Publié par Dreuz Info le 21 novembre 2020

« Mon analyse, le lendemain de la conférence de presse de Rudy Giuliani », par Tim Larribau.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Résultat de la conférence des avocats de Donald Trump dans les médias aujourd’hui ?

  • Rien sur les soupçons de manipulation des machines de vote.
  • Rien sur la possible collusion avec des dictateurs sud-américains ennemis déclarés des USA.
  • Rien sur le possible traitement des votes en dehors de la juridiction américaine.
  • Rien sur les liens financiers entre les fabricants de machines de vote et des organisations de gauche.

La seule info digne de la presse mondiale ? La teinture capillaire de Rudy Giuliani a coulé sur son visage.

Il y a 4 ans, il a suffi que quelques Démocrates parlent d’une ingérence russe, et on en a bouffé pendant des années.

«Mais Giuliani et ses sbires n’apportent aucune preuve !» clament-ils.

  • Rudy Giuliani a clairement dit, et c’est compréhensible, que les juges n’aiment pas que les preuves soient étalées devant le grand public avant leur présentation au tribunal.
  • Jenna Ellis a également fait un mini cours de procédure juridique pour expliquer que la conférence de presse équivaut à une déclaration d‘introduction et non à une démonstration de preuves, qui sera réservée aux tribunaux, parce que, a-t-elle précisé, elle et les avocats ne s’adressent pas à la cour de l’opinion publique mais à une cour de justice.
  • Rudy Giuliani a également expliqué que le but de leur action est de garantir l’honnêteté rigoureuse du processus électoral, et a expliqué que les avocats Démocrates pourront logiquement remettre en cause les preuves avancées, dans le cadre d’un débat contradictoire classique devant une cour de justice.
  • Sidney Powell a expliqué que leurs doutes dépassaient le camp Démocrate en précisant que des élus Républicains et Démocrates ont pu acheter les services de manipulation des votes.

Résumé, pour moi

Les avocats de Trump ont déclaré avoir recueilli des doutes sérieux, appuyés par plusieurs centaines de témoignages sous serment, qui exposent leurs auteurs aux sanctions pour parjure, sur l’honnêteté et la transparence des élections américaines, pas seulement en 2020 et pas seulement présidentielles.

Ils ont expliqué que c’est un processus judiciaire long et technique, qui ne se réglera pas en public ni dans les médias.

Ils ont expliqué qu’ils agissent pour protéger la démocratie américaine dans le cadre de l’Etat de Droit et le respect de la Constitution américaine.

Ils n’ont pas accusé Biden d’être fraudeur, expliquant qu’ils ne savent pas s’il est impliqué ou ce qu’il sait. Ils ont, par contre, accusé les médias et le FBI de garder un silence incompréhensible face à des allégations graves, et de ne pas chercher à en savoir davantage par investigations journalistiques ou enquête judiciaire.

La différence de traitement, par l’Etat et par les médias, entre l’élection de 2016 et l’élection de 2020, est assourdissante :

  • En 2016, des rumeurs sans fondements (on ne nous a même jamais expliqué comment les Russes auraient manipulé l’élection) proférées par des politiciens opposants, appuyées par un prétendu dossier de services secrets invérifiable, ont eu valeur de preuves irréfutables autorisant une campagne interrompue d’attaques médiatiques, de blocages politiques, de procédures institutionnelles, de dénigrement et de diffamations publiques et permanentes.
  • En 2020, des doutes sérieux, avec mode opératoire présenté, proférés par un ancien Procureur général spécialisé dans la lutte contre la corruption et la Mafia, une équipe de juristes reconnus, appuyés par des témoignages sous serment, et une volonté affichée de respecter les règles juridiques, ne débouchent que sur des accusations de complotisme et des moqueries sur un détail esthétique.

Je ne sais absolument pas si les preuves avancées par l’équipe de Giuliani sont existantes, recevables, probantes et suffisamment incontestables. Je n’ai aucun moyen de vérifier par moi-même si la fraude électorale a été un épiphénomène ou a fait l’objet d’un plan massif. Joe Biden a peut-être gagné de façon légale et incontestable et je suis prêt à l’accepter sans aucune réserve.

Mais il restera toujours ce sentiment de profonde injustice de traitement entre Trump, anathème quoiqu’il dise ou fasse, et attirant toutes les bassesses contre lui, et Biden, adoubé quoiqu’il dise ou fasse, et attirant toutes les bénédictions sur lui.

Ceux qui fragilisent la foi en la démocratie, ce sont ceux qui n’ont reculé devant aucun mensonge ni manipulation pour faire tomber Trump, et exigent maintenant une allégeance sans murmures et sans questions, en intimidant par des accusations de complotisme et de fascisme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Tim Larribau pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz