Publié par Team 100 jours le 24 octobre 2020

Vendredi 9 octobre – 26e jour

Trump

  • Jeudi matin, la Commission des Débats présidentiels a annoncé que le second débat présidentiel entre le président Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden sera un débat virtuel et non plus en personne.
  • Le Président Trump a immédiatement réagi à la nouvelle en rejetant le projet.
  • Il a confirmé cette position sur le site de l’émission «Mornings with Maria» du Fox Business Network en déclarant :

«Je ne vais pas perdre mon temps à faire un débat virtuel».

  • Plus tard dans la journée, Erin Perrine, la directrice adjointe principale des communications pour la campagne de réélection du président, a accusé la Commission des Débats de tenter «de mettre le doigt sur la balance pour aider Joe Biden».
  • L’équipe de campagne du président a publié une confirmation de son rejet disant :

«Le président Trump a remporté le premier débat malgré un modérateur mauvais et partial en la personne de Chris Wallace, et tout le monde le sait. Il est pathétique que les créatures du marécage de la Commission des débats présidentiels se précipitent maintenant à la défense de Joe Biden en annulant unilatéralement un débat en personne. Ce n’est pas l’objet des débats ni la manière dont ils sont menés. (…) Le Président Trump aurait affiché de multiples tests négatifs avant le débat, la Commission n’avait donc pas besoin de faire cette déclaration unilatérale. La sécurité de toutes les parties concernées peut facilement être assurée sans annuler la possibilité pour les électeurs de voir les deux candidats s’affronter. (…) Nous organiserons un rassemblement à la place.»

  • Plus tard dans la journée, suite à la position de Trump, la campagne de Joe Biden a suggéré que la commission devrait déplacer la date du second débat, et a déclaré que le candidat Biden « trouvera un lieu adapté pour répondre aux questions des électeurs à cette date [le 15 octobre].
  • Kate Bedingfield, directrice de la communication de la campagne de Biden, a déclaré que le candidat était prêt à accepter la proposition de la Commission sur les débats présidentiels pour un débat virtuel mais qu’il changeait maintenant de point de vue après le refus de M. Trump d’y participer.

« Étant donné le refus du président de participer le 15 octobre, nous espérons que la Commission des débats déplacera le débat Biden-Trump au 22 octobre, afin que le président ne puisse pas se soustraire à ses responsabilités », a déclaré Mme Bedingfield.

  • En réaction, la commission a proposé de repousser le débat au 22 octobre et le troisième au 29.
  • Trump et Biden ont accepté plus tard dans la journée de décaler le second débat au 22 et le 3e au 29.

L’après-débat vice-présidentiel Mike Pence –Kamala Harris

  • Le président a fait l’éloge de la performance du Vice-président Mike Pence lors du débat vice-présidentiel de mercredi soir, lors d’une interview avec l’animatrice de Fox Business, Maria Bartiromo, jeudi matin :

«Je pensais que ce n’était même pas contestable hier soir, elle a été exécrable. (…) elle pouvait faire pire. Elle est totalement antipathique. C’est une communiste. Elle est à gauche de Bernie. Biden ne sera pas président plus que deux mois. Il n’est pas mentalement capable d’être président, tout le monde sait ça… et ce monstre qui était sur scène avec Mike Pence qui l’a d’ailleurs démolie… tout ce qu’elle a dit était des mensonges.»

  • Le président a rappelé au public que Mme Harris était positionnée plus à gauche que le Sénateur Bernie Sanders qui se décrit lui-même comme étant un socialiste démocrate.
  • «Elle est une communiste, elle n’est pas socialiste, elle est bien au-delà du socialisme», a déclaré M. Trump.
  • Le sondeur Frank Luntz a animé un groupe de discussion et a trouvé que les participants croient généralement que le vice-président Mike Pence a gagné le débat de mercredi soir. Une fois le débat terminé, il a demandé un vote à main levée pour savoir qui avait gagné, et a dit à tout le monde qu’ils devaient choisir l’un ou l’autre, personne n’étant autorisé à s’abstenir.
  • La candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, n’a obtenu que deux voix sur les 15 électeurs indécis présents. Le reste est allé à Pence.
  • Comme on pouvait s’y attendre les médias de masse, tous anti-Trump, ont eu des commentaires élogieux pour Kamala Harris et ont critiqué Mike Pence, en soirée après le débat et le lendemain. Par contre certaines commentatrices ont refusé de défendre Mme Harris contre le soi-disant sexiste Mike Pence.
  • George Stephanopoulos, un journaliste d’ABC qui a été conseiller de Bill Clinton, a accusé Mike Pence de s’être comporté en «mâle condescendant» envers Mme Harris. Les femmes présentes à son émission l’ont contredit, estimant que c’était à Mme Harris de se défendre.
  • La chroniqueuse du Washington Post, Megan McArdle a rejeté les différentes défenses fondées sur le sexe de la Sénatrice Kamala Harris à la suite du débat contre le vice-président Mike Pence. Mme McArdle n’a pas été impressionnée par la performance de Mme Harris. Elle a écrit sur Twitter :

«Kamala Harris n’est pas bonne dans un débat».

  • Mme McArdle a vertement répliqué à Jake Tapper, le présentateur de CNN, quand il a demandé si le sexe de Mme Harris l’empêchait de «frapper fort» autant que M.Pence :

«Jake Tapper suggère que Mme Harris n’a pas pu être agressive parce que c’est une femme. Ce n’est pas mon impression sur la façon dont le débat s’est déroulé».

  • Jeudi, lors de l’émission «Morning Joe» sur MSNBC, l’auteur Peter Baker a déclaré que Mme Harris s’était présentée comme une «égale» de M. Pence, semblant calme et confiante dans sa tentative de se présenter non seulement comme une potentielle vice-présidente mais aussi comme la remplaçante du candidat démocrate à la présidence pour 2020, Joe Biden, compte tenu de son âge :

«Je pensais qu’elle se présentait de manière calme et confiante», a souligné M. Baker. «Elle s’est montrée à la hauteur, que vous aimiez sa politique ou non, vous pouviez certainement la voir sur cette scène comme étant l’égale de Mike Pence. Je pense qu’elle a répondu à cette question qu’elle devait résoudre. C’était la chose importante pour elle en tant que colistière».

  • Joe Scarborough, l’animateur de l’émission s’est dit d’accord avec M. Baker, disant que Mme Harris «avait très bien fait» et «avait dépassé les attentes».
  • Juan Williams, un partisan démocrate, commentateur à Fox News a déclaré, lors de l’émission The Five, que Kamala Harris a «réduit en miettes le Vice-président, Mike Pence lors du débat.»

Biden

  • Précédant la décision de la Commission des débats, Joe Biden avait déclaré que lui et Trump «ne devraient pas avoir de débat» tant que le président reste positif au coronavirus.
  • Lisa Desjardins de PBS a également rapporté qu’une «source de haut niveau de l’équipe de Biden» a déclaré qu’il est «difficile de voir ce débat entre Trump et Biden avoir lieu» le 15 octobre.
  • L’ex-vice-président Joe Biden a accusé le Président Donald Trump d’être responsable d’un complot d’enlèvement déjoué par le FBI. Un groupe d’extrémistes avait l’intention d’enlever la Gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer. Le FBI a arrêté six co-conspirateurs présumés et sept autres personnes jeudi matin pour avoir conspiré en vue de l’enlèvement de la gouverneure.
  • Bien qu’aucune idéologie politique n’ait été évoquée, la plainte pénale du FBI allègue que les membres du groupe «ont parlé de créer une société qui suivrait la Déclaration des droits des États-Unis et où ils pourraient être autonomes». Deux personnes se sont apparemment rencontrées lors d’un rassemblement concernant le Deuxième Amendement de la Constitution (qui garantit à tout citoyen américain le droit de porter des armes). Un membre du groupe, Brandon Caserta, a été vu dans une vidéo en ligne devant un drapeau anarchiste. Il n’y a pas encore de preuve que le groupe impliqué dans le complot d’enlèvement avait des liens avec la suprématie blanche.

L’Amérique de gauche de Biden

  • Les procureurs de Portland, dans l’Oregon, ont rejeté les accusations portées contre 90 % des manifestants arrêtés lors des émeutes Antifa et anti-police de septembre. L’un d’entre eux avait également été accusé de tentative de meurtre, d’agression et d’incendie criminel. Sur les 213 personnes arrêtées ce mois-là, seules 19 affaires sont en cours.
  • En plus d’avoir abandonné 9 affaires sur 10 en septembre, les autorités ont rejeté plus de 70 % des près de 1 000 arrestations effectuées depuis mai, a révélé un suivi des affaires conservé par le bureau du procureur du comté de Multnomah.
  • Joseph Sipe, 23 ans, est actuellement recherché en relation avec une attaque de cocktail Molotov sur des officiers de police. Les autorités ont initialement arrêté Sipe pour tentative de meurtre, tentative d’agression, incendie criminel, possession d’un engin destructeur et émeute le 23 septembre, mais il a été libéré après avoir déposé une caution de 1 000 dollars, a rapporté le site KOIN.com. Les accusations de tentative de meurtre, de tentative d’agression et d’incendie criminel ont ensuite été rejetées. Sipe est actuellement un fugitif après avoir omis de se présenter à une audience au tribunal.
  • La majorité des autres accusés ont vu leurs accusations rejetées en raison d’une politique mise en place par le procureur du comté de Multnomah, Mike Schmidt, selon laquelle son bureau ne poursuivrait pas les crimes liés aux manifestations.
  • Sarah Iannarone, la candidate à la mairie de Portland qui s’identifie comme une partisane d’Antifa, a été aperçue portant une jupe avec les photos d’éminents communistes, dont Joseph Staline, Mao Zedong et Che Guevara. Son directeur de campagne s’est identifié comme étant un communiste.

SCOTUS

  • La Sénatrice Kamala Harris a tenté, lors du débat vice-présidentiel mercredi soir, de s’opposer à la confirmation de la Juge Amy Coney Barrett pour occuper le siège laissé vacant par le décès de la Juge Ruth Bader Ginsburg.
  • Mme Harris a prétendu que le vice-président Mike Pence et les Républicains allaient violer un précédent établi par le Président Abraham Lincoln qui aurait refusé de confirmer un juge à la Cour suprême avant une élection.
    Cependant, comme l’a fait remarquer Dan McLaughlin de la National Review, le président Abraham Lincoln a simplement retardé une confirmation parce que le Sénat n’était pas en session. Lincoln n’a pas envoyé de candidat au Sénat en octobre 1864 parce que le Sénat ne devait pas siéger avant décembre. Toutefois, il a envoyé son candidat le lendemain du début de la session, et Salmon P. Chase fut confirmé le jour même. La priorité de Lincoln était de gagner l’élection, ce qui était nécessaire pour gagner la guerre– et il a pourvu le poste vacant dès que c’était possible.

Sondages

  • Selon un sondage Gallup publié jeudi, la confiance des Américains dans l’exactitude des prochaines élections correspond au niveau le plus bas jamais atteint en 2008.
  • Le sondage, réalisé du 14 au 28 septembre auprès de 1 023 adultes, a révélé que la confiance des Américains dans la précision de la prochaine élection présidentielle était au plus bas depuis 2008.
  • Le sondage demandait : «Dans quelle mesure êtes-vous confiant que, dans tout le pays, les votes pour la présidence seront exprimés et comptés avec précision lors de l’élection de cette année– très confiant, assez confiant, pas trop confiant ou pas du tout confiant ?»
  • Alors qu’une majorité de 59 % a indiqué être « très » ou « assez » confiante, c’est moins que les 70 % qui ont dit la même chose à propos de l’élection de 2018.
  • La confiance varie considérablement selon l’affiliation politique, avec 74 % des démocrates et ceux qui penchent vers les démocrates qui se disent confiants, mais seulement 44 % des républicains et ceux qui penchent vers les républicains qui disent la même chose.

Vote par correspondance

  • L’inquiétude grandit à mesure que des reportages sortent des États comme le New Jersey et la Virginie, alimentant les craintes des sceptiques au sujet du vote par correspondance généralisé.
  • En Virginie, par exemple, le service d’inspection postale des États-Unis (USPIS) mène une enquête après que du courrier a été volé dans plusieurs boîtes aux lettres de la poste.
  • Dans le New Jersey, des milliers d’électeurs ont reçu des bulletins de vote par correspondance erronés, indiquant le mauvais district du Congrès.
  • De même, plus de 2 000 électeurs du comté de Los Angeles ont reçu des bulletins auxquels il manquait une section pour voter pour le Président Trump.
  • De plus, cette semaine, les autorités ont arrêté un facteur du service postal américain pour avoir prétendument déversé du courrier destiné aux résidents de West Orange, dans le New Jersey. Le courrier contenait des bulletins de vote vierges.
  • Jeudi, une cour d’appel fédérale a bloqué la décision de prolonger le délai de comptage des bulletins de vote par correspondance dans le Wisconsin, un État charnière. C’est une victoire pour les Républicains qui ont combattu les tentatives d’étendre le vote par correspondance à tout le pays. Si la décision est maintenue, les bulletins de vote par correspondance devront être remis aux greffiers électoraux du Wisconsin avant 20 heures le jour du scrutin pour pouvoir être comptés. Les résultats de la course présidentielle dans cet État charnière seraient connus quelques heures après la fermeture des bureaux de vote.
  • Les Démocrates feront presque certainement appel de cette décision devant la Cour suprême des États-Unis.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

86
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz