Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 novembre 2020

Les meetings politiques de Donald Trump étaient bondés. Ceux de Joe Biden – et ils étaient rares – presque vides. Ceux de Kamala Harris attiraient bien moins de monde que ceux de la belle-fille de Trump, Lara Trump. Et Biden a « gagné »…

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Si ça ressemble à de la fraude, que ça respire la fraude, qu’il y a des preuves de fraude, et que les médias disent qu’il n’y a pas de fraude, c’est forcément de la fraude. The Federalist a dressé une liste (1) des raisons pour lesquelles Biden a « magiquement dépassé les normes électorales ». Nous avons ajouté les anomalies que nous avons relevées.

1 Le président Trump a gagné plus de dix millions de voix depuis sa victoire en 2016, il a remporté un record de soutien parmi les minorités, mais l’attirance pour Biden était trop forte. Si forte, qu’il a même fait voler en éclats le total des votes populaires de Barack Obama ! 80 millions de votes pour Biden, le record historique, c’est à se demander si ce n’est pas Biden qui a donné la victoire à Obama en 2008 et 2012.

Biden a réussi à recueillir un nombre record de voix tout en restant pendant des mois dans sa cave, et tout en traînant constamment derrière le président Trump en termes d’enthousiasme des électeurs, ce qui prouve que ses instincts politiques sont formidablement aiguisés – malgré les apparences. Biden était si avisé qu’il a réussi à motiver des électeurs peu enthousiastes à voter pour lui en nombre record.

2 Biden est sur le point de devenir le premier président en 60 ans à perdre les États de l’Ohio et de la Floride tout en remportant la victoire. Pendant un siècle, ces États ont constamment prédit le résultat national, et ils ont été considérés comme à peu près représentatifs du melting-pot américain.

  • Bien que les sondages nationaux aient donné à M. Biden une avance dans ces deux États, il a perdu l’Ohio de huit points et la Floride de plus de trois.
  • Pour Biden, le fait de perdre de beaucoup ces deux États clés et de remporter quand même l’élection nationale est digne d’intérêt. La dernière fois que cela s’est produit, c’est lorsque la mafia est suspectée d’avoir aidé John F. Kennedy à gagner l’Illinois contre Richard Nixon en 1960.
  • Plus incroyable encore, Biden est en passe de remporter la Maison-Blanche après avoir perdu presque tous les comtés historiques de référence du pays.
    Le Wall Street Journal et l’Epoch Times ont analysé les résultats de 19 comtés des États-Unis qui ont un bilan presque parfait en matière de vote présidentiel au cours des 40 dernières années : Trump a remporté tous ces comtés, à l’exception du comté de Clallam à Washington.
    Et même les détails sont impressionnants :
    • Biden a remporté Clallam par environ 3 petits points, Trump a remporté les 18 autres comtés avec une moyenne de plus de 16 points.
    • Sur une liste de 58 comtés qui ont correctement choisi le président depuis 2000, Trump a remporté 51 d’entre eux avec une moyenne de 15 points. Les 7 restants sont allés à Biden, avec un tout petit 4 points d’avance.
  • Les comtés qui donnent traditionnellement le gagnant des élections ont cette fois encore choisi le président Trump à une écrasante majorité, mais Biden a quand même gagné.

    Et comme un dessin vaut mille mots, voici un graphique qui montre le nombre de ces comtés qui donnent toujours le gagnant des élections depuis 1984. Il est très fort, Biden :

3 Biden est arrivé derrière Hillary Clinton dans toutes les grandes métropoles du pays – sauf dans quelques villes : Milwaukee, Detroit, Atlanta et Philadelphie – et coïncidence !, ce sont toutes des villes situées dans des Etats charnières qui pouvaient donner la victoire soit à Trump, soit à Biden.

  • Seconde coïncidence, note Robert Barnes, analyste électoral au Washington Post, ces grandes villes dans les États balanciers sont dirigées par les Démocrates…
  • Troisième coïncidence, dans ces villes, le nombre de votes a même dépassé le nombre d’électeurs inscrits.
  • En fait, dans ces États les plus importants, ces grandes villes qui ont donné la victoire à Biden ont envoyé tellement de votes par correspondance pour Biden qu’il a battu tous les records, et renversé à partir du 4 novembre, le lendemain de la clôture du scrutin, les totaux de ces Etats qui le soir du 3 novembre avaient donné une victoire confortable au président Trump.

4 Autre point de la formule magique de Biden : il a gagné partout où les Démocrates ont perdu toutes les autres élections sur le même bulletin. Dit autrement, Donald Trump est à peu près le seul président sortant de l’histoire des États-Unis à perdre sa réélection alors que son propre parti a gagné des sièges à la Chambre des représentants.

  • Le New York Times a noté que 27 sièges de la Chambre des représentants étaient également en jeu le jour des élections.
  • Les Républicains semblent les avoir tous remportés – oui, les 27 sièges.
  • Les Démocrates n’ont pas réussi à prendre un seul siège au sénat, tandis que les Républicains ont fait basculer et la Chambre, et le Sénat du New Hampshire, et ont étendu leur domination sur les assemblées législatives des États dans tout le pays.
  • Étonnamment, Biden a battu celui qui a porté tous les autres Républicains à la victoire. Ça, c’est historique !

5 Dans le passé, je veux dire, avant le miracle Biden, les totaux des élections primaires ont toujours prédit avec une remarquablement précision les gagnants des élections.

  • Premièrement, aucun candidat sortant ayant obtenu 75 % du total des votes primaires n’a jamais perdu sa réélection.
  • Deuxièmement, le président Trump a reçu 94 % des voix lors des élections primaires, soit l’un des cinq candidats sortants à avoir obtenu plus de 90 % des voix lors des élections primaires depuis 1912.
  • Troisièmement, Trump a établi un record de votes aux primaires pour un président sortant, avec plus de 18 millions de personnes qui ont voté pour lui (le record précédent, détenu par Bill Clinton, était la moitié de ce nombre).
  • Et donc, la victoire de Biden, malgré ce soutien historique pour Trump aux primaires, bouleverse un siècle de données électorales. Et ça, tout en restant 5 mois dans sa cave. Voilà qui s’appelle réussir l’impossible.

6 Des impossibilités statistiques si belles à contempler… Le 3 novembre, pendant des heures, en Virginie, Trump a eu une avance d’environ 300 000 voix. L’avance a commencé à se réduire vers minuit (heure locale), mais Biden n’avait toujours aucun moyen de rattraper Trump. Puis, vers 1 heure du matin, soudainement, un paquet d’environ 400 000 votes pour Joe Biden et ZÉRO pour Donald Trump est arrivé en Virginie.

  • Les électeurs de Biden de Virginie sont fantastiques. D’autant qu’ils ont accompli une impossibilité statistique : 100 % de la croissance des votes entre 2016 et aujourd’hui a été pour Joe Biden. C’est statistiquement impossible dans n’importe quel État, mais c’est si beau à contempler.
  • Le soir du 3 novembre, Donald Trump avait une avance solide, importante, dans le Michigan et le Wisconsin. Aujourd’hui, Biden est en tête dans ces deux États.
    Ces deux États ont certainement décidé qu’il était dans leur intérêt de détruire leur industrie du pétrole, du gaz et de la fracturation en votant pour Joe et Kamala.
  • L’État de Géorgie présente lui aussi une mise à jour statistiquement impossible du décompte des votes, Joe Biden ayant reçu 97.9779 % d’un nouveau lot de 23,487 votes comptés à 12h18.
    Ceci dit, si c’est possible au Venezuela, c’est possible en Georgie.

7 Le soir de l’élection, le président Trump avait très largement remporté l’élection en Pennsylvanie. Trump devançait Biden de près de 700 000 voix ! C’était une avance insurmontable. Enfin, sauf pour Biden le magnifique.

  • Le lendemain matin, le président était toujours en tête avec 56 % des voix, soit une avance de 675 000 voix, contre 43 % pour Biden.
  • Puis la Pennsylvanie a commencé à compter les bulletins de vote par correspondance.
  • Il n’y avait pas eu de rapport sur le nombre de votes en suspens à la fin de la nuit de l’élection.
  • Il n’y a jamais eu de rapport indiquant combien de votes il restait à compter après l’élection.
  • Ils ont simplement continué à compter des bulletins, et compté, et compté, et compté… et les 700 000 voix de Trump ont disparu.

8 Joe Biden a attiré à lui 87 % du vote noir en 2020, contre 93 % pour Obama en 2012. Biden est un peu moins noir qu’Obama, lui-même à moitié noir. Cependant, l’écart a été renversé au profit de Joe Biden dans une ville à 78,32 % afro-américaine, Detroit, dans le comté de Wayne. 597,170 voix du comté sont allées à Biden, contre 575,253 pour Obama en 2012.

Et pour le prouver, deux des membres du comité de certifications des votes du comté de Wayne et leurs familles ont reçu des menaces de mort s’ils ne confirmaient pas ces chiffres improbables, démentis par les rapports de fraudes.

9 Dans le Michigan, les gens se sont sérieusement mobilisés pour voter pour Biden. Songez-donc : dans 3 276 circonscriptions, le nombre de votants a atteint jusqu’à 350% du nombre d’électeurs inscrits. En supposant que le taux de participation de ce groupe était de 80 %, (soit bien au-dessus de la moyenne nationale), on obtient 431 954 bulletins traités qui ne devraient pas exister. Joe Biden a remporté avec 155 000 bulletins d’avance.

Dans ce même Etat, au moins 19 circonscriptions ont dépassé 100 % de taux de participation. Ces chiffres sont basés sur témoignage sous serment (2) de Russell James Ramsland, Jr, un membre de l’équipe de direction du groupe d’opérations de sécurité allié.

Le sénateur de Pennsylvanie Doug Mastriano a montré sur son compte Twitter une copie d’écran d’un décompte publié sur le site du Département d’État mais qui a depuis été supprimé. Cette copie d’écran montre que 1,126,940 votes sont apparus par magie.

La Pennsylvanie a envoyé aux électeurs 1,823,148 bulletins de vote par correspondance. De ce nombre, 1,482,302 personnes ont renvoyé leur vote. Pourtant, le total du vote par correspondance [qui a permis à Biden de gagner], indique 2,589,242. D’où vient la différence de 1,126,940 votes ?

Conclusion

Joe Biden est un candidat hors normes. Unique. Hors du commun.

Cet homme a reçu le plus de votes que n’importe quel président dans toute l’histoire des Etats-Unis.

Et il vient de battre un autre record absolu : sur internet, un minuscule quatre vingt milliers de personnes ont regardé son discours pour Thanksgiving.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://thefederalist.com/2020/11/23/5-more-ways-joe-biden-magically-outperformed-election-norms/
  2. https://principia-scientific.com/shocking-affidavit-how-big-tech-stole-the-u-s-presidential-election/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

15
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz