Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 novembre 2020

Le directeur du Renseignement intérieur (DNI) et l’Administration des services généraux (GSA) refusent de remettre leurs dossiers aux équipes de Biden tant que l’on ne saura pas clairement qui a gagné. Les médias s’étonnent, protestent. Ils vous manipulent sans que vous vous en rendiez-compte.

Pour l’instant, Joe Biden n’est que le « Président-élu des médias », et ce n’est pas un titre (encore) reconnu par la Constitution des Etats-Unis. Biden n’est pas président des Etats-Unis, le processus de validation préalable n’a même pas encore commencé dans les Etats. Mais les médias prennent leurs désirs pour des réalités, et les Démocrates n’ont pas l’habitude qu’on leur résiste.

Aussi, selon le New York Post, l’équipe de Biden fait pression sur l’administration Trump pour forcer la transition avant que l’État ne ratifie le décompte des voix. Le camp Biden est même allé jusqu’à menacer de prendre des mesures juridiques si on ne lui obéit pas.

Mais l’administration des services généraux ne bouge pas et elle ne bougera pas. Le DNI non plus.

Voici le calendrier officiel jusqu’à l’officialisation du gagnant de l’élection présidentielle (désolé CNN, désolé BFM, désolé Le Monde, désolé le New York Times, vous ne décidez ni de la date, ni du nom du gagnant)

  • Le 8 décembre, les États sont censés avoir résolu toutes les contestations.
  • Le 14 décembre, les grands électeurs, c’est-à-dire les membres du Collège électoral, se réunissent dans leurs capitales, les capitales des États, et votent pour finaliser les votes des États.
  • Le 23 décembre, le Collège électoral certifie son vote et l’envoie au Sénat.
  • Le 3 janvier, un nouveau Congrès est assermenté.
  • Le 6 janvier, une session conjointe de la Chambre et du Sénat rassemble les votes électoraux pour déclarer officiellement les résultats de la nation.
  • Le 20 janvier, le président prête serment et entre en fonction.

La déclaration du gagnant de la présidentielle est transmise par le GSA à la Maison-Blanche et aux administrations du pays.

Comme il n’a pas encore réagi, n’a pas le droit de réagir, et ne réagira pas prématurément, le GSA bloque l’accès de l’équipe Biden à 6,3 millions de dollars de fonds fédéraux, d’informations classifiées, d’autorisations de sécurité, de vérifications d’antécédents pour les candidats potentiels à son cabinet.

En outre, cela empêche l’accès au département d’État, qui facilite les appels entre les dirigeants étrangers et leurs homologues américains.

Conclusion

A mes confrères qui hurlent comme des putois que le GSA et l’administration Trump font obstruction et que Trump bloque l’accès à l’équipe de transition du « président élu » Joe Biden, soyez moins fainéants, apprenez à faire votre travail, éduquez-vous sur les sujets que vous rapportez, ou alors parlez d’autre chose.

Je suis sûr qu’il y a plein de sujets importants pour lesquels vous excellez : la pollution de votre CO2 quand on fait du vélo en rase campagne, ou la supériorité de la bière sans alcool en milieu urbain multiculturel.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

43
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz