Publié par Manuel Gomez le 2 décembre 2020

Loin de moi l’idée de critiquer le livre particulièrement intéressant d’Antoine Buéno «Futur : Notre avenir de A à Z*», mais tout de même, dès les premières lignes, lire : «Pour la première fois de son histoire, l’humanité a su faire face, de manière efficace et coordonnée, à une pandémie mondiale. A une autre époque, les morts se seraient comptés par millions». 

Vous n’êtes pas sérieux, Antoine Buéno, cette pandémie a été gérée d’une manière affolante, sans aucune ligne directrice, contredisant le lendemain ce qui avait été affirmé la veille, et surtout en France.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Les morts auraient été diminués de moitié si les bonnes mesures avaient été prises dès le début : isolement total des EPHAD (mesure prise trop tardivement). Port du masque obligatoire (même s’il n’y en avait pas en stock, les gens auraient pu les confectionner eux-mêmes, dans un premier temps.). Interdiction totale de toutes manifestations, politiques, revendicatives ou culturelles (Fête de la musique, «Rave-Party» etc.), même actuellement, comme nous pouvons le constater quotidiennement (seuls les «Black-blocs» sont masqués)

Dois-je vous rappeler «les masques pas nécessaires», «les tests avec des résultats plusieurs jours plus tard», le «non-isolement des personnes contaminées» et, plus récemment, des mesures absurdes «stations de ski ouvertes, sans remontées mécaniques» alors qu’il suffisait d’obliger une seule personne par cabine». «Trente personnes dans des églises d’au moins 300 places assises», «les petits commerces (non essentiels) fermés, alors que l’on pouvait y entrer par deux, sans risque de contamination», et j’en passe.

Avouez que ce n’est pas très engageant, comme début d’un livre, par ailleurs, comme je l’ai dit, «particulièrement intéressant» !

Le monde n’était pas meilleur «avant», il est bien loin «d’être meilleur» aujourd’hui, et il sera bien pire demain, ne nous leurrons pas !

Si Aldous Huxley avait vécu en ce début du XXIe siècle, il n’aurait jamais écrit «Le meilleur des mondes».

Et si Georges Orwell avait écrit son livre «1984», non pas en 1948 mais dans cette seconde décennie du XXIe siècle, ce n’est pas le «totalitarisme» qu’il aurait vu «s’étendre sur toute la planète», mais «l’islamisme», qu’il n’imaginait même pas à son époque.

Il suffirait de remplacer, dans son ouvrage, «soviétisme» par «islamisme» et «bolchevique» par «salafiste».

Le «totalitarisme», selon Orwell «c’est contrôler à chaque instant la vie d’un individu». N’est-ce pas le cas de «l’islamisme» ?

La guerre entre Oceania, Eurasia et Estosia, dans 1984 «N’est pas faite pour être gagnée, mais pour être menée, pour exister». N’est-ce pas à l’identique «la guerre que mène l’islamisme actuellement «Ils n’espèrent pas la gagner mais elle leur est indispensable pour exister».

Dans presque toute l’Afrique, les «noirs» sont massacrés par des musulmans, les chrétiens sont massacrés par des musulmans, et les musulmans se massacrent même entre musulmans.

Dans ce premier match, et je suis persuadé que vous serez d’accord, c’est Orwell qui l’a emporté sur Huxley, car les menaces de «son monde futur» se nomment Corée du Nord, Iran, Turquie et les groupes armés de l’Etat Islamique.

Et si «Big Brother» était invisible et façonnait le monde à sa manière, il l’aurait, sans aucun doute, nommé George Soros.

Pensez-vous réellement que «Les gens sont capables de se mobiliser contre une menace collective», comme, par exemple, «la menace incomparablement plus dangereuse du réchauffement climatique» écrivez-vous ? Nous ne reviendrons pas à «l’Age de pierre», c’est certain, ni, je ne peux que l’espérer, mais sait-on jamais, au «cannibalisme» que vous suggérez. Soyons sérieux et plus terre à terre pour nous préoccuper du monde actuel : comment pouvez-vous croire que les populations se mobiliseront «pour que la terre soit plus vivable dans cent ans» alors qu’ils sont incapables de se mobiliser «pour qu’elle soit plus propre aujourd’hui» (Voir les océans, les mers, les rivières, les plages, les forêts, et j’en oublie !).

Pensez-vous réellement que les gens se mobiliseront et se priveront pour permettre à trois milliards d’êtres de se nourrir convenablement ?

Dans votre analyse remarquable, et parfaitement détaillée, sur «l’Agriculture» et le «réchauffement climatique» et sur «la démographie», vous démontrez parfaitement que les peuples «ne se mobiliseront jamais pour sauver d’autres peuples». Dès la fin du 19e siècle, on prévoyait déjà le «manque de nourriture». En 1968 c’était la famine qui menaçait l’humanité. Aujourd’hui ce sont plus d’un milliard qui souffrent de famine et ils seront deux milliards en 2080, mais également deux milliards de «malnutrition» alors que la terre supportera, peut-être, 11 milliards d’habitants.

Aucune de ces catastrophes ne s’est produite ne s’est produite «dans notre monde», certes, mais dans d’autres continents ces catastrophes sont quotidiennes.

Je vous suis parfaitement dans votre analyse, c’est bien «l’agriculture cellulaire qui produira tout, ou presque tout, sans élevage, avec sa viande 100 % végétale, qui sera l’alternative crédible à la viande traditionnelle, dont la consommation est en progression constante actuellement.

«L’ingéniosité humaine trouvera toujours des solutions pour nous prévenir du chaos…ou pour nous y entraîner «si demain une guerre nucléaire, déclenchée par la folie d’un homme, met un point final à toutes les hypothèses !».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

13
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz