Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 23 novembre 2020

Comme l’indique l’état de la politique réchauffiste, la notion d’idéologie du réchauffement climatique d’origine humaine apparaît comme la plus trompeuse.

L’idée réchauffiste passe pour une idée claire. La propagande animiste de l’Église de climatologie impose un concept pseudo-scientifique, où un thème abstrait remplace les données de l’observation. Ce dogme réchauffiste n’exercerait pas sa séduction sur les esprits et ne provoquerait pas une impression de transparence, s’il n’était imposé par une propagande médiatique incessante, et par des impressions vagues qui tomberaient sous le sens.

Les mensonges jouent un rôle dans la propagande de l’Église de climatologie. C’est une réalité. Mais peut-on penser le réchauffement climatique, si la notion en qui on a confiance interdit justement de penser cette réalité, en annulant le comment, pour le pourquoi de l’origine humaine imposé à l’avance ? 

Les mensonges réchauffistes sont commandés et inscrits de force dans les esprits faibles, seulement parce qu’ils correspondent à la propagande médiatique imposée comme une fausse évidence, hors de toute critique, alors qu’elle n’est pas fiable, et qu’elle obscurcit la question du vrai réchauffement climatique. 

La propagande médiatique montre qu’une fausse information manipulée doit pouvoir imposer des comportements de soumission des peuples. Pour atteindre cet objectif effectivement décisif, l’efficacité idéologique doit rendre inexplicables les vrais problèmes posés par le réchauffement.

L’idéologie du réchauffement climatique ignore que les « révélations du réel sont toujours répétitives » et le fait qu’on « ne peut connaître que contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites » (Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique). C’est pourquoi la vérité sera une erreur rectifiée ! 

La construction de la vérité scientifique impose la déconstruction du mythe du réchauffement climatique d’origine humaine qui entrave l’examen des valeurs subjectives de la fausse science qui lui sont attachées.

L’idéologie du réchauffement est la contre-pensée de la fausse science En Marche.

Question : « À quoi sert le mythe de l’idéologie du réchauffement climatique d’origine humaine ? Qui s’en sert et comment ? Quel rôle joue-t-il, sur la scène politique, pour la dictature contemporaine et pour la soumission des peuples ? C’est l’histoire d’une illusion comme préalable à la domination totalitaire des élites contre les peuples soumis par Macron. 

Pourtant, l’idéologie du réchauffement climatique d’origine humaine fait de plus en plus vilaine figure, ce qui ne l’empêche pas de figurer partout, dans tous les médias, pour faire un semblant d’actualité. Le malin génie totalitaire des élites des sociétés modernes ne fait pas fonction de protection des peuples.

Dans l’opinion, les climato-septiques sont perçus comme la bête noire de l’Église de climatologie. 

C’est pourquoi la propagande réchauffiste crie au blasphème : tous contre ! Sus à l’ennemi

Pour cela elle maquille, intoxique, réprime, aveugle, embrigade, enferme, manipule, endort et tue. Elle refuse d’en finir avec le simplisme des paroles stéréotypées de la tyrannie du mythe, de l’esprit de système, de l’ère du soupçon, avec ses œillères, ses sentiers battus, pour imposer le vide idéologique et falsifier le réel face à la colère des faits.

Ainsi, les médias du bourrage de crâne parlent selon l’esprit du temps pour faire avaler les lieux communs des mensonges.

Il convient de prendre au sérieux la rumeur réchauffiste à l’origine de nos dégoûts. « Plus le mensonge répété en boucle est gros, et plus ça passe.

Le redoublement des mensonges dans la dénonciation des climato-septiques est une loi du genre. C’est pourquoi le bourrage de crâne a quelque chose de dérisoire.

La France vomit les mensonges de Macron sur les migrants et les islamistes qui lui ont fait tant de mal. La France vomit les mensonges de Macron qui ont permis aux Français de recevoir comme juste et vrai le slogan des islamo-gauchistes révolutionnaires : « Les migrants : Une chance pour la France ! » 

Question : Qui sont les idéologues ? Tous les journalistes. L’idéologue devrait être le contraire du journaliste. Les journalistes sont les adeptes chimériques, doctrinaires et songe-creux pour imposer l’idéologie du réchauffement.

Les scientifiques compétents et climato-septiques sont ceux qui répugnent à l’esprit de système et à l’intolérance dogmatique. Les climato-septiques sont partisans de l’honnêteté intellectuelle, et c’est pourquoi ils s’adressent aux honnêtes gens.

La fermeture de Fessenheim, bien pire qu’un scandale de plus

Sébastien Richet : « La fermeture de Fessenheim n’est ni économique, ni écologique, mais politique ». 

La fermeture de Fessenheim sous le chantage des écolos-gauchistes révolutionnaires n’est qu’un nouveau gaspillage des ressources énergétiques de la France, et de l’argent des contribuables, qui s’envolera avec ce coup foireux, grâce à la médiocrité opportuniste de Macron, soumis à Merkel, et aux écolos-gauchistes allemands qui ont fermé leurs centrales nucléaires au profit du charbon.

Sébastien Richet : « Pourquoi sacrifier une centrale qui fonctionne très bien, qui évite d’aggraver un déficit commercial important, et qui permet de rester dans le cadre des accords de Paris au sujet des gaz à effet de serre ?

Les manipulations électorales et les accords entre l’Allemagne et la France sur Fessenheim conduisent à une décision politique opportuniste, ruineuse et absurde, de fermeture d’une installation qui fonctionne parfaitement, 24 heures sur 24 sept jours sur sept, comme Beznau, en Suisse, son aînée de 8 ans. 

Christine Tasin, Résistance républicaine : Énorme, incroyable, scandaleux : la France a rallumé deux de ses centrales à charbon. Deux centrales sur quatre rallumées dès le 10 septembre, alors qu’il faisait très doux, et ce n’est pas suffisant, on a importé de l’électricité d’Allemagne produite avec du charbon ! 22 à 24 réacteurs nucléaires sur 56 sont à l’arrêt. La maintenance a été repoussée à cause du confinement… Sans parler des 2 réacteurs de Fessenheim fermés depuis le 30 juin sous pression des (écolos-cons) et de l’Allemagne qui, ainsi, vend son électricité produite avec du charbon ! La faute à qui ? À Hollande, qui, en 2012, avait promis sa fermeture à EELV en échange de leur soutien pour avoir une majorité parlementaire. Or, les éoliennes et les hydroliennes qui sont partout ne représentent que 2 % de la production électrique française !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz