Sorace a dit au chef Berkihiser de démissionner parce que sa femme a publié sur Facebook des commentaires disant qu’elle avait l’intention de voter pour le président Trump en raison de son appui aux forces de l’ordre. Le chef Berkihiser doit quitter son poste le 31 octobre, alors qu’il travaille pour le département depuis plus de 25 ans.

« C’est une situation injuste dans laquelle il a été placé, une violation claire de ses droits », a déclaré M. Fiorill.

« Il a été informé par la Maire Danene Sorace, qu’elle voulait sa démission, sur la base de ces déclarations faites sur Facebook, non pas par le chef Berkihiser lui-même, mais par sa femme ».

SCOTUS

  • Mardi, la Commission judiciaire du Sénat a entamé la deuxième journée d’audition pour la confirmation de la nomination à la Cour suprême de la juge Amy Coney Barrett. Cette deuxième audience de confirmation a débuté à 9 h (heure de l’Est) et se poursuivra jusqu’au jeudi 15 octobre.
  • Chaque sénateur a disposé de 30 minutes pour interroger Mme Barrett sur ses qualifications pour la Cour suprême.
  • Les sénateurs auront une deuxième série de questions mercredi pendant environ 20 minutes. Tout tour de questions ultérieur prendra 10 minutes par sénateur.
  • La journée de jeudi sera consacrée aux témoignages extérieurs en faveur ou contre la nomination de Mme Barrett à la Cour suprême.

La Juge Barrett a répondu calmement et avec aplomb aux questions tendancieuses des sénateurs Démocrates, sans jamais se laisser démonter.

  • Le leader de la minorité Démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a exigé qu’elle s’engage à se récuser de « tout ce qui concerne les élections de 2020 ».
  • Mme Barrett a refusé d’exprimer son point de vue sur le fait que le président ait le pouvoir unilatéral de retarder une élection :

« Si jamais cette question se posait, j’aurais besoin d’entendre les arguments des plaideurs, de lire des mémoires, de consulter mes assistants juridiques, de parler à mes collègues et de passer par le processus de rédaction d’opinion », a déclaré Mme Barrett, ajoutant que les juges devraient aborder les affaires « de manière réfléchie et avec un esprit ouvert. » « Si je donnais des réponses spontanées, je serais un expert juridique, et je ne pense pas que nous voulions que les juges soient des experts juridiques »

Élections

  • Selon Joe Biden le Président Donald Trump aurait qualifié les personnes âgées de « pratiquement personne » et aurait traité les militaires de « perdants » et de « nuls ».
  • C’est complètement faux. Le Président Trump parlait de coronavirus et des jeunes, et les affirmations concernant ses commentaires sur les troupes ont été démenties par tous ceux qui étaient présents.
  • L’ex-vice-président Joe Biden a déclaré mardi à un auditoire de personnes âgées en Floride que le président Trump considérait les personnes âgées comme n’étant « pratiquement personne ». Il a cité un discours du Président qui le mois dernier, aurait dit que le coronavirus « n’affecte pratiquement personne, et ne blesse que les personnes âgées avec des problèmes cardiaques et autres ».
  • M. Biden a poursuivi en disant que M. Trump parlait spécifiquement des personnes âgées.
  • Voici ce que M. Trump a réellement dit :

« Le 3 novembre, l’Ohio décidera si nous mettons fin à la pandémie et si nous retrouvons une prospérité record, ou si nous permettons à « Sleepy Joe Biden » et à son groupe d’incompétents de retarder le vaccin, de fermer le pays. Il a en fait suggéré qu’il fermerait le pays. Nous connaissons maintenant la maladie. Nous savons maintenant qu’elle touche les personnes âgées, les personnes âgées ayant des problèmes cardiaques et d’autres problèmes. (…) Vous savez, dans certains États, des milliers de personnes de moins de 18 ans ont un système immunitaire fort. Tirez votre chapeau aux jeunes parce qu’ils ont un sacré système immunitaire, mais cela n’affecte pratiquement personne. C’est une chose étonnante. »

  • M. Trump parlait spécifiquement des personnes que cela affecte chez les jeunes de moins de 18 ans – et la réponse était « pratiquement personne ».

Sondages

Michigan

  • Un sondage a révélé que le candidat républicain John James arrive ex-aequo avec le Sénateur démocrate, Gary Peters dans le Michigan. M. James a réduit un écart de 10 points en quelques mois.
  • Le New York Times a rapporté que M. James était donné perdant en juin, par 41 contre 31 %. Cet écart est maintenant réduit à un point, de 43 à 42 %, selon l’enquête du Times/Siena.
  • Le Times a écrit :

« Le nombre relativement élevé d’électeurs indécis reflète le profil relativement bas des deux candidats. Environ 20 % des électeurs n’ont d’opinion sur aucun des deux candidats. La cote de popularité de M. James est passée à 45 % de favorables contre 35 % de défavorables, en comparaison avec 36 % de favorables et 29 % de défavorables dans le sondage de juin. La faiblesse de M. Peters est en partie due au fait qu’il n’a pas réussi jusqu’à présent à égaler les résultats de M. Biden parmi les électeurs non blancs, qui restent indécis de manière disproportionnée. Il reste à voir si M. James, qui est noir, fera finalement une percée significative parmi ces électeurs. »

  • Breitbart News a rapporté qu’un groupe affilié au leader de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, le PAC de la majorité au Sénat, a dépensé « 5,4 millions de dollars en une semaine – c’est la somme la plus importante qu’ils ont dépensée pour un démocrate dans tout le pays », selon Stu Sandler, le consultant général de la campagne républicaine.

« La somme stupéfiante que le PAC de la majorité au Sénat dépense montre à quel point John James est proche de remporter le siège du Sénat dans le Michigan. Schumer et les démocrates sont dans la panique la plus totale, car les 35 millions de dollars qu’ils ont dépensés contre John James au cours de l’année dernière le mettent encore à deux doigts de remporter la course au Sénat », a conclu M. Sandler.

Pennsylvanie

  • Une enquête du Trafalgar Group publiée mardi révèle que Joe Biden et le président Donald Trump sont statistiquement à égalité en Pennsylvanie.
  • Alors que l’ex-vice-président mène Trump par 47,4 % contre 45,1 %, l’avance de 2,3 % de Biden se situe dans la marge d’erreur de +/- 2,97 % de l’enquête, ce qui indique une égalité statistique dans l’État.
  • Le sondage a été réalisé du 10 au 12 octobre auprès de 1 034 personnes.
  • Les résultats restent relativement inchangés par rapport au sondage de septembre de Trafalgar Group, qui montrait que Biden était en tête avec 47,3 % des voix contre 44,9 %. L’avance de Biden se situait aussi dans la marge d’erreur de +/- 2,99 % du sondage.
  • M. Trump espère reprendre cet État en novembre, lui qui avait battu Hillary Clinton de moins d’un point en 2016 par 48,2 % contre 47,5 % pour l’ex-Secrétaire d’État.

Nevada

  • Le président Donald Trump et l’ancien vice-président Joe Biden sont pratiquement à égalité dans le Nevada.
  • Selon une enquête menée par la firme WPA Intelligence pour le Las Vegas Review-Journal et l’AARP Nevada (l’Association américaine des Personnes retraitées du Nevada), publiée mardi, Joe Biden ne devance Trump que de deux points, soit 44 contre 42 % dans le Nevada. Cela fait que l’avance de Biden se situe dans la marge d’erreur de 4,4 % du sondage.
  • Six pour cent des électeurs restent indécis sur la question de savoir pour qui ils voteraient.
  • Chris Wilson, un sondeur du GOP et PDG de WPA Intelligence, a déclaré mardi :

« En ce moment, je pense qu’il est très clair que la course à la présidence au Nevada est ouverte ».

  • Le Nevada représente un gain potentiel pour le Président Trump en 2020, puisqu’Hillary Clinton l’avait remporté de justesse avec une avance de 2,4 %.
  • L’enquête du Review-Journal contraste avec un sondage du Sienna College/New York Times, qui disait que Biden était en tête de la course à la présidence de 48 à 42 %.
  • Selon Chris Wilson, si Biden et Trump ont tous deux un fort soutien de leurs électeurs partisans, Trump a un léger avantage parmi les électeurs indépendants :

« La seule dynamique vraiment curieuse ou intéressante est celle des indépendants (classés dans le Nevada comme non partisans). Les indépendants du Nevada favorisent le Président Trump par une marge de 4 points, 38 à 34, et 13 pour cent sont indécis ».

  • WPA Intelligence a mené le sondage pour le Las Vegas Review-Journal, en interrogeant 512 électeurs probables du Nevada entre le 7 et le 11 octobre. Le sondage a une marge d’erreur de 4,4 %.

Coronavirus

  • Un médecin de l’OMS a demandé aux dirigeants mondiaux d’utiliser d’autres méthodes de contrôle que le confinement généralisé.
  • L’envoyé spécial de l’OMS concernant le coronavirus a déclaré qu’il ne fallait pas l’utiliser comme principale méthode de contrôle.
  • Le Dr Navarro a fait ces déclarations lors d’un entretien avec The Spectator :

« Le seul moment où nous pensons qu’un confinement est justifié est pour vous permettre de gagner du temps pour vous réorganiser, vous regrouper, rééquilibrer vos ressources ; protéger vos travailleurs de la santé qui sont épuisés. (…) Nous, à l’Organisation mondiale de la santé, ne préconisons pas le confinement comme principal moyen de contrôle de ce virus. Dans l’ensemble, nous préférerions ne pas le faire ».

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

86
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz