Publié par Magali Marc le 29 novembre 2020

Le Pape François a signé, jeudi le 26 novembre, un texte d’opinion dans le New York Times dans lequel il se montre solidaire des gouvernements qui prennent des mesures autoritaires pour «protéger les plus faibles» face au coronavirus. La Cour suprême s’est prononcée en faveur de la liberté religieuse la veille du Thanksgiving américain et sa décision a été dénoncée par les gauchistes qui devraient, en principe être pour la séparation de l’Église et de l’État, mais qui, pour le coup sont tombés d’accord avec le Pape !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Brad Slager, paru sur le site de Red State, le 27 novembre.

***************************

La gauche libérale se met en porte-à-faux en pontifiant au sujet de la Juge Amy Coney Barrett, le Pape François et la Cour suprême des États Unis

Lorsque les gauchistes qui souhaitent la disparition des pratiques religieuses se mettent en frais de faire la leçon aux pratiquants, ils se mettent le doigt dans l’œil.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Les Démocrates et les médias – les deux entités qui ont tenté de nous convaincre qu’ils maintiennent une unité de façade – ont piqué une crise de nerf ces derniers jours sans réussir à se montrer unanimes.

Une décision récente de la Cour suprême des États-Unis (SCOTUS) concernant la capacité des églises à rester ouvertes et à être libres de pratiquer leur culte, annulant un ordre du Gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, limitant cette pratique, a provoqué l’ire des gauchistes.

Un article d’opinion paru dans le New York Times a porté leur indignation à un niveau supérieur de pensée confuse.

Le Pape François a signé un éditorial qui a été publié dans le Times le lendemain de la décision de la SCOTUS, et les réactions ont été révélatrices de l’ignorance et la confusion des gauchistes.

Afin de mieux saisir le degré d’imbécillité des gauchistes, il suffit de constater que les gens qui débattent à propos de cet éditorial sont les mêmes qui ne cessent de dénoncer la religion ainsi que ceux qui se disent religieux.

Une fois de plus, la thématique religieuse devient un prétexte commode pour la gauche, qui estime généralement que toute personne pratiquant une religion est automatiquement disqualifiée.

Dans ce texte d’opinion, le Pape François approuve l’autoritarisme gouvernemental, appliqué selon lui, pour le bien commun:

À quelques exceptions près, les gouvernements ont fait de grands efforts pour faire passer le bien-être de leur population avant tout, en agissant de manière décisive pour protéger la santé et sauver des vies. Les exceptions sont venues de certains gouvernements qui ont ignoré les preuves douloureuses de l’augmentation du nombre de décès, avec des conséquences inévitables et graves. Mais la plupart des gouvernements ont agi de manière responsable, en imposant des mesures strictes afin de contenir l’épidémie.
Pourtant, certains groupes ont protesté, refusant de garder leurs distances, manifestant contre les restrictions de voyage – comme si les mesures que les gouvernements doivent imposer pour le bien de leur population constituaient une sorte d’agression politique contre l’autonomie ou la liberté individuelle ! La recherche du bien commun est bien plus que la somme de ce qui est bon pour les individus. Cela signifie qu’il faut se soucier de tous les citoyens et chercher à répondre efficacement aux besoins des moins fortunés.

Pour mémoire, c’est le même Pape François qui a apporté son soutien à Joe Biden, un homme politique qui met de l’avant sa foi catholique quand ça l’arrange.

Joe Biden aime être se décrire comme étant un pieux catholique, tandis qu’il n’hésite pas à mettre sa foi de côté par opportunisme politique.

Joe a rarement eu à concilier le fait d’être pour l’avortement tout en se disant catholique, principalement parce que cette question m’a jamais été soulevée par les médias complices. Même le Pape ne semble pas être incommodé par ce paradoxe.

Ce texte du Pape a donc eu pour effet d’encourager les gauchistes à dénoncer Amy Coney Barrett (ACB), en dépit de leurs contradictions flagrantes.

Certains ont même suggéré que la Juge Barrett remet en question sa foi catholique en agissant sans tenir compte de l’avis du Pape, même si le Saint-Père est intervenu seulement après la décision de la SCOTUS.

Il ne faut pas oublier que les critiques actuelles envers ACB sont formulées en dépit de la position habituelle des Démocrates concernant la séparation de l’Église et de l’État.

Voilà que tout d’un coup, Ils souhaitent que le point de vue de l’Église soit inclus dans le processus de décision de la SCOTUS, tout en occultant le fait que la décision majoritaire a été prise en accord avec l’idée que l’État ne devrait pas dicter la pratique religieuse – c’est-à-dire devrait rester séparé de l’Église.

Tâchons de démêler le nœud gordien qui nous est présenté.

Ceux qui disent qu’ ACB renie sa foi catholique en prenant une décision contraire à ce que dit le Pape, suggèrent par conséquent qu’elle favorise autre chose – dans ce cas, ce serait la Constitution, donc la doctrine gouvernementale. Sauf que ce que dit le Pape François dans son texte éditorial, c’est que le gouvernement agit de manière correcte.

Si elle avait suivi l’avis du Pape, sa décision aurait été de se prononcer en faveur de l’étatisme.

Cela signifie également qu’ ACB devait obéir au Pape, donc décider non pas en fonction de ce qui est écrit dans la Constitution mais en fonction de la manière dont le Pape lui dit de gouverner.

Rappelons à présent les deux audiences de confirmation auxquelles ACB a dû faire face lorsque sa foi a été évoquée et présentée comme étant de nature disqualifiante pour sa carrière.

Ces mêmes grincheux déclarent aujourd’hui que Mme Coney Barrett a tort… de ne pas adhérer à sa foi !

Pendant ce temps, ACB a en fait montré ce qui, selon elle, doit la guider dans ses décisions, à savoir qu’elle se prononce en accord avec la loi et non en accord avec ses croyances religieuses.

Ce sont ses critiques et non pas elle qui se contredisent.

L’arrêt de la SCOTUS déclare seulement que le gouvernement d’un État n’a aucune base juridique pour faire appliquer des ordonnances concernant les pratiques religieuses, et que les gens demeurent libres d’assister ou non aux services religieux. Ils ne sont pas, il faut le souligner, obligés d’y assister.

Un croyant n’est pas tenu d’assister aux services religieux , pas plus qu’il n’est tenu d’aller faire des courses si un magasin ouvre ses portes.

Mais la décision d’ACB basée sur la Constitution et non sur les diktats du chef de sa religion est aujourd’hui problématique pour les gauchistes qui affirmaient lors de sa nomination qu’elle ferait exactement le contraire, ce qui était présenté comme un grave problème.

Certains sont même allés jusqu’à suggérer que ce refus de tenir compte des paroles du Pape est un motif suffisant pour qu’elle et le Juge Brett Kavanaugh (lui aussi un catholique) soient exclus de l’Église.

Réfléchissons un instant à cette idée.

Mme Coney Barrett et M. Kavanaugh devraient être excommuniés de l’Église catholique pour avoir statué en faveur des personnes jouissant de la liberté de culte dans une église catholique, tandis que Joe Biden et Nancy Pelosi sont pour ainsi dire canonisés (par les gauchistes) en dépit de leur position en faveur de l’avortement !

L’année 2020 ne manque jamais de nous décevoir.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Redstate

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz