Publié par Rosaly le 27 novembre 2020

Dans un message diffusé dimanche soir sur Twitter, le redoutable Evêque de Knoxville, Rick Stika, commença par conseiller aux fidèles de visionner «Parkland», un film de 2013, qui relate les évènements entourant l’assassinat en 1963 du Président J.F. Kennedy, le premier président catholique des Etats-Unis, avant de lancer un appel à la prière pour l’âme de J. Biden et d’implorer Dieu de lui accorder «la conversion du coeur».

«Joe Biden est le deuxième président catholique américain. Nous devons, nous nous aussi, prier pour lui, mais également pour sa «conversion du coeur», car il détient maintenant entre ses mains la vie et la mort des enfants encore à naître. Que les fidèles qui croient encore en la liberté religieuse, en la liberté de conscience, aux droits parentaux relatifs à l’éducation de leurs enfants et à la persécution religieuse par les médias nationaux et les soi-disant libéraux et progressistes, prient pour sa «conversion du coeur. Priez pour son âme.» conclut l’Evêque.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Dans son tweet, l’Evêque Rick Stika fit référence à un certain nombre de questions vitales à l’égard desquelles Joe Biden prit ses distances par rapport à l’enseignement catholique, à savoir la question de l’avortement, la liberté religieuse, la liberté de conscience, le choix de l’école et la persécution des Chrétiens pour leurs croyances.

Mardi dernier, l’Archevêque de Los Angeles, José Gomez, Président de la conférence des évêques américains (USCCB), mit en garde l’Eglise catholique américaine contre les «défis exceptionnels» qu’une présidence Biden pourrait lancer à l’Eglise. Il annonça avoir créé un «groupe de travail» pour gérer une transition Biden.

«Pour la deuxième fois seulement, nous anticipons une transition vers un président qui professe la foi catholique. Cela présente certaines opportunités mais aussi certains défis.» a affirmé l’Archevêque Gomez dans une déclaration sans équivoque.

Le « Président-élu » nous a donné des raisons de croire qu’il soutiendra des politiques opposées à certaines valeurs fondamentales, que nous catholiques chérissons. Ces politiques incluent la préservation de l’Arrêt Roe vs.Wade (*) et l’abrogation de l’amendement Hyde.(**)

« Ces deux politiques sapent notre« priorité prééminente » : l’abolition de l’avortement.

Dans un tweet, daté du 12 octobre, l’ Evêque de Knoxville s’interrogea sur l’intégrité de la foi de Joe Biden, vu son soutien public à l’avortement. (Les politiques sont généralement à trahir leurs convictions religieuses ou autres, si cela contribuait à assouvir leur ambition.)

Une question pour Mr Biden: lors de votre jugement devant Dieu, comment allez-vous expliquer votre changement de position sur l’avortement? Comment allez-vous expliquer le fait de promouvoir l’absence de limites et de permettre la suppression de toutes les protections protégeant les plus innocents ? Direz-vous à Dieu que vous avez soutenu l’abus ultime d’un enfant à cause de la Constitution américaine ? Je me demande ce que Dieu a dû demander à de nombreux dirigeants au cours des siècles ? La prééminence du gouvernement sur les droits de l’être humain et la destruction de la vie d’innocents?

Questions à Mrs Pelosi, à Mr Biden et à tous ceux qui se sont auto-proclamés de bons fidèles catholiques :

Le bébé dans le ventre de la mère est-il un être humain? Possède-t-il une âme? Ressent-il la douleur? Est-il la propriété de la mère? Est-il aimé de Dieu?

Retirons l’angle de la foi de la question. Pourquoi permettez-vous à la mère de croire qu’elle possède le bébé et que, juste à cause d’un morceau de peau et d’un cordon, le bébé, capable de ressentir la douleur, devrait être privé de la chance de vivre ? La justice sociale n’exige-t-elle pas que le bébé soit protégé, car il est l’être le plus innocent de l’humanité ?

Parallèlement à ces positions, Mr Biden a également fait part de son soutien à la restauration du mandat du HHS (U.S. Department of Health & Human Services ) (Département de la Sante et des Services sociaux américains), à l’adoption de la loi sur l’égalité (Equality Act) et au traitement inégal réservé aux écoles catholiques.

« Toutes ces politiques vont à l’encontre de l’enseignement de l’Eglise » a affirmé l’Archevêque Gomez :

« Nous nous sommes longtemps fermement opposés à ces politiques et nous continuerons à le faire. Mais quand des politiciens, qui professent leur foi catholique, les soutiennent , alors il y a des problèmes supplémentaires. Cela crée de la confusion parmi les fidèles sur l’enseignement réel de l’Eglise à propos de ces questions. » a souligné l’Archevêque. Il ajouta que sa déclaration officielle avait reçu «le soutien unanime» du comité exécutif des Evêques.

L’automne dernier, un prêtre de la Caroline du Sud refusa de donner la Sainte Communion à Mr Biden pendant la Messe dominicale en raison de son soutien indéfectible à l’avortement à la demande.

L’Église catholique enseigne que l’avortement est un meurtre et un péché très grave et insiste sur le devoir des politiciens catholiques de s’y opposer.

« La menace de l’avortement reste notre priorité absolue parce qu’elle s’attaque directement à la vie. » ont affirmé les Evêques.

« Nos efforts pour protéger les enfants à naître restent plus importants que jamais, car si la Cour suprême peut accorder une plus grande latitude aux lois des États limitant l’avortement, les législateurs des États eux ont adopté des lois qui non seulement maintiennent l’avortement légal pendant les neuf mois de la grossesse, mais ouvrent aussi la porte à l’infanticide. En outre, l’avortement contamine de nombreuses autres questions importantes en étant inséré dans la législation concernant l’immigration, les soins aux pauvres et la réforme des soins de santé. » ont-ils ajouté.

Les démocrates, les médias et les militants de gauche vantent généralement la foi catholique de Joe Biden, pour attirer les voix des catholiques, tout en affirmant que le catholicisme d’Amy Coney Barrett, juge à la Cour suprême, est une menace qui ne doit pas s’infiltrer dans l’institution.

Le double standard de l’extrême-gauche, leur marque indélébile, leur signe distinctif : J. Biden est un bon catholique, Amy Barrett une mauvaise, voire une dangereuse ! Incohérence immuable des gauchistes !


* L’Arrêt Roe v. Wade

En juillet, Biden publia son Agenda pour les femmes, promettant de rétablir le financement national et international de l’industrie de l’avortement.

Il consacra une section à « La santé génésique et sexuelle » . L’ancien vice-président de Barack Obama déclara qu’il travaillerait entre autres choses à la codification de l’arrêt « Roe v. Wade » et son ministère de la justice fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin à la multiplication de lois d’Etats, qui violent de manière flagrante l’arrêt « Roe v. Wade »

Cet arrêt fut promulgué par la Cour Suprême en 1973. Elle autorise l’avortement dans tous les Etats sous prétexte du droit des femmes à la vie privée. De nombreux Etats, choqués par cet arrêt, adoptèrent des lois visant à limiter le nombre de meurtres de bébés à naître. L’une de ces lois est appelée « heartbeats bill » qui interdit l’avortement, dès que les battements de coeur du bébé à naître sont détectés, soit après environ six-sept semaines de grossesse. L’arrêt Roe v.Wade incita catholiques et protestants évangéliques à s’unir en une force politique, cette même force qui d’abord élut Ronald Reagan, puis Donald Trump.

** L’amendement Hyde

L’amendement Hyde est une disposition bipartisane adoptée annuellement par le Congrès des États-Unis, et signée par les présidents des deux partis, qui interdit l’utilisation d’argent public pour financer les avortements dans presque tous les programmes administrés par le département de la Santé et des Services sociaux, notamment au sein du programme Medicaid . Cette disposition qui sauve des vies fut introduite par le député de Illinois Henry Hyde, qui siégea 32 ans à la Chambre des représentants et fut membre du Conseil 1191 Father McDonald pendant plus d’un demi-siècle ; l’Amendement Hyde a servi de base à d’autres dispositions légales de la législation fédérale et de celle des États qui interdisent le financement public de l’avortement aux États-Unis. Depuis s son adoption, on peut attribuer à l’Amendement Hyde d’avoir sauvé la vie de plus de 2,25 millions d’enfants. La Cour Suprême a considéré que l’Amendement Hyde ne fait pas obstacle aux femmes qui recherchent un avortement, mais encourage plutôt une activité alternative jugée d’intérêt public, telle que l’adoption (www.kofc.org/fr/conv/2019/resolutions/in-support..)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources :

  • «The bishop of Knoxville, Tennessee, has urged Catholic to pray for Joe Biden’s soul, begging God that he may undergo a conversion of heart.» (Breitbart.News)
  • «The bishop of Knoxville, Tennessee, is questioning the integrity of Joe Biden’s Catholic faith, given his public support for abortion.» (Breitbart News)

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz