Publié par François Sweydan le 7 novembre 2020

Dans le quotidien Le Monde du 31 octobre 2020, quelques intellectuels musulmans ont publié un article truffé de contre-vérités et d’ambiguïtés, curieusement passé sous silence, sans doute par méconnaissance des réalités du discours trompeur : « Boycotter la France, c’est ignorer la réalité de ses idéaux » : l’appel d’intellectuels musulmans à « la concorde et l’union » [1].

Tout d’abord, parmi les signataires [2] de cet appel contre le boycott de la France quelques personnalités bien connues pour le double langage, la dissimulation (la taqiya), et leur propension à induire en erreur les Français. Certains ne cachent pas leur appartenance à la mouvance de la confrérie des Frères musulmans interdite dans de nombreux pays, y compris arabes, et notamment l’Égypte d’où est originaire cette idéologie politique et sa doctrine du jihad offensif-défensif et d’entrisme d’islamisation.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Parmi ces personnages notons le frériste Tareq Oubrou (présenté pompeusement par Le Monde comme « grand imam de Bordeaux »), Hakim El Karoui (proche d’Emmanuel Macron, et pour la promotion de l’islam de France) [3], et Mohamed Bajrafil (curieusement présenté comme islamologue) [4].

Le texte truffé d’ambiguïtés et de contre-vérités est ‟charpenté” de la taqiya habituelle, d’inversions conceptuelles et de cette volonté tacite rampante entre les lignes de nous imposer un « islam de France » selon la loi de la charia en progression, celle « de minorité islamique » [5], rêve de Tareq Oubrou pour la France.

Le texte de la tribune consiste à flatter Le Prince et sa suite, incultes quant à leur dramatique méconnaissance de l’islam politique frériste. Le collectif de ces présumés intellectuels cherche à gagner la sympathie et l’adhésion, et de nous montrer un islam faussement républicain, faussement laïque et faussement intégrable ; une grossière manipulation de plus.

Le quotidien Le Monde n’est plus crédible depuis longtemps : mensonges par omission, manipulation et désinformation, fausses informations, propagande pro islam d’une terrible ignorance ou partialité complaisante…et j’en passe. Il est bien triste qu’on en arrive à ce niveau délétère du journalisme français de telle sorte que le trois-quarts des Français ne fait plus confiance à la presse française !

Dans le sous-titre de la tribune, le journal présente les affirmations de ce collectif que le « modèle français respecte l’universalité des valeurs sans opposer les communautés les unes aux autres ». Sauf que ce modèle français – dont se réclame le collectif à tort – n’a jamais été celui de l’islam. Du point de vue historique, l’universalité du modèle islamique a systématiquement dressé les communautés les unes contre les autres et s’est opposé à toutes les communautés qu’il a conquises. Première contre-vérité !

À l’encontre du message coranique ?

À propos des caricatures de Charlie Hebdo sur le prophète de l’islam, ils soutiennent qu’Allah n’a pas appelé à tuer les auteurs de provocations. Ce qui est faux, comme d’ailleurs que la religion islamique rejetterait la sacralisation idolâtre du Prophète. Pour se justifier, ils citent Coran 15:97-99, qui inciterait « à adopter un comportement sage et patient face à l’adversité ». Ce sont des versets mecquois, abrogés par le verset belliqueux médinois (hégirien) dit de « l’Épée » [6]. Contrairement à ce qu’ils soutiennent, Allah et son prophète ont bien prescrits la vengeance (mis à part le combat à mort contre les mécréants, les apostats et les polythéistes). Mahomet a lui-même commandé ou ordonné de nombreux meurtres, pris en charge par ses proches, contre des poètes moqueurs ou critiques, des intellectuels et des personnes qui auraient « causé une offense » [7]. Deuxième contre-vérité !

Plus loin dans le texte, réaffirmant la valeur de l’individu (selon la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 ou celle islamique de 1981/1990 qui ne reconnait pas la première ?), ils citent Coran 18:29 (verset mecquois) : « La vérité est de votre Seigneur. Celui qui souhaite, qu’il croie. Et celui qui souhaite, qu’il mécroie », abrogé par des versets belliqueux médinois (hégiriens), notamment celui de l’Épée ; d’où les mises à mort d’apostats et de chrétiens par l’État islamique-Daech. Mais ils ajoutent à la suite de ce verset frappé d’annulation : « L’homme n’étant soumis qu’à Dieu [Allah], il est par essence non assujetti, en une forme d’émancipation universelle conforme à l’idéal républicain d’individus libérés de l’adoration ou de l’asservissement de leurs semblables » ; comprenne qui pourra ce sophisme. Troisième contre-vérité !

Le plus déroutant est qu’ils font eux-mêmes en tant que musulmans cette distinction hérétique entre « islam » et « islamisme ». Selon les auteurs, ce dernier serait une « déformation de l’islam » lorsqu’ils n’ignorent pas que cette distinction est fallacieuse. C’est une invention française (et occidentale) artificielle, contestée par de nombreux ouléma, par l’institution d’al-Azhar, la référence du monde sunnite. Recep Erdoğan, provocateur, l’a rappelé une fois encore à Emmanuel Macron [8]. Le but de cette manipulation de la part de ce collectif est d’exonérer l’islam et de l’innocenter de son « idéologie islamiste » jihadiste, tous les deux ne font pourtant qu’un pour ce qui est de la sanctification de la violence (jihadiste) dans le texte coranique et tout au long de l’histoire [9]. Quantième contre-vérité !

Un idéal universel ?

Ils évoquent à la suite de l’intervention d’Emmanuel Macron sur le séparatisme – mais à leur première stratégie de conquête, essentiellement selon l’idéologie frériste (voir note 10) – un « islam de France » et un « islam des Lumières ». En réalité tous les deux sont en totale contradiction, d’une part, avec le pacte républicain et, d’autre part, avec la doctrine même de l’islam ; ce qu’ils n’ignorent pas dans leur diversion calculée. Car la philosophie occidentale des Lumières est incompatible avec la doctrine de l’islam prohibant au croyant musulman son émancipation du religieux par la raison. Tout leur discours manipulateur est en effet un ancrage de ces anachronismes (qui tiennent d’oxymores) dans le paysage politique, social et religieux de la France.

Et comment un « islam de France et des Lumières », « libéré des influences étrangères » ainsi que des « imams [formés] à la française », lorsque l’institution d’al-Azhar est la gardienne suprême sourcilleuse de la foi de tous les sunnites dans le monde ? Par comparaison, c’est comme si une Église dissidente déciderait un schisme avec le Vatican. Car, tout le monde musulman (la Oumma) s’en tient à la Déclaration islamique des droits de l’homme (1981 ; proposée par le Conseil islamique d’Europe) qui se traduit par une forte imprégnation islamique. Elle est placée sous l’influence de la charia (qui ne reconnaît pas l’universalité des valeurs occidentales) et celle de la primauté divine d’Allah (sans compter la limitation de la liberté de choisir sa religion et d’en changer, de la liberté d’expression et l’inégalité des droits entre l’homme et la femme). Ces musulmans en porte-à-faux et en contradiction totale avec l’universalisme (pacte) républicain nous manipulent et nous trompent en attendant de pouvoir s’imposer un jour ; comme d’ailleurs nos dirigeants nous trompent, abusant d’oxymores orwelliens, surtout par méconnaissance des lois de l’islam. Cinquième contre-vérité !

S’appuyant sur l’Unesco (colloque organisé en 2019 par l’association ‟L’Islam au XXIe siècle”), noyauté par les pétromonarchies, l’OCI et la Ligue Arabe, ils se réclament d’un idéal universel dont l’ « islam-civilisation » (noter le trait d’union entre « islam » et « civilisation ») serait l’expression doctrinale (et non leur pluriel : « une des expressions ») du projet mondial en ce XXIe siècle [10]. Ce projet est celui de la confrérie mondialisée des Frères musulmans. C’est ainsi qu’il faut lire ce passage inquiétant à double sens dans leur tribune, selon la doctrine du jihad et non dans le sens d’un islam du XXIe siècle visant à « faire un à partir de plusieurs » et qui permettrait « grâce à la culture, d’unir plutôt que diviser, de rassembler plutôt qu’ostraciser et exclure ». Hélas, cette dernière rhétorique de diversion, que les lecteurs crédules du quotidien Le Monde gobent naïvement, est démentie par l’histoire de toutes les conquêtes islamiques – sans exception.

Car, d’une part, l’islam est avant tout une idéologie politique et religieuse hégémonique, totalisante, totalitaire et, d’autre part, le présenter comme étant un idéal civilisationnel et universel pour le XXIe siècle annonce effectivement le projet mondial de conquête des Frères musulmans (qui ne dit pas clairement son nom dans le texte de leur tribune, mais entre les lignes pour tout musulman frériste qui sait lire et comprendre). Mettre un trait d’union entre « islam » et « civilisation » est dans la logique d’imposer à moyen et long terme en ce XXIe siècle la religion de l’islam en tant que future civilisation à la France et à l’Occident ; c’est le rêve non explicité dans le texte mais que ce trait d’union trahit. Sixième contre-vérité !

Toute la tribune soporifique est de l’enfumage qui se sert d’une manière hypocrite des lois de la démocratie et celles des droits de l’homme pour se faufiler dans les failles de la République, comme d’habitude chez ces supposés « intellectuels » (dont certains ne le sont pas du tout ou alors islamiquement) qui font systématiquement l’apologie de l’islam de tolérance, de pacifisme et de paix, rhétorique de circonstance contredite clairement par les textes coraniques et par l’histoire.

À ces conditions déplorables de contre-vérités en gigogne quelle concorde et quelle union de la France sont-elles possibles avec ce genre de manipulation, de dissimulation, de tromperie et de déni schizophrénique culturel et religieux ?

De la dissimulation à la propagande trompeuse

Dans un appel au calme, suite à la question du « séparatisme » islamique et l’affaire des caricatures, Tareq Oubrou affirme par anticipation (tactique habituelle de diversion) sur RTL le 30 septembre, deux jours avant le discours annoncé d’Emmanuel Macron :

La liberté est le fondement de notre République. J’ai réservé cinq sermons du vendredi à une théologie de la liberté de l’offense de Dieu et son prophète. C’est inscrit dans le Coran : Dieu a donné la liberté à l’homme de l’offenser. Ce n’est pas à l’homme de se substituer à Dieu et de se mettre en colère à sa place. Le croyant doit vivre sa foi en tant que telle. Et l’incroyant est libre.

Ce qui est totalement faux, comme on l’a vu plus haut. En islam il n’existe pas de « théologie de la liberté ». Contrairement à ce qu’affirme cet imam avec ses acrobatie sémantiques, l’offense d’Allah et son prophète n’a jamais été une liberté en islam, ni inscrite dans le Coran. Mais dans un mensonge encore plus inquiétant, il poursuit :

En ce moment, on passe de la théologie à l’idéologie. C’est un passage qui est redoutable pour la religion musulmane. La théologie intègre la spéculation et la discursivité dans le raisonnement. La foi doit être intelligente. Le Moyen Âge musulman était foisonnant de théologie spéculative. La foi doit être travaillée par les Lumières de la raison. Sinon, c’est le fanatisme.

Lorsqu’on sait que l’islam en tant que religion est fondamentalement une idéologie et non seulement une théologie pour lesquelles il n’existe pas de spéculation – ni au Moyen âge, ni à aucun autre moment historique de l’islam –, Tareq Oubrou nous induit en erreur. Par ailleurs, étant donné que la discursivité théologique raisonnée dans le sens philosophique occidental fait défaut en islam depuis ses origines, avec des phrases alambiquées l’imam se gargarise de grands mots anesthésiant ses interlocuteurs et les auditeurs par la pirouette du sophisme pour nous asséner la contre-vérité que la foi islamique serait capable d’intégrer la raison des Lumières. Le croyant soumis (islam) étant incapable ou empêché de s’affranchir par la raison de la loi coranique et celle de la charia, toutes les deux redoutables par leur dissuasion. Septième contre-vérité !

Et maintenant ?

Fin octobre, à la demande du président égyptien al-Sissi, l’Assemblée nationale a voté en 24 heure à l’unanimité un amendement interdisant à quiconque sur son lieu de travail de diffuser les principes, l’idéologie et la propagande des Frères musulmans au risque d’être viré de la fonction publique (ou de son travail dans le privé). Ce qui n’est pas le cas de la France, notamment avec plusieurs centaines de mosquées radicales (fréristes, salafistes et Millî Görüş, bombes à retardement) à œuvrer dans la radicalisation à tous les niveaux de la société. Avec tous ces imams dans le déni dissimulateur invités sur les plateaux télé ou à l’antenne (BFM TV, LCI, CNews, France 24, France Info, France Inter, etc.) à débiter leur mensonges, leur propagande et à tromper les Français, la France est en grand danger. Autrement dit, les médias participent activement avec ces pyromanes à la désinformation, à la manipulation, à la propagande et à la destruction de la France, favorisant son islamisation, source de radicalité (57 % des jeunes musulmans pensent que la charia est plus importante que le droit français).

Pour préserver la sécurité et la quiétude des citoyens, voici un pays, l’Égypte, pourtant à majorité musulmane (environ 15 % de chrétiens), qui avait pris les bonnes décisions de bannir les Frères musulmans, de confisquer tous leurs biens : banques et comptes privés de tous les hauts cadres et dirigeants – qui se sont enrichis sur le dos des millions de fidèles crédules –, œuvres sociales et médicales, médias, mosquées saisies ou démolies, etc. Tous les fauteurs de troubles fréristes sont en prison à perpétuité ou condamnés à de lourdes peines, entre autres nombreux chefs d’accusation, pour « haute trahison », « tentative de guerre civile », assassinats et destruction/incendie d’églises et d’institutions chrétiennes (environ 70 lieux de culte du 14-17 août 2013 dans toute l’Égypte) ainsi que des biens publics, etc. Il y eut même des condamnations à mort irrévocables par pendaison (pour les tueurs en série et les massacres de masse). Ce qui n’est pas le cas de la France laxiste avec ses jihadistes qu’elle traite avec beaucoup de mansuétude au nom des droits de l’homme pervertis. La guerre religieuse (civile) évitée de justesse en Égypte pourrait devenir une réalité en France, comme au Liban, en Syrie, Algérie et Libye !

En Égypte tous ces faux intellectuels de l’islam frériste auraient été sommés de la fermer, interdits de médias ; la démocratie et la liberté d’expression étant les armes idéales à la diffusion de l’islam radical et à la manipulation des foules par l’entrisme et la fausse propagande.

En conclusion

Curieuse tribune démagogique et sournoise qui prend en otage des concepts occidentaux (républicains et même chrétiens), s’en sert pour les attribuer faussement à l’islam et de les utiliser hypocritement en fer de lance. Sans vergogne, faire passer un message faussé de bout en bout « à la concorde et à l’union » à peine deux semaines après l’assassinat odieux de l’enseignant Samuel Paty le 16 octobre 2020, et au surlendemain de l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, perpétré par un jihadiste de l’islam radical, le 29 octobre 2020 ? Abject comme procédé, il faut bien le reconnaître  !

Cependant, ce qui menace la France n’est pas seulement le jihad islamique (physique et idéologique) mais également le déni [11], celui de la classe politique et des médias. Ici, le cas de figure du quotidien Le Monde est édifiant. D’une part, occupé d’incultes sur les vérités de l’islam et, d’autre part, d’activistes manipulés – souvent les mêmes malfaisants par bêtise – qui, sans même s’en rendre compte, font la promotion de la radicalité islamique, « islam en France » faussement drapé des oripeaux des principes républicains. Ce ne sont pas des journalistes mais, en idiots utiles, des pyromanes – sinon de bonne foi mais induits en erreur sur les intentions [12] – qui usent de la propagande selon les méthodes de Goebbels au nom de l’humanisme dévoyé. Mais ce déni entêtant des islamo-gauchistes, entre autres traîtres, est également l’une des caractéristiques de la psychologie musulmane.

En quelques mots, outre le « mécanisme de défense, par lequel le sujet refuse de reconnaître la réalité d’une perception ressentie comme menaçante et/ou traumatisante », les nombreuses contraintes, la tyrannie et l’oppression mentale qu’exerce l’islam – surtout le châtiment d’Allah – favorisent parfois le développement de psychopathologies, notamment la paranoïa et la psychopathie (à différents stades, relativement anodine ou sévère à très sévère). Mais pour la majorité des musulmans, c’est le déni systématique et le refus catégorique de voir et d’appréhender les réalités honteuses, cruelles et dérangeantes de leur religion [13].

Enfin, il est clair que le projet collectif islamique (en même temps politique, fondamentaliste et radical) est de tromper les Français et, à terme, leur soumission à l’islam et l’islamisation de la société. C’est bien cela le sournois jihad idéologique et culturel que partagent tacitement ces radicaux de l’islam fondamentaliste ou orthodoxe et qu’ils pratiquent en France et en Europe en toute impunité. Le pire dans cette stratégie est qu’elle est à l’œuvre depuis plusieurs décennies avec l’aval et la collaboration active des médias au nom du « vivre ensemble », la défense humaniste de l’islam présumé « modéré » et au nom de la paix sociale.

Au nom de cette paix sociale nous sommes en train de creuser bêtement notre tombe de nos propres mains !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © François Sweydan pour Dreuz.info.

Notes

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz