Publié par Alexandre Del Valle le 13 novembre 2020

Selon Del Valle, ce « islamiquement correct » est devenu l’épicentre de la culture de l’excuse, le fruit le plus mûr du « complexe occidental ».

Une telle capitulation des Occidentaux face à la stratégie de conquête des pôles islamistes néo-conquisiteurs est d’autant plus perverse qu’elle est présentée comme un gage d’antiracisme.

En d’autres termes, les « coupeurs de langue » islamistes (ceux qui font taire les soi-disant « islamophobes » qui osent critiquer l’islam et l’islamisme) sont renforcés par la peur suscitée par les « coupeurs de tête » (les djihadistes, qui rappellent de manière très convaincante combien il est dangereux de critiquer l’islam).

En mélangeant ainsi les questions de l’immigration, de la crise des réfugiés ou du « racisme » avec celle du totalitarisme islamiste, en assimilant la critique de l’islam à la haine envers les musulmans, les islamistes institutionnels et leurs alliés d’extrême gauche ont réussi à faire passer toute critique de l’islam et toute dénonciation de l’islamisme pour du racisme envers les immigrés musulmans et la civilisation musulmane.

Le terrorisme islamique est donc assimilable pour Del Valle à une « guerre psychologique ».

Pourtant, son objectif, comme celui de l’islamisme politique mondial en général, violent ou non, est de faire régner partout l’ordre de la charia, de reconquérir tous les pays autrefois musulmans (Balkans, Espagne, Sicile, Portugal, Inde, Israël, etc.), qu’il veut à terme réunir dans un califat, afin d’islamiser la planète entière.

Mais sachant que de nombreux pays sont militairement plus forts qu’eux, les islamistes doivent d’abord désarmer l’Occident en interdisant toute critique de l’Islam sous couvert de lutte contre l’islamophobie.

Pour lever les obstacles sur leurs chemins de conquête subversive, les pôles de l’islamisme mondial distillent l’idée que toute critique de l’islam serait une attaque contre les musulmans.

Cette « paranoïsation » des musulmans via l’idée que des « sociétés incrédules » les persécuteraient prépare la sécession éventuelle d’une grande partie des communautés musulmanes de nos pays, que les djihadistes ainsi que les « islamistes modérés » encouragent à « désassimiler ».

Interview d’Alexandre del Valle par Lisa Bryant

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz