Publié par Team 100 jours le 24 octobre 2020

Mercredi 7 octobre – 28e jour

Trump

  • Les principaux rabbins d’Israël ainsi que l’envoyé spécial américain ont prié lundi pour que le Président Donald Trump se remette du coronavirus en le nommant pendant les prières de Soukkot au Mur Occidental de Jérusalem.
    Le rabbin du Mur Occidental, Shmuel Rabinovitch, a annoncé qu’une mi-sheberach spéciale — la prière juive pour la guérison — serait récitée au nom de « Donald John, fils de Fred » :

« Que celui qui a béni nos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob, Moïse, Aaron, David et Salomon envoie un prompt rétablissement à Donald John, fils de Fred », a entonné le rabbin Rabinovitch.

« Que le Saint Béni déborde de compassion pour lui, qu’il le restaure, le guérisse, le fortifie, l’anime ».

  • Les personnes présentes à la prière, dont les grands rabbins d’Israël David Lau et Yitzhak Yosef, l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, le maire de Jérusalem Moshe Leon, ont répondu « Amen ».
  • Mardi matin, le Président Trump a déclaré qu’il attendait avec impatience le prochain débat avec l’ancien vice-président Joe Biden, bien qu’il ait contracté le coronavirus. Il a écrit sur Twitter :

« J’attends avec impatience le débat du jeudi 15 octobre au soir à Miami. Ce sera génial ! »

  • Le président a été testé positif pour le virus dans la nuit de jeudi à vendredi et a été transféré à l’hôpital Walter Reed pour y être soigné. Il est revenu à la Maison-Blanche lundi soir.
  • Il a également écrit sur Twitter mardi qu’il se « sent bien » malgré sa lutte contre le virus.
  • Le médecin de la Maison-Blanche, le Dr Sean Conley, a déclaré mardi que le Président n’avait aucun symptôme après être rentré chez lui lundi soir :

« Ce matin, l’équipe de médecins du président l’a rencontré à la résidence. Il a passé une première nuit reposante à la maison, et aujourd’hui il ne rapporte aucun symptôme. »

  • Selon le Dr Conley, les signes vitaux et l’examen physique du président sont restés stables, avec un niveau de saturation en oxygène ambulatoire entre 95 et 97 %.

« Dans l’ensemble, il continue de se porter extrêmement bien », a conclu le Dr Conley. « Je vous tiendrai au courant dès que nous en saurons plus. »

  • Mardi après-midi, le Président a mis fin aux négociations avec la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, pour un projet de loi visant à lutter contre le coronavirus, après des semaines de tentatives infructueuses :

« Nancy Pelosi demande 2,4 milliards de dollars pour renflouer les Etats Démocrates mal gérés et à forte criminalité, c’est de l’argent qui n’a rien à voir avec le coronavirus », a écrit Trump sur Twitter.

« Nous avons fait une offre très généreuse de 1,6 milliard de dollars et, comme d’habitude, elle ne négocie pas de bonne foi ».

  • M. Trump a déclaré que son administration réexaminerait l’idée d’une aide pour les coronavirus après les élections :

« J’ai demandé à mes représentants d’arrêter de négocier jusqu’après l’élection, lorsque, immédiatement après ma victoire, nous adopterons un important projet de loi de stimulation qui se concentrera sur les Américains qui travaillent dur et les petites entreprises », a-t-il écrit.

Biden

  • Lundi soir, NBC a accueilli Joe Biden pour une assemblée publique, avec des électeurs supposément « indécis ».
    • Parmi les quelque 11 électeurs qui ont pu poser des questions, l’un « penchait » vers Biden, un autre était un « Républicain enregistré » qui penchait vers Biden, et un autre encore était un ancien Républicain enregistré qui avait voté pour Hillary Clinton en 2016.
    • Un autre électeur avait également voté pour Hillary Clinton en 2016, mais avait également voté pour des Républicains. Aucun des électeurs n’a été décrit comme soutenant le Président Donald Trump ou comme « penchant » de son côté.
    • Toutes leurs questions portaient sur ce que Biden avait l’intention de faire en tant que président, au lieu de questions difficiles qui auraient remis en question son bilan en tant qu’homme politique ayant servi 36 ans au Sénat et huit ans en tant que vice-président de Barack Obama. Les critiques ont pris note de l’échange peu stimulant de lundi soir.
    • Il n’y avait pas non plus de cris et de questions qui dérangent. Cette assemblée publique ressemblait davantage à une émission de télévision, doublée d’un publireportage sur Joe Biden.
  • Joe Biden a confirmé qu’il assisterait au second débat avec Trump en personne si les scientifiques disent que c’est sans danger :

« Écoutez la science, si les scientifiques disent que c’est sans danger et que les distances sont sans danger, alors je pense que ça va », a déclaré M. Biden aux journalistes lors d’un voyage en Floride. « Je ferai tout ce que les experts disent être approprié. »

L’Amérique socialiste bidenisée

  • Le Sénateur Républicain du Texas, Ted Cruz a dénoncé le New York Times (NYT) plus précisément la chroniqueuse de la section Opinions du Times, Maureen Dowd, après qu’elle ait affirmé que la réputation de l’Hôpital Walter Reed était en « lambeaux » après avoir traité le Président Donald Trump pour le coronavirus :

« Lorsque Trump en a franchi les portes, Walter Reed avait une réputation d’excellence. Lorsqu’il en est sorti, 72 heures plus tard, la réputation de l’hôpital a été démolie. Il n’y a rien que Trump ne puisse ruiner. » a déclaré Mme Dowd alors que la nation apprenait le départ imminent de Trump de l’hôpital après qu’il y ait passé le weekend dernier, sous traitement pour le virus de Wuhan.

« Le NYT s’en prend à Walter Reed parce que le Président n’est pas mort ! » s’est indigné le Sénateur Cruz, « Votre haine vous a détruit ».

  • Des personnalités progressistes ont lancé une série d’attaques contre le président depuis sa sortie de l’hôpital, lui reprochant d’avoir enlevé son masque à l’extérieur de la Maison-Blanche et de s’être déchaîné avec un message positif, dans lequel il disait au peuple américain de ne pas vivre dans la peur du virus.
  • Le professeur d’une école secondaire de la région de Seattle a grondé un élève de 10 ans et l’a brièvement expulsé de sa classe virtuelle la semaine dernière après que l’enfant ait déclaré admirer le Président Trump.
  • Brendan Stanton, un enseignant de sixième année au collège Perry G. Keithley de Tacoma, a demandé vendredi à ses élèves de nommer une personne qu’ils admirent et de dire pourquoi. Les élèves étaient censés taper leurs réponses dans un salon de discussion en ligne.

« J’admire Donald J. Trump parce qu’il rend l’Amérique à nouveau géniale », a écrit l’enfant. « Et parce qu’il est le meilleur président que les États-Unis d’Amérique puissent jamais avoir. Et qu’il a construit le mur pour que les terroristes ne puissent pas entrer aux États-Unis. Trump est la meilleure personne au monde. Et c’est pourquoi je l’admire. »

  • Le prof Stanton a chassé l’enfant du tchat [la discussion] et a commencé à dénigrer le Président Trump sans dire son nom :

« L’exemple qui a été partagé dans le “tchat”, que j’ai effacé, n’était pas approprié… ? D’autant plus que cet individu a créé tant de division et de haine entre les gens et a spécifiquement parlé de haine à de nombreux individus différents, OK ? Je ne pense pas que ce soit un exemple approprié de modèle que nous devrions admirer. »

  • La mère du gamin de dix ans a enregistré les remarques du professeur et a envoyé l’enregistrement à Fox News.

SCOTUS

  • Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé dans un tweet lundi soir que les audiences sur la nomination à la Cour suprême de la juge Amy Coney Barrett débuteront dans une semaine.
  • Le Sénateur McConnell a indiqué que ces audiences seraient des sessions « mixtes », ce qui signifie qu’il y aura un mélange d’options physiques et numériques disponibles pour les législateurs et les témoins qui y assisteront.

« Le président [Lindsey] Graham dispose de tous les outils pour mener une audition hybride, tout comme les 150 autres que le Sénat a tenues cette année. Nous ne cesserons pas de travailler pour le peuple américain parce que les Démocrates ont peur de perdre un vote », a ajouté le leader de la majorité.

  • Le leader Démocrate minoritaire au Sénat, le Sénateur Chuck Schumer, a tenté d’utiliser la pandémie de coronavirus comme raison pour reporter les audiences de la Cour suprême après les élections.

Vote par correspondance

  • Plus de 2 000 électeurs du comté de Los Angeles ont reçu des bulletins de vote « défectueux » qui ne comportaient pas de section permettant de voter pour le Président des États-Unis, a confirmé lundi le Bureau du greffier du comté.
  • Selon le Los Angeles Times, environ 2 100 électeurs ont reçu des bulletins de vote défectueux, auxquels il manquait une section pour voter pour le président. L’agence a indiqué que les bulletins étaient principalement limités à ceux de la région de Woodland Hills.

« J’ai toujours voté en personne, donc je n’avais même pas prévu de regarder le bulletin de vote avant le jour où j’allais voter », a déclaré Christy Gargalis, résidente de Woodland Hills, expliquant qu’elle avait comparé son bulletin de vote à ceux de son mari et de sa sœur – auxquels il manquait également la section permettant de voter pour le président.

« Quelque chose me disait que c’est une élection différente, une année différente, et que je devais vérifier mon bulletin de vote. Je suis heureuse de l’avoir fait », a-t-elle dit, ajoutant que ses « voisins ont tous le même problème ».

  • Cette erreur énorme fait suite au décret, publié en mai, du Gouverneur, Gavin Newsom, qui exige que l’État envoie à tous les électeurs inscrits des bulletins de vote par correspondance avant les élections du 3 novembre. Il a utilisé le coronavirus chinois comme raison principale pour envoyer des bulletins de vote à environ 21 millions de personnes en Californie.

Sondages

  • Le sondage NBC/Wall Street Journal publié dimanche montrant que le candidat Démocrate à la présidence Joe Biden, a 14 points d’avance sur le président Donald Trump, a nettement sur-échantillonné les Démocrates.
    • Le sondage de 800 électeurs inscrits a été réalisé entre le 30 septembre et le 1er octobre et a une marge d’erreur de 3,46 %.
    • 35 % des personnes interrogées se sont identifiées comme Démocrates, tandis que seulement 27 % se sont identifiées comme Républicains et 32 % comme indépendants (et il n’est pas indiqué combien sont des Indépendants qui votent Démocrates, et combien votent Républicains), ce qui donne un échantillon de sondage d’au moins +8 % de Démocrates.
    • Dans un seul domaine, les personnes interrogées pensent que Donald Trump fera un meilleur travail que Joe Biden:
    • 48 % ont déclaré que Donald Trump fera un meilleur travail en matière d’économie, contre 41 % qui ont déclaré que Joe Biden ferait mieux.
  • À un mois du jour de l’élection, une vague de nouveaux sondages nationaux et d’État sera publiée chaque jour. Un examen minutieux de la méthodologie et des techniques d’échantillonnage de chaque sondage est un élément clé pour tout lecteur averti.
  • Un sondage national de CNN montre que l’ex-vice-président Joe Biden mène le président par 16 points parmi les électeurs probables.
    • Selon ce sondage, 57 % des électeurs potentiels disent appuyer Joe Biden et 41 % appuient le Président Donald Trump.
    • Le sondage a été réalisé entre le 1er et le 4 octobre.
    • Il a été mené auprès de 1 205 adultes : 33 % se sont décrits comme Démocrates, 28 % comme Républicains et 39 % comme indépendants ou membres d’un autre parti.
  • Un sondage publié la semaine dernière a révélé que 66 à 70 % des électeurs probables dans cinq États charnières de cette saison électorale préfèrent pouvoir choisir leurs écoles, de la maternelle à la 12e année, ce que le candidat Démocrate à la présidence Joe Biden a rejeté.
    Le Manhattan Institute a commandé une enquête de neuf questions relatives au choix des écoles et aux écoles à charte que le sondeur Rasmussen Reports a mené dans les principaux États de Pennsylvanie, de l’Ohio, du Wisconsin, du Michigan et de Caroline du Nord. Les questions ont été ajoutées au sondage régulier de Rasmussen auprès de 1 000 électeurs potentiels dans chacun de ces États charnières pour les courses à la présidence et au sénat.
  • Un nouveau sondage du Trafalgar Group a révélé que Donald Trump avait près de quatre points d’avance dans l’État de l’Ohio, un État charnière. Le sondage réalisé auprès de 1 035 électeurs potentiels a révélé que le Président recueillait 47,6 % des voix, contre 43,9 % pour Joe Biden. Seulement 3,6 % des électeurs se disent indécis.
  • D’autres sondages ont montré que Joe Biden est en tête dans cet État. Dans un sondage de Fox News publié le 24 septembre, Joe Biden était en tête avec cinq points, de 50 à 45 %.
  • En octobre 2016, l’Institut de recherche communautaire de l’Université Baldwin Wallace avait constaté qu’Hillary Clinton gagnait l’État par dix points. Selon ce sondage, Hillary Clinton était en tête de 48 à 38 %, avec 14 % d’incertitude.
    Le mois suivant, Donald Trump remportait l’État par une confortable marge de 51,3 % à 43,2 %.

Coronavirus

  • À Rome, le président de la Société italienne de thérapie anti-infectieuse (SITA) a déclaré mardi que le nouveau décret italien rendant obligatoire le port d’un masque en plein air est une erreur. Le Dr Matteo Bassetti, qui est également le directeur des maladies infectieuses à l’hôpital San Martino de Gênes, a déclaré que la décision du Premier ministre Giuseppe Conte d’imposer le port de masques extérieurs au niveau national n’a aucun fondement scientifique :

« L’utilisation de masques n’a de sens que dans les espaces confinés où il n’est pas possible d’avoir la certitude et la garantie de la distance physique nécessaire ou à l’extérieur lorsque vous ne pouvez pas maintenir une distance physique », a écrit le Dr Bassetti mardi matin sur Facebook. « J’ai essayé de chercher des preuves scientifiques concernant l’utilisation de masques en extérieur et leurs avantages potentiels pour la transmission de virus, mais je n’en ai trouvé aucune ».

  • Le Dr Bassetti a également déclaré que l’imposition de masques à l’extérieur ne fait que répéter les erreurs politiques passées de confinement général :

Rendre le masque obligatoire en plein air, dans toute l’Italie, sans aucune distinction entre les zones géographiques endémiques les plus élevées et les plus basses est une erreur. Jusqu’à présent, les régions et les administrations locales ont renforcé ou allégé les mesures de prévention en se basant sur les données épidémiologiques locales, qui sont les seuls chiffres fiables. Nous répétons l’erreur commise avec le confinement : une seule mesure pour toute l’Italie sans tenir compte des différences régionales et locales. Si aucun autre pays dans le monde n’a imposé une telle mesure par décret à l’échelle nationale, il y a sans doute une raison.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

86
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz