Publié par Magali Marc le 17 novembre 2020

L’avocate Sydney Powell a expliqué comment les Démocrates ont organisés les fraudes électorales : « Ils l’ont fait de toutes les manières imaginables, depuis le vote massif de personnes décédées jusqu’à la création de bulletins avec lesquels on ne pouvait voter que pour Biden. Ils ont également utilisé un algorithme pour calculer les votes qu’il faudrait détourner, et ils ont utilisé des ordinateurs pour détourner ces votes de… Trump à Biden.» Malgré le fait que les médias se sont employés à nier les fraudes électorales et ont bloqué toute information à ce sujet, Me Powell a trouvé les preuves.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 16 novembre.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

********************

Sydney Powell donne des détails concernant les preuves de fraude électorale massive qu’elle détient

Il y a quelques jours, Sidney Powell a déclaré que l’équipe de Trump allait libérer le Kraken (un calmar géant, monstre marin doté de nombreux tentacules issu des légendes scandinaves médiévales) afin de contredire les médias qui prétendent que Biden a gagné.

Dimanche, Powell a expliqué à quoi ressemble ce Kraken et elle se porte garante de son existence. D’après les détails qu’elle a donnés, le canot de Biden (car ce n’est certainement pas un navire étatique) ne va pas seulement prendre l’eau ; il va aller à un rendez-vous bien mérité avec le fond de la mer.

Me Powell, qui s’est employée à sauver le général Flynn du marasme dans lequel ses premiers avocats, corrompus, l’avaient conduit, fait maintenant partie de l’équipe post-électorale du Président Trump. Vendredi, elle est apparue à l’émission de Lou Dobbs (le Lou Dobbs Show sur la chaîne Fox Business )et a déclaré de façon mémorable : « Je vais libérer le Kraken.»

Le problème est que nous, les partisans de M. Trump, avons entendu de nombreuses promesses visant à dénoncer la fraude électorale. Et oui, beaucoup de fraudes ont été dénoncées : dans une multitude de juridictions, des gens ont témoigné à propos de décharges de bulletins de vote par correspondance, d’observateurs électoraux interdits, de votes de personnes décédées, etc. Mais il y avait toujours la crainte que ces actions, bien que vraies, ne soient pas convaincantes pour un juge (ou neuf juges) et ne suffisent pas à faire annuler l’élection.

Les auteurs d’American Thinker ont déjà écrit sur certains de ces problèmes, je ne vais donc pas les répéter. Néanmoins, il n’était pas tout à fait clair que l’équipe Trump comprenait l’immensité de ce qui s’est passé.

Dimanche matin, cependant, Me Sidney Powell est apparu dans l’émission de Maria Bartiromo (sur Fox News) et a confirmé que l’équipe du Président Trump comprend exactement ce qui s’est passé. Les analyses statistiques sont justes, et Me Powell affirme qu’elle dispose de preuves détaillées sur les personnes qui ont commis des fraudes électorales et sur la manière dont elles l’ont fait. Selon elle, les preuves sont prêtes à être présentées avant la date de certification, et elles pourraient donner lieu à une toute nouvelle élection – cette fois sans fraude.

Les coupables sont la Dominion Voting Systems, qui fabrique le logiciel électoral, et Smartmatic, qui fabrique les machines de vote sur lesquelles le logiciel fonctionne. Aucune des deux sociétés n’étant américaine, nos élections se déroulent en Europe et non en Amérique.

Vous avez déjà beaucoup entendu parler des problèmes avec la Dominion. Elle est si peu fiable que le Texas a refusé de la certifier, et il se peut que l’un de ses vice-présidents soit un anti-Trump viscéral, partisan d’Antifa.

Pendant ce temps, chez Smartmatic, que trois ingénieurs vénézuéliens ont créée, il y a toutes sortes de connexions douteuses. Tout d’abord, la société est incroyablement méfiante quant à sa propriété à l’étranger – et il se peut qu’elle soit encore liée au Venezuela (le Venezuela de Maduro). En 2014, Smartmatic est devenue une filiale de SGO Corp. Ltd, une société d’investissements basée à Londres, avec Lord Mark Malloch-Brown comme président du conseil d’administration. M. Brown, qui est issu des rangs du Parti Travailliste britannique, a des liens étroits avec George Soros.

Il y a également des questions qui se posent concernant Peter Neffenger, le président du conseil d’administration de Smartmatic. C’est un amiral à la retraite qui a travaillé à la tête de la TSA sous Obama. Depuis l’élection, Neffenger a rejoint l’équipe de transition de Biden ! Hé Oui, l’homme de la société dont les ordinateurs étaient au cœur des allégations de fraude dans l’affaire, aide Biden à s’installer à la Maison Blanche !

Me Powell prétend que ces sociétés ont conçu le logiciel et les machines spécifiquement pour mettre en place la fraude électorale, qu’elles sont de mèche avec des politiciens américains corrompus et qu’elles ont détourné des centaines de milliers, voire des millions, de votes qui étaient en faveur de Donald Trump, dans les différents États-charnière (et, on le suppose, dans d’autres États également). De plus, Mme Powell a dit qu’elle a des témoignages de première main sur la fraude et qu’il y a un véritable faisceau de preuves corroborantes qui arrivent.

La phrase la plus cruciale de toute l’interview (je pense) est ce que Me Powell a répondu lorsque Mme Bartiromo lui a demandé si elle pouvait prouver tout cela : « Je ne dis jamais rien que je ne puisse prouver. »

De plus, après l’interview, Me Powell a tweeté que Trump a donné le feu vert à son équipe pour révéler la fraude :

Soyons clairs : Nous, le peuple avons élu Donald Trump
par une victoire écrasante. Nous avons décidé qu’il doit demeurer en fonction. Il n’a rien concédé. NOUS SAVONS qu’il y a eu une énorme Fraude électorale. Non seulement il a ordonné de lâcher le Kracken, nous, le peuple l’exigeons. Nous en avons assez
.

https://twitter.com/SidneyPowell1/status/1327998623653769217

Entendez-vous le bruit que font Biden et Cie courant vers les canots de sauvetage ? J’aime à penser que oui.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source: American Thinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

43
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz