Publié par Team 100 jours le 24 octobre 2020

Vendredi 16 octobre – 19e jour

Trump

  • Jeudi matin, le président Donald Trump, interviewé par Stuart Varney sur la chaîne Fox Business, à partir de la Maison-Blanche, a réagi aux efforts de Twitter et de Facebook pour supprimer l’article du New York Post concernant les affaires louches de la famille Biden en Ukraine.
  • Le président a déclaré que les entreprises de haute technologie comme Twitter et Facebook sont « hors de contrôle » et agissent comme des auxiliaires du Parti Démocrate :

« Tout cela va se terminer par un gros procès, et il y a des choses qui peuvent arriver qui sont très graves et que je ne voudrais pas voir arriver, mais cela devra probablement arriver », a déclaré M. Trump à Stuart Varney après que l’animateur ait noté que le compte Twitter officiel de la campagne du président Trump avait été verrouillé.

« Ils sont hors de contrôle. Ils agissent comme un troisième bras, peut-être un premier bras de la DNC (le Democratic National Committee) », a-t-il poursuivi.

« Twitter et Facebook… vraiment, c’est une contribution massive à la campagne (des Démocrates). Ils sont le troisième bras du DNC, le mouvement de la gauche radicale. Et c’est le plus gros problème de notre pays. Ce n’est pas avec la droite — c’est avec la gauche. La gauche radicale est la plus grande — Antifa et cette racaille est la chose qui fait du mal à notre pays. »

  • Twitter a également verrouillé le compte de la secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, qui tentait de partager le lien vers les articles du New York Post concernant les magouilles de Hunter Biden.
  • Le sénateur Ted Cruz a annoncé jeudi matin que la Commission judiciaire du Sénat allait citer à comparaître le PDG de Twitter, Jack Dorsey, afin qu’il explique la décision de son entreprise de supprimer les informations concernant Hunter Biden et de suspendre les comptes de ceux qui les partagent.

« Twitter bloque activement — en ce moment même — les articles du New York Post décrivant la corruption de la famille Biden et le fait qu’elle a reçu des millions de dollars de la Chine communiste », a déclaré M. Cruz aux journalistes dans le couloir lors d’une pause des audiences de confirmation de la Cour suprême de la Juge Amy Coney Barrett.

« C’est de l’ingérence électorale, et nous sommes à 19 jours d’une élection.

Il n’y a pas de précédent dans l’histoire de la démocratie. La commission judiciaire du Sénat veut savoir ce qui se passe ».

  • Jeudi après-midi, le président a prononcé un discours lors d’un rassemblement « Make America Great Again », à l’Aéroport de Pitt-Greenville, en Caroline du Nord. Il a défendu son bilan et a dit :

« Je me bats contre le pire candidat de l’histoire des États-Unis. (…) Si Biden gagne, c’est la gauche radicale qui gouvernera le pays. »

  • Le président a prononcé une allocution lors d’une réception tenue par son Comité de collecte de fonds, au centre de villégiature Trump National Doral Miami, en Floride.
  • Jeudi soir, au Musée d’art Perez de Miami en Floride, le président a participé à un « town hall meeting » diffusé par NBC News, en direct.

    Le modérateur de l’événement était Savannah Guthrie, assise à 12 pieds du président. Les participants portaient tous un masque facial.

    À noter que Savannah Guthrie est mariée à Michael Feldman, consultant en relations publiques et en communication et ex-conseiller politique pour le Parti Démocrate.

    Comme on pouvait s’y attendre, Mme Guthrie a pris la première demi-heure pour interroger agressivement le président sur les sujets favoris de ses adversaires : sa santé, ses positions concernant la suprématie blanche, le groupe Qanon (que personne ne connaît), les mensonges de Bob Woodward, sa déclaration d’impôt (en se basant sur l’article du NYT à ce sujet), son acceptation ou non d’un éventuel transfert de pouvoir s’il n’est pas réélu.

    Finalement quelques personnes ont pu lui poser des questions pertinentes.

    Mme Guthrie s’est fait un devoir de l’interrompre.

    Donald Trump a bien performé et ne s’est pas laissé démonter par la modératrice qui était plutôt une « aggravatrice ».

Biden

  • Joe Biden a participé à un « townhall meeting » dans une salle de la chaîne ABC à Philadelphie. Le modérateur était George Stephanopoulos, un partisan démocrate qui a été conseiller du président Bill Clinton.
  • M. Stephanopoulos a donné l’occasion à Joe Biden de reprendre ses critiques habituelles concernant la gestion de la pandémie par le Président Trump.
  • Biden a défendu son projet d’augmenter les taxes des entreprises lorsque l’économie est faible.

    Malgré la question claire du modérateur, Biden a maintenu son refus de répondre à la question de savoir s’il chercherait à augmenter le nombre de juges de la Cour suprême pour placer une majorité de juges gauchistes (le « court packing »), s’il était élu.

    À une question sur le « fracking », Joe Biden a tergiversé et affirmé qu’il n’est pas en faveur du Green New Deal.

    M. Stephanopoulos s’est bien gardé d’interroger Joe Biden concernant les magouilles de son fils Hunter Biden qui ont fait les manchettes du New York Post.

    La plupart des intervenants ont posé des questions faciles et le modérateur n’a pas trop insisté et a ménagé M. Biden.

L’Amérique bidenisée

  • Les Géants des médias sociaux biaisés en faveur de Joe Biden

Twitter

  • Mercredi, Twitter a été la cible de vives critiques lorsqu’il a censuré l’article du New York Post sur Joe Biden et son fils, Hunter.
  • Un porte-parole de Twitter a défendu la décision de l’entreprise, citant sa politique concernant le « matériel piraté » comme la raison pour laquelle elle a décidé de limiter la capacité de ses utilisateurs à partager le reportage, mais il n’est pas du tout évident qu’un quelconque piratage ait été impliqué dans l’obtention de cette mine de courriels.
  • Les utilisateurs de Twitter qui ont tenté de partager l’article ont été bloqués par la plateforme. « Nous ne pouvons pas répondre à cette demande, car ce lien a été identifié par Twitter ou nos partenaires comme étant potentiellement dangereux », lit-on dans un message posté aux utilisateurs de Twitter.
  • Cependant, les journalistes du New York Post affirment que l’information n’a pas été obtenue par piratage informatique. Les informations contenues dans le rapport auraient été découvertes lorsqu’un homme n’a pas réussi à récupérer son ordinateur portable dans un atelier de réparation informatique du Delaware.
  • L’action musclée de Twitter contre le reportage explosif du Post semble inappropriée si l’on considère la source du reportage, qui n’est pas un cas précis de piratage informatique selon une définition normale, et la gravité de l’information quelques semaines avant l’élection, qui a conduit beaucoup de gens à qualifier les actions de Twitter et de Facebook d’ingérence électorale.

Jeudi, Twitter a censuré la distribution d’un deuxième article du New York Post contenant des informations choc sur le fils du candidat démocrate à la présidence de 2020, Joe Biden, Hunter Biden.

  • Selon cet article, les e-mails de Hunter Biden révèlent qu’il a tenté d’encaisser une grosse somme d’argent au nom de sa famille auprès d’une société énergétique chinoise.

« Twitter nous censure — encore une fois », a tweeté Sohrab Ahmari du New York Post.

« C’est ce que je ressens, en tant que rédacteur en chef du plus ancien journal américain publié en continu, fondé par Alexander Hamilton, lorsque j’essaie de publier notre article de suivi sur les manigances financières de Hunter avec le régime chinois ».

Facebook

  • Facebook a également censuré l’article du New York Post qui a révélé que Hunter Biden avait organisé une rencontre entre Joe Biden et un conseiller du conseil d’administration de la compagnie ukrainienne Burisma.
  • Le porte-parole de Facebook, Andy Stone, a confirmé que Facebook a refusé de laisser certains utilisateurs partager l’article sur leur plateforme.

« Bien que je ne fasse intentionnellement pas de lien avec le New York Post, je veux être clair sur le fait que ce reportage peut être vérifié par les partenaires de Facebook. En attendant, nous réduisons sa diffusion sur notre plateforme », a déclaré M. Stone.

Wikipedia

  • Wikipédia s’est joint à Twitter et Facebook pour tenter de supprimer les révélations du New York Post concernant Hunter Biden.
  • Les éditeurs de Wikipedia ont récemment estimé que le Post était une « source peu fiable » et ont invoqué cette raison pour exclure la mention de l’article.
  • Auparavant, les éditeurs de Wikipedia avaient biaisé des informations concernant la controverse Biden-Burisma et se sont également joints aux campagnes de censure des Géants du Web pour supprimer le nom du présumé dénonciateur qui avait déclenché la tentative de destitution du Président Donald Trump.

Des membres de l’exécutif de Twitter et Facebook embauchés par Biden

  • En septembre, Carlos Monje, le directeur de la politique publique de Twitter, a quitté l’entreprise de médias sociaux pour rejoindre l’équipe de transition de Joe Biden.
  • En octobre, l’équipe de transition de Joe Biden a engagé l’avocate Jessica Hertz, un cadre supérieur de Facebook, afin de superviser les questions d’éthique. Cette décision aurait été prise tandis que les responsables de la campagne de Joe Biden tentaient d’obtenir que Facebook censure les messages du Président Trump sur sa plateforme.

SCOTUS

  • La Commission judiciaire du Sénat a tenu la quatrième et dernière audience de nomination pour confirmer la nomination de la Juge Amy Coney Barrett (ACB) à la Cour suprême.
  • La quatrième et dernière audience de confirmation a débuté jeudi à 9 h (heure de l’Est).
  • La journée devait consister en témoignages en faveur ou contre la nomination de Mme Barrett à la Cour suprême.
  • L’American Bar Association (ABA) a fait part de sa décision de désigner Mme Barrett comme étant « très qualifiée » pour siéger à la Cour suprême.
  • Les sénateurs ont pu ensuite interroger les témoins de l’ABA durant près de deux heures.
  • Les témoins Démocrates ont contribué en relatant des histoires personnelles concernant l’impact potentiel de Mme Barrett sur l’avortement, les soins de santé, et d’autres sujets si elle est confirmée à la Cour suprême.
  • Les divers témoignages faisaient suite à trois jours de comparution de Mme Barrett devant la Commission judiciaire du Sénat, où les membres l’ont interrogé sur des sujets tels que l’avortement, le droit de vote, l’Affordable Care Act et les questions juridiques impliquant le Président Donald Trump.
  • Frustrés par la perspective que ACB sera confirmée quoiqu’ils disent, les Démocrates ont conclu que le processus des audiences était illégitime.
  • Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a affirmé jeudi qu’il avait suffisamment de voix pour la confirmer à la Cour suprême américaine :

« Nous avons les votes », a déclaré Mitch McConnell aux journalistes, dans le Kentucky après avoir participé au vote anticipé de l’élection présidentielle.

  • Le Républicain du Kentucky a prédit que la Commission judiciaire du Sénat approuverait la nomination de Mme Barrett le 22 octobre, ouvrant ainsi la voie à un vote complet du Sénat le lendemain.
  • Plus tôt jeudi, le président de la Commission judiciaire du Sénat, Lindsey Graham (un Sénateur républicain de la Caroline du Nord), a officiellement prévu un vote par panel pour la nomination de Mme Barrett, jeudi prochain à 13 h.

Second Débat/Town hall

  • Le second débat ayant été repoussé, le Président Trump et Joe Biden ont participé séparément à des assemblées publiques (town hall meetings), jeudi soir, qui ont été diffusées respectivement par NBC et ABC.
  • Un « town hall meeting », une assemblée publique, également appelée « forum de discussion », est un moyen pour les hommes politiques locaux et nationaux de rencontrer leurs électeurs, soit pour les entendre sur des sujets d’intérêt, soit pour discuter de la législation ou de la réglementation spécifique à venir. Pendant les périodes de débat politique, ces assemblées publiques constituent un lieu de protestation et de débat plus actif.

Vote par correspondance

  • Deux employés de la poste de la Pennsylvanie font face à des accusations fédérales suite à la découverte de piles de courrier dans leurs ordures ces derniers jours.

    Sean Troesch, 48 ans, et James McLenigan, 29 ans, ont été accusés dans deux plaintes pénales distinctes de retard ou de destruction de courrier par un employé de la poste, selon le procureur américain Scott W. Brady.

    Aucun bulletin de vote par correspondance n’a été trouvé parmi le courrier jeté, mais deux demandes de bulletins de vote par correspondance ont été récupérées.

    S’ils sont reconnus coupables, chacun d’eux pourrait être condamné à une peine maximale de cinq ans de prison, à une amende de 250 000 dollars, ou aux deux.
  • La pop star Jennifer Lopez s’est associée à l’ex-première dame, Michelle Obama pour promouvoir son initiative « When We All Vote » et encourager les gens à voter par correspondance, au moment même où les électeurs du pays rapportent que leurs bulletins de vote postaux ont été volés dans leurs boîtes aux lettres et que des dizaines de milliers d’électeurs reçoivent des bulletins de vote erronés de la part de leurs responsables électoraux locaux.
  • Le tweet comprend une vidéo de Michelle Obama et Jennifer Lopez faisant la promotion de l’initiative de l’ex-première dame :

« (…) si quelqu’un a des questions sur où, comment, quoi faire, allez sur le site whenweallvote dot org, toutes les informations sont là », implore Michelle Obama. « Vous n’avez pas à vous débrouiller tout seul. Il y a beaucoup de gens qui peuvent vous dire comment obtenir un bulletin de vote par correspondance, comment voter par correspondance, comment voter en personne ».

Sondages et Inscription des électeurs

  • La directrice de campagne du candidat Démocrate à la présidence a mis en garde ses partisans contre le fait de prendre pour acquise sa victoire aux prochaines élections générales.
  • Jennifer O’Malley Dillon, qui a mené la campagne de l’ancien vice-président depuis les primaires, s’est exprimée sur les médias sociaux mercredi pour encourager les partisans démocrates à continuer d’investir du temps et des ressources pour contribuer aux efforts de Joe Biden dans les dernières semaines de l’élection générale.
  • Mme O’Malley Dillon a admis que même si la campagne se déroulait bien non seulement dans les sondages, mais aussi financièrement, cela ne signifiait pas que la victoire était assurée :

« Le vote par anticipation bat son plein dans de nombreux États. Des millions d’électeurs ont déjà voté. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans cette campagne, et nous pensons que cette course est bien plus serrée que les personnes présentes sur ce site ne le pensent. Vraiment beaucoup plus serrée ».

  • En effet, selon un rapport sur l’inscription des électeurs publié en juin par le Département d’État de la Pennsylvanie, les Républicains ont ajouté 258 705 nouveaux inscrits entre décembre 2015 et décembre 2019. Sur la même période, en comparaison, les Démocrates n’ont gagné que 85 779 nouveaux inscrits.
  • Le succès du GOP a réduit l’avantage électoral des Démocrates en Pennsylvanie à un peu plus de 710 000 électeurs. Bien que cette différence semble importante, les Démocrates avaient un avantage encore plus grand en 2016 lorsque Trump a battu l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton dans l’État par seulement 44 292 voix sur plus de six millions de bulletins.
  • La marge de victoire de M. Trump, aussi étroite fût-elle, a fait de lui le premier Républicain à remporter la Pennsylvanie depuis le raz-de-marée du président George H. W. Bush (Bush père) en 1988.
  • Des sondages récents montrent également que l’investissement du GOP dans l’inscription des électeurs pourrait être en train de porter ses fruits:

    Un sondage publié mardi par le Trafalgar Group a révélé que Trump et Biden sont statistiquement à égalité dans l’État de Pennsylvanie.

Coronavirus

  • Un membre de l’équipage de l’avion de campagne affrété par l’ex-vice-président Joe Biden, qui s’est rendu en Ohio lundi et en Floride mardi, a été testé positif pour le coronavirus de Wuhan.
  • La candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, a été contrainte de suspendre ses voyages de campagne après que son propre directeur des communications ait été testé positif au coronavirus.
  • Mme Harris devait se présenter à Asheville en Caroline du Nord, jeudi. Cela a été annulé.
  • Impossible de savoir si elle a été testée négative ou positive pour le coronavirus. Les responsables de la campagne de Joe Biden n’en parlent pas.
  • Mme Harris s’attend à être de retour en piste lundi.
  • Selon la logique même des Démocrates, cette apparition de coronavirus dans la campagne Biden prouve que nous ne pouvons pas faire confiance à Joe Biden et à Kamala Harris pour gérer la pandémie. Si Joe Biden et Kamala Harris ne peuvent pas protéger leur propre équipe, comment vont-ils protéger les Américains ?

Halloween (31 octobre)

  • Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a rappelé aux habitants de sa ville qu’il n’est « pas recommandé » cette année de recueillir des bonbons ou des friandises (trick or treat) à l’occasion de l’Halloween en raison du danger de propagation du coronavirus par contact avec d’autres personnes.

« Pour cet Halloween, nous trouvons des moyens de le célébrer en toute sécurité. Nos traditions nous manquent, mais nous devons continuer à protéger nos familles. » a dit le maire.

« Les grands rassemblements ou les fêtes — même en plein air — ne sont pas autorisés. Il n’est pas recommandé pour les enfants de passer de porte en porte pour demander des friandises (trick or treat). Veuillez faire la fête à la maison ou virtuellement. »

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

86
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz